Noir ou blanc? Dévoilement des tactiques psychologiques des couleurs lors du référendum au Tchad

2023 pyschological chad referendum chad thumbnail eisa1 transparent democratic governance in africa

S’appuyant sur les connotations symboliques associées au noir et blanc, tant en termes de couleur que d’implications sociales, une campagne de licence télévisée allemande utilisant le slogan « Ich seh’ schwarz » – « Ich weiss ! offre une introduction pertinente aux tactiques psychologiques utilisées dans le choix des couleurs blanches et noires dans le contexte du prochain référendum au Tchad.

“Ich seh’ schwarz – Ich weiss!” » est un slogan sur la carte de campagne de la radio allemande Westdeutscher Rundfunk (WDR) et du centre de collecte des redevances des radiodiffuseurs publics allemands Gebühreneinzugszentrale (GEZ), visant à encourager les utilisateurs à payer leurs redevances TV. À cette fin, la carte est nommée « Die Postkarte für eine weisse Weste » (La carte postale pour un Occident blanc), donnant des attributs positifs à la couleur blanche – pureté, honnêteté, paiement des taxes, tout en attribuant des connotations opposées à la couleur noire. – assimilant regarder la télévision sans payer avec du vol et de la malhonnêteté. La publicité représente deux hommes se regardant. L’homme blanc déclare : « Ich seh’ schwarz » (Je vois/regarde le noir), ce qui signifie dans ce contexte qu’il ne paie pas la licence TV. Le Noir déclare : « Ich weiss », (je blanc) signifiant dans ce contexte qu’il paie ses honoraires.

2023 pyschological chad referendum chad eisa transparent democratic governance in africa

L’utilisation des couleurs lors d’un référendum va au-delà de la simple esthétique et comporte des implications psychologiques importantes capables d’influencer les perceptions et d’orienter les choix électoraux. Le prochain référendum du 17 décembre au Tchad illustre clairement cette dynamique. Dans ce contexte, le « Oui » est associé à la couleur blanche, tandis que le « Non » se voit attribuer la couleur noire. Le référendum pose la question : « Approuvez-vous le projet de constitution qui vous est soumis, qui consacre la forme unitaire de l’État ? Un « OUI » signifiera l’acceptation de la constitution consacrant la forme unitaire de l’État. Un « NON » signifiera le rejet de la forme unitaire de l’État. Dans ce cas, la loi référendaire prévoit l’organisation d’un nouveau référendum sur la forme unitaire de l’État. une constitution établissant l’État fédéral.

Le camp du « Non » estime que le camp du « Oui », soutenu par le gouvernement, a stratégiquement choisi la couleur blanche. Le blanc est traditionnellement associé à des valeurs telles que la paix, la pureté et la stabilité et suscite donc des émotions positives parmi les électeurs. Ils utilisent le symbolisme du blanc pour transmettre une vision d’un avenir harmonieux et sans conflit. Simultanément, le noir est interprété dans son aspect le plus sombre, exploitant les associations traditionnelles avec la mort, le deuil et la souffrance. Les analystes suggèrent que l’objectif est de susciter la peur chez les électeurs, les obligeant à choisir la sécurité perçue des Blancs.

2023 pyschological chad referendum chad eisa1 transparent democratic governance in africa

Dans un contrepoint intelligent, un partisan du « Non » envisage de façonner la campagne du Non autour d’une interprétation antinomique de la couleur noire. Leur message visuel, véhiculé à travers des affiches et des slogans, redéfinira le noir, symbolisant la fierté de la lutte contre l’oppression des blancs. Il déclare sans ambages que :

« L’objectif sous-jacent du choix du blanc et du noir est de capitaliser sur le symbolisme des couleurs, en influençant les électeurs en faveur du blanc en évoquant des valeurs telles que la paix et la pureté, tout en exploitant l’argument de la peur. Le noir, en revanche, sera représenté dans toute sa noirceur, dans le but d’évoquer des sentiments sombres et sinistres parmi les électeurs. Cette approche, bien que cynique, s’avère être une erreur stratégique. Il est impératif d’inverser cette tendance en notre faveur.

Dans ce contexte, le partisan du « non » commente que « historiquement, la couleur noire a toujours symbolisé la lutte africaine contre l’oppression des blancs. Le marchand d’esclaves, le colonisateur, l’impérialiste étaient blancs. Le noir, au contraire, est la couleur de notre peau, source de fierté pour les Afro-Américains qui proclament fièrement « Les Noirs sont fiers ». » Fort de ces prémisses fondamentales, le commentateur croit fermement que le camp du Non, partisan du La fédération possède des arguments convaincants pour une campagne réussie. Il estime que le cri de ralliement « Ne prenez pas le scrutin noir ! » devrait être contré par une réponse simple et directe :

“…si nous choisissons le scrutin correspondant à notre couleur de peau, Noir, nous optons résolument pour la fédération, une voie qui nous libérera d’une oppression durable. Ce choix n’est pas seulement une question de couleur mais une affirmation de notre identité et de notre détermination. pour transcender les chaînes de l’oppression.

Ce changement de récit a transformé le noir en un emblème de résilience et de fierté, transcendant les connotations négatives initialement projetées. Il s’agit d’un programme de campagne suggestif qui peut changer les perspectives et déstabiliser la stratégie psychologique des partisans du « oui ». Loin de susciter la peur attendue, la couleur noire peut mobiliser la fierté et le désir de résister à l’oppression. « Comme le scandaient les Afro-Américains dans le passé, « Les Noirs sont beaux ». Si le noir est reconnu comme la couleur intrinsèque des Africains, enracinée dans leur histoire et leur lutte, le changement sémantique dans le symbolisme des couleurs a le potentiel de modifier profondément la trajectoire de la campagne référendaire. Le choix du “Non”, ancré dans la fierté noire, pourrait finalement l’emporter, conduisant les électeurs à rejeter la manipulation psychologique du “Oui” et à privilégier une interprétation antinomique qui a transformé le noir en un puissant symbole de résistance et de fierté”, a ajouté le commentateur. .

Alors que le camp du « Oui » a lancé dès le premier jour de campagne un vaste mouvement qui va déferler sur tout le pays, c’est désormais aux partisans du « Non » d’entrer dans la mêlée avec leur programme, afin d’inscrire le référendum du 17 décembre. comme un exemple convaincant du pouvoir des couleurs dans la psychologie collective.

Dr Kadi Pierre Sossou est le directeur pays du bureau de l’EISA au Tchad