Ce que nous faisons.

Institutions et
Processus Politiques

À l’appui d’une gouvernance plus forte en Afrique, l’EISA travaille au renforcement des institutions et des processus politiques pour s’assurer qu’ils sont démocratiques et fonctionnent efficacement.

Ce que nous faisons.

Institutions et
Processus Politiques

À l’appui d’une gouvernance plus forte en Afrique, l’EISA travaille au renforcement des institutions et des processus politiques pour s’assurer qu’ils sont démocratiques et fonctionnent efficacement.

South Africa 2019 National elections IEC results board e1684153951616 transparent democratic governance in africa

Les partis politiques, bien que théoriquement des entités privées, remplissent donc une fonction très publique dans les États démocratiques en tant qu’intermédiaires par lesquels de nombreux représentants publics sont élus et sélectionnés pour des fonctions publiques.

Le rôle des législatures en tant qu’organes de contrôle est crucial pour garantir que les intérêts des citoyens d’un pays sont protégés et promus grâce à une législation efficace et à une surveillance et un contrôle adéquats de l’exécutif.

Le rôle de Organismes de gestion des élections (OGE) dans la gestion et la facilitation d’élections crédibles est essentielle à la perception de la confiance (ou du manque de confiance) que les représentants publics apprécier. Dans le monde de plus en plus interconnecté du 21e siècle, l’importance des blocs régionaux et sous-régionaux encourageant et soutenant un large programme des droits de l’homme et renforçant les normes et standards démocratiques est un pilier supplémentaire nécessaire aux fondements de la représentation démocraties. Lorsqu’un État ne respecte pas ses propres obligations, c’est parfois par la réprobation et le dialogue extérieurs que ces manquements sont surmontés.
parliament e1684154029724 transparent democratic governance in africa
Partis politiques
Bien qu’il y ait eu des progrès dans la participation des femmes à tous les aspects de la vie politique depuis l’adoption de la Déclaration solennelle sur l’égalité des sexes en Afrique en 2004, la participation des femmes dans de nombreux États africains reste biaisée en faveur de la représentation politique masculine à tous les niveaux de gouvernement et au sein des partis politiques. Ceci en dépit de l’existence de quotas et d’objectifs 50-50 à la fois au niveau de l’Union africaine et au niveau sous-régional en Afrique. Alors que les quotas offrent un outil de mesure utile pour les progrès vers l’égalité des sexes, la discussion sur la représentation politique qui en résulte réduit souvent un ensemble de problèmes sociétaux et structurels complexes à un cas de comptage numérique. Souvent, les barrières et les obstacles à la pleine participation politique des femmes commencent au niveau local, avec des normes sociétales, des coutumes et des stigmates limitant la pleine participation des femmes à la vie politique de leur communauté. Par exemple, pendant la campagne, qui est souvent plus efficace après les heures de travail pour permettre aux candidats de rencontrer leurs électeurs, les femmes sont confrontées à des obstacles sexospécifiques car elles sont stigmatisées parce qu’elles sont « hors de chez elles » jusqu’à tard dans la soirée, alors que des situations similaires les jugements ne s’appliquent pas aux candidats masculins. L’EISA continue d’aider les partis politiques et les législatures à être plus attentifs aux obstacles sexospécifiques à la participation des femmes à travers son travail sur les politiques et les structures inclusives au sein des partis politiques, et la législation favorable au genre pour les candidates et les candidates à tous les niveaux de le processus électoral.
Parlements
L’Afrique a la population la plus jeune au monde. Cependant, certains des dirigeants les plus anciens et les plus anciens du monde se trouvent sur le continent. Le résultat est que des populations nationales de plus en plus jeunes, incapables de s’identifier aux dirigeants gouvernementaux et se sentant ignorées et non représentées au sein du système démocratique, se sentent apathiques face à la participation politique. EISA travaille avec des partis politiques et des groupes de la société civile pour inclure les jeunes dans les processus de prise de décision, créant ainsi une future génération plus informée et plus autonome de citoyens et de dirigeants démocratiques.
Organismes de gestion des élections

Bien qu’il y ait eu des progrès dans la participation des femmes à tous les aspects de la vie politique depuis l’adoption de la Déclaration solennelle sur l’égalité des sexes en Afrique en 2004, la participation des femmes dans de nombreux États africains reste biaisée en faveur de la représentation politique masculine à tous les niveaux de gouvernement et au sein des partis politiques. Ceci en dépit de l’existence de quotas et d’objectifs 50-50 à la fois au niveau de l’Union africaine et au niveau sous-régional en Afrique. Alors que les quotas offrent un outil de mesure utile pour les progrès vers l’égalité des sexes, la discussion sur la représentation politique qui en résulte réduit souvent un ensemble de problèmes sociétaux et structurels complexes à un cas de comptage numérique.

 

Souvent, les barrières et les obstacles à la pleine participation politique des femmes commencent au niveau local, avec des normes sociétales, des coutumes et des stigmates limitant la pleine participation des femmes à la vie politique de leur communauté. Par exemple, pendant la campagne, qui est souvent plus efficace après les heures de travail pour permettre aux candidats de rencontrer leurs électeurs, les femmes sont confrontées à des obstacles sexospécifiques car elles sont stigmatisées parce qu’elles sont « hors de chez elles » jusqu’à tard dans la soirée, alors que des situations similaires les jugements ne s’appliquent pas aux candidats masculins.

 

L’EISA continue d’aider les partis politiques et les législatures à être plus attentifs aux obstacles sexospécifiques à la participation des femmes à travers son travail sur les politiques et les structures inclusives au sein des partis politiques, et la législation favorable au genre pour les candidates et les candidates à tous les niveaux de le processus électoral.

Organismes intergouvernementaux
L’Afrique a la population la plus jeune au monde. Cependant, certains des dirigeants les plus anciens et les plus anciens du monde se trouvent sur le continent. Le résultat est que des populations nationales de plus en plus jeunes, incapables de s’identifier aux dirigeants gouvernementaux et se sentant ignorées et non représentées au sein du système démocratique, se sentent apathiques face à la participation politique. EISA travaille avec des partis politiques et des groupes de la société civile pour inclure les jeunes dans les processus de prise de décision, créant ainsi une future génération plus informée et plus autonome de citoyens et de dirigeants démocratiques.

Nous nous efforçons de renforcer les institutions de gouvernance dans leur mandat de promotion de sociétés ouvertes, inclusives et démocratiques.