L’information à portée de main.

Journal of
African Elections

Le Journal of African Elections (JAE), fondé en 2002, est le seul journal accrédité au niveau international entièrement consacré aux élections africaines et archivé à la Bibliothèque nationale d’Afrique du Sud.

Licence Creative Commons CC BY-NC-ND 4.0

Soumettre du matériel pour publication ou révision

Vous recherchez des copies papier ?

Notes du contributeur

ImageTitreFrench ExcerptAuthorVolumeLienhf:tax:dlp_document_languagehf:tax:dlp_document_countryhf:tax:dlp_document_yearhf:doc_tags
JAE Volume 22 Number 2 Oct 2023 [Entire Journal]
JAE Volume 22 Number 2 Oct 2023 [Entire Journal]Volume 22 Number 2 Oct 2023
The Alternative Vote for Zimbabwe? A Rhodesian Retrospective
The Alternative Vote for Zimbabwe? A Rhodesian RetrospectiveRoger SouthallVolume 22 Number 2 Oct 2023zimbabwe2023
Déjà vu With Difference: A Gramscian Interpretation of Zimbabwe’s 2023 Elections and their Pasts
Déjà vu With Difference: A Gramscian Interpretation of Zimbabwe’s 2023 Elections and their PastsLa violence – allant de celle à peine détectable à celle génocidaire, en passant par les coups d’État et les mêlées post-coup d’État – a entaché la plupart, sinon la totalité, des élections au Zimbabwe depuis sa création en 1980. La brutalité électorale est devenue presque normale depuis que la première opposition significative au Zimbabwe, associée aux crises inspirées par la réforme agraire « accélérée », ont accompagné le tournant du millénaire. Cet article suggère que les élections sont des indicateurs de ce qu’Antonio Gramsci aurait pu considérer comme l’équilibre entre la coercition et le consentement au cours du long interrègne entre le colonialisme et une fin incertaine. Les preuves issues des élections de 2023 au Zimbabwe et de celles qui l’ont précédée illustrent l’évolution des techniques entre les pôles coercition/consentement à mesure que les dirigeants du ZANU-PF accèdent et conservent le pouvoir le long d’un chemin semé d’embûches vers une destination inconnue.David MooreVolume 22 Number 2 Oct 2023zimbabwe2023african-elections citizens-coalition-for-change democracy gramsci hegemony interregnum zanu-pf zimbabwe
Future Pandemics and Elections: Lessons from the COVID-19 Pandemic in the Central African Republic, Ghana, Kenya and Tanzania
Future Pandemics and Elections: Lessons from the COVID-19 Pandemic in the Central African Republic, Ghana, Kenya and TanzaniaLes pandémies et autres crises sanitaires devraient devenir plus fréquentes à l’avenir. Cela risque de poser diverses menaces à l’intégrité électorale. Cet article soutient qu’en tirant les leçons de la pandémie de COVID-19, les impacts négatifs sur les élections des épidémies virales et d’autres situations d’urgence peuvent être atténués à l’avenir. Il commencera par passer en revue la littérature universitaire et grise sur le COVID-19 et les élections, avant de présenter les résultats de recherches issues d’études de cas sur les élections en Tanzanie, au Ghana, en République centrafricaine et au Kenya. L’article mettra en évidence les défis spécifiques auxquels sont confrontés les pays à revenu faible et intermédiaire et affirmera que les protocoles introduits dans ces pays étudiés n’ont finalement pas réussi à garantir de manière adéquate la sécurité des électeurs et des administrateurs électoraux en ne résolvant pas les problèmes de conformité et d’application. Il présentera ensuite : 1) des recommandations conçues pour être mises en œuvre avant de futures crises sanitaires, et 2) les mesures qui devraient être prises une fois que de telles urgences se produisent.Robert Macdonald and Thomas MolonyVolume 22 Number 2 Oct 2023central-african-republic ghana kenya tanzania2023covid-19 election-preparations emergencies future-pandemics mitigation-measures
Technology, Cyber Security and the 2023 Elections in Nigeria: Prospects, Challenges and Opportunities
Technology, Cyber Security and the 2023 Elections in Nigeria: Prospects, Challenges and OpportunitiesLa loi électorale nigériane de 2022 légitime l’utilisation de la technologie dans différents aspects du processus électoral. L’augmentation constante de l’adoption de technologies dans le processus électoral s’est poursuivie en 2023, après des projets pilotes réussis lors des élections dans les États d’Anambra, d’Ekiti et d’Osun. Cet article étudie la manière dont la technologie a été déployée pour organiser des élections au Nigeria, en la comparant à d'autres juridictions, notamment en Estonie. Cette étude adopte une approche d'étude de cas qualitative, synthétisant les points de vue et les critiques d'experts à partir de la littérature disponible, des documents officiels et des communiqués de presse pour produire des thèmes émergents. L’article examine les préoccupations juridiques, réglementaires et techniques émergentes d’un point de vue scientifique et industriel. L'article examine également les risques potentiels, tels que les problèmes de fiabilité, les problèmes de cybersécurité, les lacunes en matière de capacités technologiques, les problèmes de gouvernance de l'information et de protection des données.Robinson Tombari Sibe and Christian KaunertVolume 22 Number 2 Oct 2023nigeria2023e-votingelectoral-management-cybersecurity-election-technology-inec
Nigeria's 2023 Presidential Elections: The Question of Legitimacy for the Tinubu Administration
Nigeria’s 2023 Presidential Elections: The Question of Legitimacy for the Tinubu AdministrationCet article soulève des inquiétudes quant à la crise de légitimité susceptible d’être confrontée au gouvernement du président nigérian Bola Tinubu, compte tenu de la nature du déroulement et des résultats des élections présidentielles de 2023. Même si la légitimité est cruciale pour le gouvernement et la gouvernance, le respect et la coopération des citoyens avec le gouvernement, ainsi que la manière dont les élections et leurs résultats sont perçus peuvent influencer la légitimité du gouvernement. L’étude révèle comment le comportement de l’INEC, la crise de personnalité de Tinubu et les fardeaux auxquels est confronté l’APC au pouvoir. dans une société pluraliste, ainsi que la catégorie émergente des jeunes, affecteraient la légitimité de Tinubu en tant que président du Nigeria. L’analyse s’appuie sur une observation attentive de la politique et des élections nigérianes ainsi que sur les opinions exprimées par des experts, des partis politiques, des observateurs locaux et internationaux et des articles de journaux avant, pendant et après les élections de 2023. Il offre une contribution empirique à notre compréhension de la relation entre les élections et la légitimité du Nigeria.Akinbode FasakinVolume 22 Number 2 Oct 2023nigeria2023
Preparations of the Independent National Electoral Commission (INEC) and the Outcome of the 2023 General Elections in Nigeria
Preparations of the Independent National Electoral Commission (INEC) and the Outcome of the 2023 General Elections in NigeriaAlors que de nombreux travaux scientifiques ont été consacrés à l’étude des élections au Nigeria, les préparatifs et les résultats des élections de 2023 n’ont pas reçu une attention adéquate. Cet article cherche à combler cette lacune en évaluant les préparatifs de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et les résultats des élections générales de 2023. Malgré les inquiétudes suscitées par le déroulement des élections générales de 2023 au Nigeria, les assurances de l’arbitre électoral ont apaisé cette anxiété et suscité certains espoirs. Cependant, le résultat de l’élection a trahi les espoirs non seulement de la plupart des électeurs mais aussi des observateurs locaux et internationaux. L’article soutient que le résultat ne devrait pas être une surprise en raison de l’incapacité à prendre en compte les problèmes endémiques. Il s’agit notamment de la nature de la politique nigériane, de son élite, du manque de volonté politique, du manque d’État de droit et de constitutionnalisme, des politiques gouvernementales impopulaires et d’une méfiance à l’égard du système, en particulier de la CENI et du pouvoir judiciaire.Olasupo Thompson, Ridwan Idris, Oluniyi Ademola and Modupe ObiVolume 22 Number 2 Oct 2023nigeria2023electoral-malpractice electoral-reforms inec nigeria technology
Electoral Manipulation in the Grey Zone: Evidence from Ghana’s Parliamentary Elections in 2008 and 2012
Electoral Manipulation in the Grey Zone: Evidence from Ghana’s Parliamentary Elections in 2008 and 2012La manipulation électorale porte atteinte au fonctionnement des élections en tant que mécanisme de représentation et de responsabilité, et érode la confiance du public dans les institutions gouvernementales ; cependant, notre compréhension théorique de ses causes est encore limitée. La recherche s’est concentrée sur les formes les plus brutales de manipulation électorale. Moins d’attention a été accordée aux formes les plus subtiles, bien qu’elles soient plus courantes. Cet article étudie un type de manipulation électorale subtile : les erreurs de décompte, c'est-à-dire les agents électoraux qui rejettent sélectivement bulletins de vote lors du dépouillement. Il suggère que les erreurs de comptage (l’un des moyens par lesquels les candidats politiques peuvent truquer les élections) se caractérisent par de faibles risques et des coûts directs élevés. D’une part, elle est presque invisible, ancrée dans les normes et pratiques socioculturelles entourant les élections dans de nombreux pays africains. D’un autre côté, cela coûte cher, car il faut beaucoup de favoritisme pour coopter les fonctionnaires électoraux. Les erreurs de comptage ne sont donc attractives que pour les titulaires qui craignent la défaite électorale et disposent de réseaux clientélistes étendus. Le journal teste cet argument avec les données des élections parlementaires de 2008 et 2012 au Ghana. Il montre que le nombre de bulletins de vote Le nombre de rejets est positivement corrélé au nombre d’années pendant lesquelles le parti du député sortant a occupé le siège de circonscription, mais négativement corrélé lorsque cette variable interagit avec la marge de victoire lors des dernières élections parlementaires. Cette tendance est cohérente avec le modèle et conforte l’argument selon lequel l’effet de l’incertitude électorale sur les erreurs de décompte est conditionnel. Lorsque les députés ne disposent pas de ressources, ils choisissent d'autres types de manipulation électorale ou se retirer complètement du trucage électoral.Halfdan LyngeVolume 22 Number 2 Oct 2023ghana20232008-ghana-elections ballot-rejection electoral-manipulation miscounting political-parties
Ensuring Peaceful Elections in Ghana: The Role of Civil Society Organisations in the 2020 Elections
Ensuring Peaceful Elections in Ghana: The Role of Civil Society Organisations in the 2020 ElectionsCet article explore le rôle que jouent les organisations de la société civile (OSC) dans la promotion d'élections pacifiques au Ghana. La prévention de la violence électorale est un facteur clé pour soutenir le bon fonctionnement des sociétés démocratiques, et le rôle des OSC dans la promotion d’élections pacifiques continue de croître à chaque élection. Cet article passe en revue des sources secondaires pour interroger les questions sur la nature, les interventions, l'impact et les défis des OSC au Ghana avant, pendant et après les élections générales. Plus précisément, le document examine les élections présidentielles et parlementaires de 2020 en utilisant le Réseau ouest-africain pour la consolidation de la paix (WANEP) et la Coalition des observateurs nationaux des élections (CODEO) comme études de cas. Dans l’ensemble, les recommandations de cette étude suggèrent que les OSC doivent créer des synergies pour accroître la collaboration afin de promouvoir des élections et des transitions politiques pacifiques. En outre, pour renforcer leurs rôles d’observation des élections, d’éducation civique/électorale, de promotion de la paix et de surveillance de la violence grâce à un financement durable, les OSC du Ghana doivent revoir leurs stratégies de financement pour inclure les dons d’organisations et d’individus non partisans. En outre, pour maintenir l’intégrité des OSC au Ghana, elles doivent développer des mécanismes internes de transparence et de responsabilité, tels que des structures juridiques pour régir leurs opérations.Felix Danso, Festus Kofi Aubyn and Bettina BoatengVolume 22 Number 2 Oct 2023ghana2023civil-society-organisations electoral-violence peace-and-governance peacebuilding
Political Vigilante Violence in Ghana: Its Human Rights Implications
Political Vigilante Violence in Ghana: Its Human Rights ImplicationsL’objectif principal de cet article est d’examiner les liens incontestables entre la violence des justiciers politiques et les violations des droits humains au Ghana. En particulier, il s’intéresse à la manière dont la violence politique se développe. Pour y parvenir, l’article sera guidé par les objectifs de recherche suivants : Premièrement, explorer la nature du vigilantisme politique dans la Quatrième République du Ghana. Deuxièmement, analyser les enjeux liés aux droits de l’homme dans le vigilantisme politique au cours de cette période. S’appuyant principalement sur les expériences des élections générales de la Quatrième République du Ghana, l’article vise à interroger l’ampleur de la violence des justiciers politiques au Ghana. Il affirme qu’il existe un lien complexe entre la violence des justiciers politiques et les droits de l’homme. L’article s’appuie sur la théorie de la frustration-agression pour considérer la manière dont le désir d’acquérir le pouvoir politique conduit à la rivalité et finalement à la violence.Seth Tweneboah, Linus Nangwele and Paul Akwasi BaamiVolume 22 Number 2 Oct 2023ghana2023
Promoting Electoral Governance in Togo: An Analysis of the EMB and the Electoral System, 2010–2020
Promoting Electoral Governance in Togo: An Analysis of the EMB and the Electoral System, 2010–2020La mort de Gnassingbé Eyadema a marqué le début d'une nouvelle ère pour la politique togolaise. Avec la transition d’un régime militaire à un régime civil, de nombreux acteurs politiques et citoyens ont renouvelé l’espoir de voir naître un nouveau régime politique. Plus de quatre décennies plus tard, sous la nouvelle direction du fils d’Eyadema, Faure, ils ont été accueillis avec scepticisme, même si des mesures considérables ont été prises pour assurer la promotion de la gouvernance électorale. La plupart des acteurs politiques continuent de remettre en question la légitimité des élections organisées, et l'alternance au pouvoir reste très improbable. Cela a conduit à l’apathie des électeurs et à une méfiance accrue à l’égard des organismes de gestion électorale et du système électoral. Cet article examine donc les efforts déployés par le gouvernement togolais pour promouvoir la gouvernance électorale entre 2010 et 2020 en analysant deux de ses instruments importants : le système électoral et l'organisme électoral, la CENI. Le document affirme que, malgré tous les efforts déployés par le gouvernement pour valider la crédibilité des élections, garantir que le bon fonctionnement de ces mécanismes soit crédible, inclusif et transparent reste une préoccupation majeure pour la promotion de la gouvernance électorale dans le pays.Maureen Namondo Lifongo, Anna-Mart van Wyk and Victoria GrahamVolume 22 Number 2 Oct 2023togo2023
Book Review: Everyday Identity and Electoral Politics: Race, Ethnicity, and the Bloc Vote in South Africa and Beyond
Book Review: Everyday Identity and Electoral Politics: Race, Ethnicity, and the Bloc Vote in South Africa and BeyondKealeboga J. MaphunyeVolume 22 Number 2 Oct 20232023
JAE Volume 22 Number 1 Jun 2023 [Entire Journal: Special Issue, Lesotho's 2022 Elections]
JAE Volume 22 Number 1 Jun 2023 [Entire Journal: Special Issue, Lesotho’s 2022 Elections]Volume 22 Number 1, June 2023englishlesotho2023all-basotho-convention candidate-screening caretaker-government civic-and-voter-education constitution-of-lesotho democracy elections electoral-democracies electoral-participation electoral-performance ethics floor-crossing formation-of-government independent-electoral-commission independent-electoral-commission-elections-preparedness-performance-voter-turnout intra-party-democracy lesotho lesotho-2022-elections revolution-for-prosperity splinter-groups transition voter-turnout
Editorial
EditorialHoolo ‘NyaneVolume 22 Number 1, June 2023englishlesotho2023lesotho
The Independent Electoral Commission in Lesotho's 2022 Parliamentary Elections: Preparedness and Performance
The Independent Electoral Commission in Lesotho’s 2022 Parliamentary Elections: Preparedness and PerformanceLa plupart des évaluations et analyses des élections au Lesotho se sont concentrées sur le conflit post-électoral. Peu d’attention a été portée au rôle de la Commission électorale indépendante (CEI) en tant qu’acteur clé doté du mandat constitutionnel visant à garantir des processus électoraux crédibles, libres et équitables. Lors des élections du 7 octobre 2022, le rôle de la CEI a été mis en avant en termes de degré de préparation et de performance réelle dans la gestion des processus électoraux. En adoptant une approche qualitative qui s'appuie sur des entretiens avec des répondants délibérément sélectionnés et sur l'analyse de documents, cet article évalue ces deux principaux aspects de l'IEC. Le journal affirme que par rapport aux élections précédentes de 2012, la CEI ne semble pas avoir été suffisamment préparée pour gérer les élections d’octobre 2022 et, en tant que telle, elle a eu de mauvaises performances cette fois-ci.Pulane Selinah Mahase and Motlamelle Anthony KapaVolume 22 Number 1, June 2023englishlesotho2023 2022
The Transition and Formation of Government after Lesotho's 2022 Elections
The Transition and Formation of Government after Lesotho’s 2022 ElectionsLe processus de transition d'un gouvernement à un autre et de formation d'un nouveau gouvernement après les élections au Lesotho est souvent semé de controverses et d'incertitudes. Ces problèmes peuvent être attribués, dans une large mesure, au manque de règles adéquates et de pratiques constitutionnelles cohérentes. Les élections de 2022 ont une fois de plus mis en lumière ces problèmes de longue date. Comme toutes les autres élections depuis 2012, celles de 2022 n’ont pas été concluantes : aucun parti politique n’a obtenu la majorité absolue pour former un gouvernement. Puisque le pays utilise un système parlementaire, le gouvernement dépend de la confiance de l'Assemblée nationale et la vie du gouvernement est liée à la vie du Parlement. La fin de la législature signifie effectivement la fin du gouvernement. Aux termes de la Constitution, une fois le Parlement dissous, les élections doit avoir lieu dans un délai de trois mois. Dans le mois qui suit les élections, un nouveau Parlement doit siéger. Alors que la Constitution prévoit la nomination du Premier ministre – le roi nomme comme Premier ministre un membre de l’Assemblée nationale qui aura la confiance de la Chambre – il n’existe aucune règle stipulant comment la confiance de la Chambre doit être déterminée. De même, la position du gouvernement entre la dissolution du Parlement et la formation d’un nouveau gouvernement est souvent opaque et précaire. Cet article examine ces insuffisances dans le contexte des élections de 2022. L’article utilise l’analyse de contenu – l’examen de documents primaires et secondaires – pour analyser les activités qui ont eu lieu pendant la transition et la formation d’un nouveau gouvernement lors des élections de 2022. L'article conclut que les élections de 2022 servir à confirmer un problème de longue date d’insuffisance de règles et de pratiques cohérentes en matière de transition et de formation du gouvernement.Hoolo ‘NyaneVolume 22 Number 1, June 2023englishlesotho2023caretaker-government constitution-of-lesotho formation-of-government lesotho lesotho-2022-elections transition
Screening Political Party Candidates and the Implications for Electoral Performance: The Case of the Revolution for Prosperity (RFP) in Lesotho's 2022 General Elections
Screening Political Party Candidates and the Implications for Electoral Performance: The Case of the Revolution for Prosperity (RFP) in Lesotho’s 2022 General ElectionsLa formation du parti Révolution pour la prospérité (RFP) en mars 2022 a radicalement modifié le paysage politique du Lesotho. Outre le nouveau calibre des dirigeants politiques, le parti a, conformément à son nom, révolutionné certaines des traditions de longue date des partis politiques du Lesotho. Contrairement aux élections primaires à huis clos auxquelles ont recours la plupart des partis, le RFP a introduit une combinaison d’approches centralisées et technocratiques pour déterminer la liste des candidats des partis pour les élections d’octobre 2022. Avec le premier, le parti réservait la candidature dans onze circonscriptions aux personnes nommées par le chef. Quatre candidats en tête des élections primaires dans les circonscriptions restantes seraient soumis à diverses méthodes de sélection, la décision finale revenant à la direction du parti. Les détracteurs ont ridiculisé l’approche du RFP, la qualifiant d’antidémocratique et de sape la volonté du peuple. Le parti a également connu des résistances internes qui l'ont amené à être traduit en justice où certaines décisions ont été annulées. En utilisant diverses méthodes de collecte de données, cet article discute des stratégies utilisées par le RFP et montre que même si elles ne sont pas courantes au Lesotho, ces stratégies ne sont pas entièrement nouvelles en politique car elles sont utilisées dans d'autres systèmes démocratiques. Un examen des résultats des élections d’octobre 2022 montre que malgré les contestations judiciaires, les stratégies de sélection des candidats du RFP ont eu un impact positif sur les performances du parti ainsi que sur le profil de l’Assemblée nationale résultante. ​Tlohang W. LetsieVolume 22 Number 1, June 2023english2023candidate-screening electoral-performance lesotho revolution-for-prosperity
The Impact of Intra-Party Conflicts on the Electoral Performance of the All Basotho Convention in Lesotho's 2022 Elections
The Impact of Intra-Party Conflicts on the Electoral Performance of the All Basotho Convention in Lesotho’s 2022 ElectionsLa littérature sur la politique et les partis politiques du Lesotho, en particulier après 2012, se concentre sur leurs alliances et coalitions, leurs relations avec l’armée et l’apparente instabilité des coalitions. On s’intéresse moins à l’instabilité au sein des partis et à son impact sur les performances électorales des partis politiques. Cet article utilise une revue critique de la littérature pour analyser les mauvaises performances électorales de la All Basotho Convention (ABC) lors des élections d’octobre 2022 et comment cela est une conséquence de ses conflits internes. L’ABC a connu des conflits au sein du parti qui se sont intensifiés avec la destitution de son chef, le Premier ministre Thomas Thabane, en 2020. L’argument avancé dans cet article est que l’ABC a connu une baisse spectaculaire de son soutien électoral en octobre 2022, avec une perte drastique de quarante sièges, en raison de ses conflits internes. Le soutien au parti a augmenté progressivement depuis sa création en 2006, mais a chuté soudainement et de façon spectaculaire lors des élections de 2022. Cet article contribuera à la recherche sur l’analyse de la performance électorale des partis politiques sur le continent. ​Frank LekabaVolume 22 Number 1, June 2023lesotho2023all-basotho-convention elections floor-crossing intra-party-democracy lesotho splinter splinter-groups
Ethics in Electoral Democracies: A Critical Reflection on Lesotho's 2022 Elections
Ethics in Electoral Democracies: A Critical Reflection on Lesotho’s 2022 ElectionsCette étude est une réflexion critique sur la manière dont l’impact positif de l’éthique sur les élections politiques et la démocratie au Lesotho pourrait être amplifié pour une paix et une stabilité politique durables. Il est basé sur des données secondaires tirées de la littérature disponible dans le contexte du système électoral proportionnel mixte (MMP) existant au Lesotho. Le système MMP a donné naissance au phénomène politique des résultats électoraux non concluants et des gouvernements de coalition instables ces dernières années. Ce phénomène politique émane de conflits intra et interpartis, qui ont souvent conduit à des dissolutions indésirables et prématurées du Parlement et à des élections anticipées. Ici, l’éthique doit être comprise comme une composante essentielle d’un processus sain de démocratie électorale et une pratique nécessaire pour mettre fin à l’instabilité politique persistante au Lesotho.Khali MofuoaVolume 22 Number 1, June 2023englishlesotho2023civic-and-voter-education constitution-of-lesotho electoral-participation independent-electoral-commission lesotho lesotho-2022-elections voter-turnout
Reasons For The Low Voter Turnout in Lesotho's 2022 Elections
Reasons For The Low Voter Turnout in Lesotho’s 2022 ElectionsLe taux de participation aux élections législatives de 2022 au Lesotho était à son plus bas niveau historique de 37 %. Depuis le retour du pays à une démocratie électorale multipartite en 1993, le taux de participation électorale a régulièrement diminué. Des études ont été entreprises au Lesotho et dans le monde pour enquêter sur les raisons de ce phénomène. Même si le taux de participation aux élections de 2022 s’inscrit dans la continuité de la tendance à la baisse de la participation électorale au Lesotho et dans le monde, des facteurs spécifiques à chaque élection peuvent fournir un aperçu plus approfondi de ce problème insoluble. Le but de cet article est d’analyser de manière critique les principales raisons du faible taux de participation aux élections de 2022. L'étude utilise une méthodologie qualitative : elle s'appuie sur des sources de données primaires et secondaires telles que des rapports, des entretiens ciblés, des journaux et de la littérature, ainsi que la législation. Le document utilise le regroupement stockemerien de variables de participation pour affirmer que des facteurs spécifiques aux élections peuvent aider à expliquer la forte baisse de la participation électorale lors des élections de 2022 au Lesotho. Ces facteurs sont une mauvaise éducation civique et électorale, la fragmentation politique et certaines variables institutionnalistes.Paul Mudau and Hoolo ‘NyaneVolume 22 Number 1, June 2023lesothocivic-and-voter-education constitution-of-lesotho electoral-participation independent-electoral-commission lesotho-2022-elections voter-turnout
Book Review: Politics, government and governance in Lesotho since 1993 by Francis K Makoa
Book Review: Politics, government and governance in Lesotho since 1993 by Francis K MakoaTom LodgeVolume 22 Number 1, June 2023englishlesotholesotho
Two Decades of Democracy in Nigeria: Between Consolidation and Regression
Two Decades of Democracy in Nigeria: Between Consolidation and RegressionL'année 1999 a marqué un moment décisif dans l'histoire politique du Nigeria avec la transition du régime militaire au régime civil et le début de la Quatrième République. Deux décennies plus tard, le pays a non seulement connu la plus longue période de régime civil démocratique, mais a également franchi une étape importante avec l'alternance du pouvoir entre les deux partis politiques dominants. L’augure pointe cependant vers une démocratie oscillant entre consolidation et régression. Cet article interroge donc deux décennies de démocratisation au Nigeria dans le contexte des deux principaux partis, du déroulement des élections et du niveau de représentation des groupes marginalisés, en particulier des femmes. Le document affirme que même s’il peut être peu charitable d’ignorer les gains supplémentaires depuis le retour à un régime civil, le pays est loin d’avoir atteint le statut de démocratie consolidée.Kelvin Ashindorbe and Nathaniel DanjibVolume 21 Number 2 Oct 2022nigeria2022consolidation democratisation elections nigeria political-party regression
The Transformative Power of the Oromo Protests in Ethiopia: Resilience and Political Change
The Transformative Power of the Oromo Protests in Ethiopia: Resilience and Political ChangeCet article explore pourquoi les manifestations oromo ont transformé le paysage politique éthiopien depuis que les manifestants sont descendus dans les rues en novembre 2015. Il examine également la relation entre les deux piliers du Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF) au pouvoir, le fédéralisme ethnique et le développementalisme, et le Manifestations oromos. L’étude vise à illustrer le lien entre les stratégies fondamentales de l’État éthiopien et la capacité des mouvements populaires à provoquer un changement politique. L'étude a utilisé une approche de recherche qualitative avec des données primaires et secondaires. Des entretiens approfondis semi-structurés ont été menés et enregistrés avec un enregistreur vocal, et les données ont été analysées grâce à une analyse thématique. Les résultats de la recherche montrent, premièrement, que la sécurisation de la stratégie de développement mise en œuvre par l’EPRDF a déclenché les protestations. Et deuxièmement, que la compréhension primordiale de l’ethnicité, telle que définie dans la Constitution, a contribué à l’articulation des protestations Oromo en tant que mouvement. L’étude conclut que les manifestations oromo ouvriront la voie à des réformes car elles reflètent les échecs du régime et représentent également les revendications de la plus grande partie de la société éthiopienne.Aden Dejene Tolla and Alvaro Oliver RoyoVolume 21 Number 2, Oct 2022ethiopia2022eprdf ethiopia oromo protest securitisation tplf
Some are Empty Shells without Groundnuts: Social Construction of Female Political Candidates in Urban Masvingo, Zimbabwe
Some are Empty Shells without Groundnuts: Social Construction of Female Political Candidates in Urban Masvingo, ZimbabweCompte tenu du faible niveau de représentation des femmes dans les fonctions politiques au Zimbabwe après les élections de 2018, des questions se posent quant à savoir si les jeunes peuvent ou soutiendront les candidates lors des prochaines élections. La jeunesse est considérée comme un groupe critique susceptible de façonner l’avenir de la politique au Zimbabwe. Nous avons mené une étude qualitative pour explorer les opinions des jeunes sur les candidates politiques féminines, à travers des discussions de groupe et des entretiens approfondis avec des participantes âgées de 19 à 24 ans dans la ville de Masvingo. S'appuyant sur le constructionnisme social, le féminisme poststructuraliste et les analyses d'intersectionnalité, l'étude a révélé que les jeunes de la ville de Masvingo ont une perception majoritairement négative des candidates féminines, bien que cela soit médiatisé par des facteurs tels que le sexe, la classe sociale, la sexualité, le handicap et l'éducation. Néanmoins, certains jeunes de Masvingo semblent redéfinir ou contrecarrer les normes et valeurs sociétales sexistes, car ils semblent accepter les femmes comme candidates politiques.Hellen Venganai and Charles DubeVolume 21 Number 2, Oct 2022zimbabwe2022zimbabwe-young-people-politics-female-political-candidates
Information Controls and Internet Shutdowns in African Elections: The Politics of Electoral Integrity and Abuses of Power
Information Controls and Internet Shutdowns in African Elections: The Politics of Electoral Integrity and Abuses of PowerLes coupures d'Internet en Afrique sont de plus en plus répandues, en particulier lorsque les gouvernements sont confrontés à des élections concurrentielles ou controversées. Ils symbolisent également une fracture grandissante entre des conceptions concurrentes de l’Internet mondial et de sa régulation. Les gouvernements africains justifient les fermetures comme étant capables de lutter contre la désinformation, de protéger le processus électoral et d’assurer la sécurité nationale. Les organisations internationales, les ONG et les plateformes de réseaux sociaux les condamnent comme une forme inadmissible de censure et de contrôle de l'information, un abus par des acteurs politiques cherchant à faire taire les critiques ou à manipuler les élections. Cet article propose une lecture alternative des coupures d’Internet en les plaçant dans le contexte historique du large éventail de contrôles de l’information autour des élections, dont beaucoup sont largement considérés comme des mécanismes acceptables et légitimes pour soutenir des élections compétitives. En présentant ce contexte, nous pouvons nous demander ce qu’il y a de nouveau dans les fermetures et si elles peuvent un jour être considérées comme une réponse proportionnée aux préoccupations réelles liées aux médias sociaux et à la manipulation des élections. Nous concluons en soulignant les inégalités en matière de modération du contenu en ligne, facteur souvent négligé dans le recours aux fermetures, et l’incapacité des sociétés de médias sociaux à lutter efficacement contre la désinformation et la désinformation en Afrique, en particulier à l’occasion des élections.Nicole Stremlau and Nathan DobsonVolume 21 Number 2, Oct 20222022
Gender Mainstreaming in Nigeria's 2019 General Elections: Evidence and Perspectives from Kano and Oyo states
Gender Mainstreaming in Nigeria’s 2019 General Elections: Evidence and Perspectives from Kano and Oyo statesLa politique nigériane a été accusée de déséquilibre entre les sexes depuis l’indépendance, et les études regorgent de discussions sur les facteurs responsables de cette situation. Niveau de participation et de représentation des femmes en politique, et faible participation des femmes aux élections. La plupart des études sur la participation politique des femmes au Nigéria ont adopté une approche unidirectionnelle consistant à analyser ou à discuter de la marginalisation des femmes dans les fonctions nommées et électives. Cette étude remplace l’approche unidirectionnelle par une analyse multidirectionnelle et multipartite de l’effort d’intégration du genre lors des élections générales de 2019 au Nigeria. En nous concentrant sur les États de Kano et d'Oyo, nous affirmons qu'une conscience accrue du genre ne s'est pas traduite par une amélioration significative de la représentation des femmes en politique, ce qui implique que l'intégration du genre n'a aucun effet si la participation des femmes à la politique ne se traduit pas par une représentation substantielle de Les femmes en nombre et en influence.Sharon Adetutu Omotoso and David Uchenna EnweremaduVolume 21 Number 2, Oct 2022nigeria2022 2019gender-mainstreaming nigerias-2019-elections women-in-politics
Elections and Electoral Processes in Somaliland: A Fading Democracy
Elections and Electoral Processes in Somaliland: A Fading DemocracyAprès avoir déclaré son indépendance de la Somalie en 1991, le Somaliland a mis en place un système permettant de fournir des services de base à ses citoyens. Malgré une sécurité relativement bonne, le Somaliland n’a jusqu’à présent reçu aucune reconnaissance internationale. Avec la prolongation du mandat présidentiel décidée par la Chambre des Anciens (les Guurti) en octobre 2022, la politique au Somaliland est à son paroxysme. Les manifestations publiques, les affrontements sporadiques, les arrestations massives et les discours de haine s’ajoutent à un sentiment général de désordre politique. Plusieurs facteurs ont façonné la situation actuelle perspectives de démocratie au Somaliland, notamment une politique de clans, une mentalité de recherche de rente et des cadres institutionnels et juridiques faibles. Cette étude cherche à souligner la manière controversée dont les élections se sont déroulées au Somaliland et qui ont conduit à une perte de confiance dans le pays. Les résultats, comme en témoigne l’élection présidentielle de 2017, ont donné lieu à des conflits, à des manifestations massives et à des pertes de vies humaines. La période électorale au Somaliland est donc une source de préoccupation à la fois pour les partis politiques et pour la Commission électorale du Somaliland. Dans la bataille pour le leadership politique, les événements pré- et post-électoraux les conséquences sont devenues conventionnelles. Mais la principale victime de la bataille pour le leadership politique a été la Commission électorale du Somaliland, déchirée entre les partis politiques en lice.Hamdi I. AbdulahiVolume 21 No 2, Oct 20222022africa clan-politics democracy elections political-parties somaliland
JAE Volume 21 Number 2 Oct 2022 [Entire Journal]
JAE Volume 21 Number 2 Oct 2022 [Entire Journal]2022
Covid-19 Pandemic and Electoral Participation in Africa: Likelihood of Ugandans Voting in the 2021 'Pandemic Elections'
Covid-19 Pandemic and Electoral Participation in Africa: Likelihood of Ugandans Voting in the 2021 ‘Pandemic Elections’La pandémie de COVID-19 a bouleversé la dynamique politique, ainsi que d’autres aspects de la vie humaine. L’apparition de la pandémie en 2020 a presque paralysé le monde. Cela s’explique principalement par les mesures d’atténuation de la pandémie mises en place, notamment la distanciation sociale. Ces actions ont grandement affecté tous les niveaux d’interaction humaine – politique, sociale et économique. Sur le plan politique, cela signifiait des activités électorales minimes, voire inexistantes, aucune réunion face-à-face locale ou internationale et des abus de pouvoir. Les restrictions ont entraîné le report des élections sine die dans certains pays, leur reprogrammation ou leur retard dans d’autres, ou encore leur tenue avec une interaction minimale ailleurs. L’Ouganda est l’un des rares pays africains à avoir organisé des élections en 2021 dans un contexte de pandémie. L’étude visait à examiner et à contribuer à une compréhension plus large des effets du COVID-19 sur la participation électorale en analysant la littérature disponible, les lois et rapports électoraux de l’Ouganda et les données d’enquête Afrobaromètre collectées en Ouganda avant et pendant la pandémie. L'accent a été mis sur les prédicteurs individuels des intentions de vote des Ougandais : démographiques, politiques, sociaux et économiques. Des analyses descriptives et inférentielles ont été réalisées sur la probabilité que les citoyens votent. Les résultats démontrent que l’affiliation/identification à un parti et l’identité ethnique/ régionale sont les prédicteurs les plus puissants de la probabilité de voter pendant la pandémie.Martin OswaldVolume 21 Number 2, Oct 2022uganda2022 2021covid-19 democracy election electoral-participation uganda voter-turnout
BOOK REVIEW: Spoilt ballots: the elections that shaped South Africa, from Shaka to Cyril Michael Blackman and Nick Dall
BOOK REVIEW: Spoilt ballots: the elections that shaped South Africa, from Shaka to Cyril Michael Blackman and Nick DallTom LodgeVolume 21 Number 2, Oct 20222022
An Assessment of Election Administration in Zambia, 1991-2011
An Assessment of Election Administration in Zambia, 1991-2011Le but de cette étude était de déterminer s'il y avait eu une amélioration de la gouvernance des processus électoraux en Zambie, parallèlement aux principes démocratiques, entre 1991 et 2011. L'étude a utilisé des entretiens et des données secondaires sur les activités d'administration électorale recueillies auprès de la Commission électorale. de Zambie (ECZ) sur les lois et réglementations électorales, ainsi que les rapports des observateurs et observateurs des élections. L'enquête était centrée sur cinq activités principales de l'administration électorale, à savoir l'inscription des électeurs, le contrôle du financement des partis politiques, la collaboration avec les médias, la validation des résultats des élections et la prévention et la gestion des conflits électoraux. L'article a utilisé la théorie de la gouvernance démocratique et les principes intégrés dans les principes de gestion, de surveillance et d'observation des élections (PEMMO) pour examiner la performance de l'ECZ dans ces cinq activités principales d'administration électorale au cours de la période considérée. Basée sur la jauge démocratique, l'étude a révélé que la performance de l'ECZ en matière d'administration électorale était pire entre 1991 et 2006, mais que des améliorations significatives ont été obtenues entre 2006 et 2011. Par la suite, en 2016, la Constitution de la Zambie a été amendée et les lois électorales ont été modifiées. abrogé et remplacé.Hyden Munene, Rosemary Chiufya and John BwalyaVolume 21 Number 2, Oct 2022zambia2022 2011electoral-conflict-prevention electoral-management media-collaboration political-party-funding validating-election-results voter-registration
Zimbabwe’s post-2000 elections: More hotly Contested yet less Democratic than in the Past
Zimbabwe’s post-2000 elections: More hotly Contested yet less Democratic than in the PastCet article examine les élections post-2000 au Zimbabwe, pourquoi elles ont été plus vivement contestées qu’auparavant et si elles ont été antidémocratiques. La période post-2000 a marqué ce qui est sans doute la phase la plus turbulente de l’histoire électorale du pays depuis l’indépendance en 1980, et les élections au Zimbabwe ont été de facto dégradées, devenant un moyen de maintenir les présidents sortants au pouvoir. Le journal affirme que les élections au Zimbabwe sont principalement une façade pour tromper à la fois l’électorat et les observateurs. Ils ne sont pas utilisés pour assurer la libre expression de la volonté du peuple, mais pour soutenir les dirigeants en place plutôt que de les défier efficacement. Dans cette mesure, ils sont manipulés pour produire un résultat prédéterminé confirmant les dirigeants actuels, quelle que soit leur performance. Soutenu par des données empiriques provenant d'entretiens et de sources primaires ainsi que par des dossiers statistiques provenant d'institutions électorales telles que la Commission électorale du Zimbabwe (ZEC), l'Agence nationale des statistiques du Zimbabwe (ZIMSTAT), et Selon l'Afrobaromètre, l'article conclut que les élections sont essentiellement destinées à la façade, pour consolider les titulaires.Mark NyandoroVolume 21 Number 1 Jun 2022zimbabwe2022civil-society-engagement contested degraded democratisation elections incumbents political-power zimbabwe
South African Communists and Elections
South African Communists and ElectionsEn Afrique du Sud, le Parti communiste se présente depuis cent ans aux élections, ce qui en fait le plus ancien militant électoral d’Afrique. Les élections en Afrique du Sud ont été de plus en plus restrictives et ségréguées sur le plan racial jusqu’en 1994. Malgré cela, à partir du milieu des années 1920, le Parti a commencé à se concentrer sur les préoccupations de ses membres noirs, tout en continuant à rechercher le soutien des travailleurs blancs. Cet article explore les raisons pour lesquelles le Parti continue de participer aux élections et les circonstances qui l’ont aidé à remporter des victoires occasionnelles aux élections. Il considère également les effets de la participation électorale sur un mouvement apparemment révolutionnaire.Tom LodgeVolume 21 Number 1, Jun 20222022advisory-boards alliance black-workers campaigning elections local-elections membership south-african-communist-party white-labour
The political participation of youth in Mozambique’s 2019 general elections
The political participation of youth in Mozambique’s 2019 general electionsCet article traite de la participation politique des jeunes aux processus électoraux du Mozambique, en particulier aux élections générales de 2019. Les résultats ont été obtenus grâce à une interaction (entretiens semi-structurés) avec des jeunes membres et des représentants institutionnels de quatre partis politiques, qui ont expliqué leurs points de vue sur les jeunes et la participation politique lors des élections. Les entretiens ont été menés entre avril et septembre 2021 jusqu'à plateformes virtuelles. Nous avons également procédé à une analyse détaillée des manifestes de trois partis politiques. L’étude révèle que les partis politiques mozambicains n’ont pas une vision claire des aspirations des jeunes, dans la mesure où la définition du « problème de la jeunesse » est dominée par les adultes. De plus, les problématiques des jeunes ont été généralisées sans tenir compte du concept spécifique de ce qu’est cela signifie être jeune. Cependant, afin de maintenir les avantages sociaux et économiques apportés par leurs partis politiques, ces mêmes jeunes supposent que les adultes continuent d'être un exemple à suivre pour guider le destin du pays.Dércio TsandzanaVolume 21 Number, 1 Jun 20222022 2019elections mozambique political-participation youth
Judicialising party primaries: Contemporary Developments in Nigeria
Judicialising party primaries: Contemporary Developments in NigeriaCet article explore la judiciarisation des primaires des partis dans le Nigeria contemporain, qui constitue une caractéristique déterminante de la politique électorale du pays. Depuis la création de la Quatrième République, le manque de démocratie interne au sein des partis a été à l’origine de crises prolongées lors des nominations, et cela dépend souvent de la sérénité des tribunaux. Les études dominantes en théorie juridique soutiennent que les primaires contestées sont des affaires internes au parti ; ils ne sont donc pas justiciables. S'appuyer sur des données primaires et secondaires – Entretiens sur YouTube, Constitution, loi électorale, décisions judiciaires, reportages médiatiques et observations personnelles – cet article soutient que dans la mesure où les partis politiques sont des entités juridiques, les élections primaires contestées sont justiciables, d'où une question juridique qui doit être résolue par le judiciaire. Pour valider notre argument, l’article s’appuie sur la notion de compétence universelle et obligatoire de Raphaël (1970). Notre enquête révèle que l’incapacité des mécanismes internes des partis à résoudre les primaires contestées explique pourquoi les candidats lésés ont eu recours à des recours légaux. Bien que cette approche ait été remise en question d’un point de vue légaliste, la constitutionnalité de la demande de réparation juridique trouve son origine dans le changement de régime juridique régissant les primaires des partis, qui a façonné, remodelé et eu un impact positif sur la démocratie électorale au Nigeria.Martin Ihembe and Christopher IsikeVolume 21 Number, 1 Jun 2022nigeria2022constitution disputed-primaries judiciary justiciable nigeria
Free, Fair and Credible? An Assessment of Kenya's 2017 Election
Free, Fair and Credible? An Assessment of Kenya’s 2017 ElectionDes élections périodiques, libres, équitables et crédibles sont l’un des principes incontestés de la démocratie libérale. Le Kenya a adopté la démocratie multipartite lors de son indépendance en 1963 et a depuis utilisé des élections périodiques comme moyen de sélectionner ses dirigeants. En se concentrant sur les élections nationales du 8 août 2017 au Kenya, cet article évalue les conditions fondamentales pour des élections libres, équitables et crédibles. À cette fin, le document évalue le cadre juridique électoral du Kenya et son application lors des élections nationales de 2017. En outre, le document utilise les données primaires d'Afrobaromètre pour explorer l'opinion publique sur les performances de la Commission électorale indépendante et de délimitation des frontières (IEBC), des partis politiques et des médias. vers des élections libres, équitables et crédibles. Cette étude révèle que malgré certains défis institutionnels, les élections nationales de 2017 au Kenya se sont déroulées dans le cadre d’un cadre juridique électoral complet et ont atteint le seuil d’élections libres, équitables et crédibles, comme l’ont affirmé les citoyens à travers les sondages publics d’Afrobaromètre. enquête d'opinion. L’évaluation positive des indicateurs de pratiques électorales universellement acceptés par la plupart des gens affirme que, malgré des difficultés notables, les élections nationales de 2017 au Kenya ont été libres, équitables et crédibles, confirmant ainsi la légitimité et l’autorité des dirigeants élus. Cet argument tient compte du le résultat des élections comme facteur fondamental pour façonner la perception du public quant à la liberté et à l’équité du processus électoral.Mercy Kathambi KaburuVolume 21 Number 1 Jun 2022kenya2022 2017democracy election free-and-fair-credible kenya
Election Petition and the Future of Electoral Reforms in Ghana
Election Petition and the Future of Electoral Reforms in GhanaLes résultats des élections ghanéennes de 2012 et 2020 ont été contestés devant la Cour suprême du pays. Même si les procédures judiciaires dans les deux cas n’ont pas modifié les résultats des élections, elles ont néanmoins révélé d’énormes défauts dans les processus électoraux. Les failles des processus électoraux de 2012 ont été exposées à la Cour suprême et figurées dans le jugement final du tribunal, d'une manière qui a permis à la Commission électorale d'initier des démarches en faveur d'un processus électoral. réformes. Cependant, les défis des élections de 2020, bien que exposés devant les tribunaux, n’ont jamais été mentionnés dans le jugement final de la Cour suprême. Cet article discute des implications de la pétition électorale de 2020 pour l'avenir des réformes électorales au Ghana. Il soutient que l'application rigide de la lettre de la loi par la Cour suprême et la relégation au second plan de la Les questions épineuses des défis électoraux lors des élections de 2020 rendraient difficile la recherche de nouvelles réformes électorales. Cela rendrait alors l’avenir de toute tentative visant à affiner les processus électoraux assez sombre.Ransford Edward Van Gyampo, Akpeko Agbevade and Emmanuel GrahamVolume 21 Number 1 Jun 2022ghana2022election electoral-reform-supreme-court-judgment-letter-of-the-law-spirit-of-the-law petition
JAE Volume 21 Number 1 Jun 2022 [Entire Journal]
JAE Volume 21 Number 1 Jun 2022 [Entire Journal]Volume 21 Number, 1 Jun 20222022
BOOK REVIEW: The Moral Economy of Elections in Africa: Democracy, Voting and Virtue
BOOK REVIEW: The Moral Economy of Elections in Africa: Democracy, Voting and VirtueNic Cheeseman, Gabrielle Lynch and Justin WillisVolume 21 Number 1, Jun 20222022
Book Review: Marriages of Inconvenience: The Politics of Coalitions in South Africa
Book Review: Marriages of Inconvenience: The Politics of Coalitions in South AfricaRoger SouthallVolume 21 Number 1, Jun 20222022
Book review: Democracy and Electoral Politics In Zambia
Book review: Democracy and Electoral Politics In ZambiaTom LodgeVolume 21 Number 1, Jun 20222022
Book Review: Study of Coalitions and their Implications for Governance
Book Review: Study of Coalitions and their Implications for GovernanceRoger SouthallVolume 21 Number 1, Jun 20222022
Women's Representation in Lesotho's Legislative Bodies: A Politico-Legal Analysis of the Effectiveness of Electoral Gender Quotas
Women’s Representation in Lesotho’s Legislative Bodies: A Politico-Legal Analysis of the Effectiveness of Electoral Gender QuotasLes femmes sont sous-représentées dans les organes législatifs dans la majorité des pays. pays, et le Lesotho ne fait pas exception à cette tendance mondiale. Dans un Pour tenter de résoudre ce problème, le pays a adopté, par le biais de lois électorales, des systèmes de quotas électoraux par sexe pour les structures législatives locales et nationales. Le pays a introduit un quota de 30 % d’hommes et de femmes pour les élections aux conseils locaux au niveau local. Au niveau national, il a introduit une « liste zèbre » – la condition selon laquelle lorsque les partis politiques soumettent des listes en vue de 40 sièges à la représentation proportionnelle (RP) à l’Assemblée nationale, les noms doivent alterner entre ceux d’hommes et de femmes. L'idée était d'atteindre 50 % de représentation des femmes au Parlement national. Assemblée, au moins pour les 40 sièges PR. L’efficacité de ces deux systèmes de quotas pour améliorer la représentation des femmes a fait l’objet d’intenses désaccords. La question cruciale est de savoir si, depuis l’adoption de quotas par sexe, la représentation des femmes dans les organes législatifs s’est améliorée. L’article étudie cette question en utilisant la méthode d’analyse qualitative du contenu. L’hypothèse centrale est que les quotas électoraux par sexe au Lesotho, en particulier au niveau national, n’ont pas amélioré de manière significative la représentation des femmes. Le document critique les modèles utilisés et formule quelques recommandations de réforme.Hoolo ‘Nyane & Mamello RakolobeVolume 21 Number 1, Jun 2022lesotho2021electoral-gender-quotas electoral-system lesotho local-councils local-government-elections-act national-assembly national-assembly-electoral-act
A Silent Revolution: Zambias 2021 General Election
A Silent Revolution: Zambias 2021 General ElectionCet article traite des élections de 2021 en Zambie, qui se sont déroulées dans un contexte de recul démocratique et de mauvaises performances économiques. Ces élections ont donné lieu à la troisième alternance de pouvoir entre partis politiques en Zambie depuis la vague démocratique des années 1990. Le Front Patriotique (PF) au pouvoir a utilisé ses avantages en place pour contrôler les institutions essentielles à la promotion de la démocratie et à la garantie d'élections crédibles. L'élection a également été caractérisée par des violences politiques qui ont limité la capacité du Parti uni pour le développement national (UPND), parti d'opposition, à se mobiliser librement. En outre, une enquête Afrobaromètre menée en décembre 2020 a montré que la moitié de tous les citoyens interrogés n’étaient pas disposés à déclarer pour qui ils voteraient, réduisant ainsi l’ampleur du soutien à l’UPND. Pourtant, l’UPND a remporté 59 % à l’élection présidentielle et a remporté le plus grand nombre de sièges parlementaires lors d’une élection qui a connu l’un des taux de participation les plus élevés depuis l’avènement de la démocratie multipartite en Zambie. Cet article soutient qu’il y a eu une « révolution silencieuse » en Zambie qui a abouti à la défaite du PF. Cela montre également que les citoyens zambiens n’ont pas fait preuve de complaisance face au recul démocratique.Hangala SiachiwenaVolume 20 Number 2, Oct 2021zambia2021alternation authoritarianism democracy institutions patriotic-front united-party-for-national-development zambia
The Rural Electorate in Zimbabwe's Elections 1980-2018: Consciousness and Voting Preferences
The Rural Electorate in Zimbabwe’s Elections 1980-2018: Consciousness and Voting PreferencesCet article analyse la conscience de l’électorat rural et le vote urbain préférences lors des élections au Zimbabwe de 1980 à 2018. L’article donne du pouvoir aux habitants des zones rurales lors des élections, contrairement à la perception générale d’un électeur rural capturé et d’un électeur urbain libéral. Pour analyser la conscience électorale des électeurs ruraux, l’article utilise des sources primaires (dossiers statistiques électoraux), des entretiens oraux (malgré l’environnement de confinement actuel dû au COVID-19) et de la littérature secondaire pour dériver des données de recherche. Les données aident à déterminer les différences entre les idéologies, la culture et l’éthique urbaines et rurales qui se manifestent dans les préférences partisanes politiques des groupes sociaux dans les deux espaces géographiques. Le document conclut que les habitants des zones rurales avaient tendance à soutenir le parti au pouvoir lors des élections, même s'ils étaient plus vulnérables au favoritisme politique et à une participation apparemment forcée. dans les processus électoraux que les électeurs urbains. Néanmoins, des facteurs culturels, économiques, sociaux et historiques complexes les ont contraints à participer aux élections davantage que leurs homologues urbains. Ainsi, les électeurs ruraux peuvent être considérés comme des participants conscients aux processus électoraux avec une participation et des idéologies politiques variées, quoique mobilisées.Terence Tapiwa Muzorewa and Mark NyandoroVolume 20 Number 2, Oct 2021zimbabwe2021 2018african-nationalism elections mdc political-participation rural-urban-voting-preferences zanu-pf zimbabwe
The Plough and the Kalashnikov: Ethiopia After the Elections - and Tigray
The Plough and the Kalashnikov: Ethiopia After the Elections – and TigrayAucun extraitGreg MillsVolume 20 Number 2 , Oct 2021ethiopia2021amhara ethiopian-peoples-revolutionary-democratic-front oromo tplf western-tigray
Party Nominee or Independent Candidate? Examining Electoral Reforms and the Use of Digital Technologies for Voter Participation in South Africa
Party Nominee or Independent Candidate? Examining Electoral Reforms and the Use of Digital Technologies for Voter Participation in South AfricaCet article traite des réformes électorales et de l'utilisation des technologies numériques pour la participation électorale en Afrique du Sud. L'étude a eu recours à des discussions de groupe et à des entretiens approfondis au moyen de questions semi-structurées pour dialoguer avec les électeurs et les politiciens. Informés par les théories politiques et technologiques, les articles notent que le système électoral actuel présente des avantages et des inconvénients, bien qu'il puisse être amélioré par l'inclusion d'un système électoral mixte proportionnel ou basé sur des circonscriptions dans lequel les électeurs élisent. candidats de partis politiques ou candidats indépendants pour représenter leurs circonscriptions. L’article soutient que les technologies numériques ne peuvent à elles seules améliorer la participation électorale sans des politiques électorales qui favorisent la participation électorale. participation aux processus de sélection des candidats aux élections provinciales et nationales. L'article souligne en outre le fait que l'utilisation des technologies numériques et un système électoral mixte sont souhaitables pour un maximum de citoyens. participation aux élections nationales et provinciales. Toutefois, certains partis politiques dominants dans la démocratie multipartite pourraient percevoir la réforme comme défavorable. L’article conclut que le consensus et la volonté politique sont fondamentaux pour exploiter toutes les réformes électorales progressistes et les outils numériques en faveur d’une démocratie durable.Limukani MatheVolume 20 Number 2, Oct 20212021digital-technologies independent-candidates mixed-electoral-system multi-party-democracy proportional-representation-pr voter-participation
The Nullification of the 2019 Presidential Election in Malawi: A Judicial Coup d'Etat?
The Nullification of the 2019 Presidential Election in Malawi: A Judicial Coup d’Etat?En février 2020, la Haute Cour du Malawi a annulé l’élection présidentielle de mai 2019 et ordonné la tenue de nouvelles élections. Ce jugement a ensuite été confirmé par la Cour suprême d'appel du Malawi. Ces deux jugements sont monumentaux et sans précédent car ce n’était que la deuxième fois qu’une élection présidentielle était judiciairement annulée en Afrique. La nouvelle élection présidentielle a également marqué une première en Afrique lorsqu'elle a été remportée par un candidat de l'opposition. Ces jugements ont ouvert un nouveau terrain pour la loi électorale au Malawi et divisé l’opinion juridique et politique. Cet article propose une analyse critique des deux arrêts. Il se concentre sur le traitement par les tribunaux de la charge et du niveau de preuve dans les litiges électoraux ; l’interprétation de « majorité » comme signifiant 50 % + 1 ; et l'effet de l'annulation de la loi de 2019 élection présidentielle et questions de transition qui en découlent. Dans l’ensemble, le document conclut que même si l’issue du litige a suscité des applaudissements, le raisonnement des deux jugements n’est pas entièrement convaincant.Mwiza Jo Nkhata, Anganile Willie Mwenifumbo and Alfred MajamandaVolume 20 Number 2, Oct 20212021 2019burden-and-standard-of-proof elections electoral-systems meaning-of-majority
JAE Volume 20 Number 2 Oct 2022 [Entire Journal]
JAE Volume 20 Number 2 Oct 2022 [Entire Journal]Volume 20 Number 2, Oct 20212021
The 2020 Chadema Special Seats Dispute in Tanzania: Does the National Electoral Commission Comply with the Law
The 2020 Chadema Special Seats Dispute in Tanzania: Does the National Electoral Commission Comply with the LawCet article se concentre sur le différend du CHADEMA concernant la sélection de ses 19 femmes à des sièges parlementaires spéciaux après l'achèvement des élections générales de 2020 en Tanzanie. Il fait valoir que le différend est dû à l'incapacité de la Commission électorale nationale (NEC) à fournir aux partis politiques des modalités uniformes et transparentes pour la sélection des femmes à des sièges spéciaux, contrairement aux exigences de l'article 81 de la Constitution de 1977. L’échec de la NEC a conduit à des modalités de mise en œuvre de sièges spéciaux réservés aux femmes qui sont incompatibles avec les normes internationales régissant les « mesures temporaires spéciales » (TSM). Cela a conduit à des conflits, à la marginalisation et à la discrimination des femmes occupant des sièges spéciaux, au ridicule du système des sièges spéciaux et à une lente transition des femmes des sièges spéciaux aux sièges de circonscription. L'article fournit des suggestions sur la manière dont le système de sièges spéciaux pourrait être revu et repositionné pour atteindre les objectifs visés.Victoria LihiruVolume 20 Number 2, Oct 2021tanzania2021 2020temporary-special-measures-special-seats-system-elections-women-and-electoral-rights
Zimbabwe's 2018 Harmonised Elections: An Assessment of Credibility
Zimbabwe’s 2018 Harmonised Elections: An Assessment of CredibilityCet article évalue la crédibilité des élections harmonisées de 2018 au Zimbabwe en utilisant une approche de cycle électoral, en faisant valoir que la libre expression du choix des électeurs est une condition sine qua non pour la crédibilité. Une étude des rapports des missions d’observation des élections (MOE), des reportages des médias et des observations relatives aux élections de 2018 souligne l’insuffisance des réformes juridiques ; l'indépendance et l'impartialité douteuses de l'Organe de gestion des élections (OGE) ; biais médiatiques ; distribution partisane de l'aide ; abus des ressources de l'État; achat de votes; l'implication partisane des chefs traditionnels et des militaires ; intimidation; et gestion des résultats suspects. Le document conclut que les élections harmonisées de 2018 n’ont pas réussi le test de crédibilité en raison de l’effet cumulatif des insuffisances structurelles. Il est donc nécessaire de réformer en profondeur les lois électorales du Zimbabwe, d’améliorer l’administration des élections et de garantir des conditions de concurrence équitables pour les candidats en s’attaquant à l’environnement politique dans lequel des élections ont lieu.Rekai RusingaVolume 20 Number 1, Jun 2021englishzimbabwe2021 2018voters-choice-harmonised-elections-credibility-zanu-pf-militarisation
Voting Rights of Zimbabweans in the Diaspora
Voting Rights of Zimbabweans in the DiasporaLa Constitution du Zimbabwe stipule que les citoyens âgés de 18 ans révolus peuvent voter aux élections locales et nationales. Cependant, la loi électorale stipule que seuls les citoyens zimbabwéens en mission diplomatique, les fonctionnaires et les membres des forces armées en mission extérieure peuvent voter depuis l'étranger. Cette exigence légale prive effectivement de leurs droits des millions de citoyens zimbabwéens qui vivent et travaillent dans d’autres pays. La raison pour laquelle les autorités zimbabwéennes actuelles n’autorisent pas ou ne permettent pas à leurs citoyens de voter depuis l’étranger aux élections nationales du Zimbabwe est controversée, en particulier à l’approche des élections générales de 2023. Cet article utilise l’approche bureautique pour affirmer que le droit de vote dans son pays d’origine pour les citoyens travaillant et vivant à l’étranger est un baromètre de l’approfondissement des pratiques démocratiques d’une nation, dont les élections sont un pilier. Cette étude espère contribuer au droit international des droits de l’homme. Une étude sur le vote à l’étranger contribue aux débats concernant la relation évolutive et multiforme entre les États d’origine et leurs communautés de diaspora.Maurice Taonezvi VambeVolume 20 Number 1, Jun 2021zimbabwe2021constitution-of-zimbabwe diaspora disenfranchising national-elections voting zimbabwean-citizens
South Africa's 2016 Municipal Elections: How the ANC and DA Leveraged Twitter to Capture the Urban Vote
South Africa’s 2016 Municipal Elections: How the ANC and DA Leveraged Twitter to Capture the Urban VoteCet article se concentre sur la manière dont le parti au pouvoir en Afrique du Sud, l’African Congrès national (ANC) et principale opposition, l'Alliance démocratique (DA), site de microblogging exploité Twitter. Cela faisait partie de leur urbanité arsenal de campagne électorale lors des élections locales (LGE) de 2016 pour promouvoir l’appropriation partisane des questions numériques dans un contexte urbain. Utilisation du corpus de tweets et des élections liés aux élections de 2016 de chaque parti manifestes, cette étude théorique fondée en trois phases a révélé que chaque parti a utilisé Twitter comme plateforme de communication politique numérique pour communiquer leurs campagnes électorales. Le DA a notamment exploité les réseaux sociaux site davantage pour des messages intenses et ciblés sur sa campagne négative contre le ANC tout en promouvant simultanément des messages électoraux positifs autour ses propres enjeux fondamentaux et ses candidats à la mairie métropolitaine (urbaine). En outre, les métros du champ de bataille ont été identifiés, restreints et ensuite segmentés par le parti à Ekurhuleni, Johannesburg, Tshwane (dans le Gauteng) et Nelson Mandela Bay (au Cap oriental). Cela a conduit à une accentuation campagne pour soit activer la propre base de soutien urbain du parti et/ou pour supprimer la participation de l’ANC dans ces zones très contestées. Les résultats de cette étude indique en outre que l'ANC et le DA ont tous deux utilisé Twitter pour revendiquer l’appropriation explicite et implicite des enjeux politiques des partis numériques dans le LGE 2016.Ronesh Dhawraj, Danie du Plessis and Charmaine du PlessisVolume 20 Number 1, Jun 2021englishsouth-africa2021 2016digital-issue-ownership electoral-politics grounded-theory political-communication social-media south-africa twitter urban-electioneering
Social Media Penetration, Party Politics and Elections in Tanzania: Emerging Practices and Challenges
Social Media Penetration, Party Politics and Elections in Tanzania: Emerging Practices and ChallengesLa Tanzanie a connu une utilisation accrue des médias sociaux dans les campagnes des partis politiques au cours de la dernière décennie. L’usage des réseaux sociaux est néanmoins freiné par un cadre techno-politique changeant régi par les lois relatives à la cybersécurité et aux statistiques. Cette étude était guidée par deux hypothèses : premièrement, malgré des lois restrictives sur la cybersécurité, les médias sociaux ont été effectivement institutionnalisés ces dernières années en tant que nouveau cyberespace civique pour les campagnes des partis politiques lors des élections. Deuxièmement, l’utilisation croissante des médias sociaux aux élections a eu un effet transformateur sur la manière dont la structure du parti était organisée pour mener la mobilisation politique, promouvoir l’idéologie du parti et les interactions inter et intra-partis, ainsi que pour la collecte de fonds. L'étude a interrogé des membres et des dirigeants de cinq partis politiques qui ont participé aux élections générales de 2015 et 2020 et a conclu que les médias sociaux ont eu un effet transformateur sur les principales activités de campagne des partis politiques.Christopher Simeon AwiniaVolume 20 Number 1, Jun 2021tanzania2021cybersecurity-laws election-campaigns political-parties social-media
Exploring the Socio-Demographic Distribution of Independent Swing Voters in Ghana
Exploring the Socio-Demographic Distribution of Independent Swing Voters in GhanaLe Ghana est devenu par défaut un État bipartite, le Congrès national démocratique (NDC) et le Nouveau Parti patriotique (NPP) devenant les seuls partis politiques dotés d'un attrait national suffisant pour remporter les élections et former des gouvernements. Grâce au pouvoir du scrutin, chacun d'entre eux a eu la chance de faire partie du gouvernement et de faire partie de l'opposition officielle. Malgré leur domination dans la politique démocratique du Ghana, aucun des deux partis ne bénéficie du soutien de plus de quarante pour cent de la population électorale du pays. Cela laisse une proportion importante de l’électorat sans alignement sur aucun parti politique. Étant donné que les candidats aux élections présidentielles au Ghana ne peuvent gagner qu'avec plus de 50 % des suffrages exprimés, les électeurs indécis détiennent sans aucun doute la balance du pouvoir. Pourtant, l’attention des chercheurs à cette catégorie d’électeurs dans les démocraties émergentes a été marginale. À l’aide d’un sondage d’opinion national au Ghana réalisé en 2019 dans lequel 27 % des personnes interrogées se sont identifiées comme électeurs indépendants, cet article explore les caractéristiques sociales et démographiques de ces électeurs. Le résultat est surprenant et indique que les régions et les catégories ethniques considérées comme des bastions des deux grands partis détiennent également la plus forte proportion d'électeurs indépendants.Michael Kpessa-WhyteVolume 20 Number 1, Jun 2021englishghana2021elections electorates ghana political-parties realignment swing-voters
Elections, Legitimacy and Democratic Consolidation in Southern Africa: Lessons from Zambia, Zimbabwe and Malawi
Elections, Legitimacy and Democratic Consolidation in Southern Africa: Lessons from Zambia, Zimbabwe and MalawiDes élections régulières sont désormais la norme dans la majeure partie de l’Afrique subsaharienne, mais des élections répétées n’ont pas garanti la consolidation de la démocratie. La légitimité électorale est cruciale pour la démocratisation. Lorsque des acteurs politiques perdants et que leurs partisans ne sont pas satisfaits du processus électoral, il existe un risque de tensions politiques croissantes. Les élections frauduleuses ou controversées ne confèrent pas de légitimité aux vainqueurs et compromettent l’intégrité des élections et de la démocratie. S'appuyant sur les données d'Afrobaromètre et les comptes rendus médiatiques, cet article se concentre sur les élections les plus récentes tenues dans trois pays d'Afrique australe : la Zambie, le Zimbabwe et le Malawi. Nous montrons que lorsque les citoyens estiment que les élections n’ont pas été libres et équitables, leur satisfaction à l’égard de la démocratie et la confiance qu’ils ont dans les institutions diminuent. tels que les commissions électorales et les tribunaux. L’absence de réformes politiques pour remédier aux résultats controversés des élections augmente la probabilité que les élections futures ne soient pas contestées équitablement. Cela place les pays sur la voie du déclin démocratique plutôt que sur la voie de la consolidation.Hangala Siachiwena and Chris SaundersVolume 20 Number 1, Jun 20212021democratic-consolidation elections legitimacy malawi southern-africa zambia zimbabwe
Journal of African Elections Vol. 20 No. 1 June 2021 [Entire Journal]
Journal of African Elections Vol. 20 No. 1 June 2021 [Entire Journal]Volume 20 Number 1, Jun 20212021
Collapsing Electoral Integrity in Mozambique
Collapsing Electoral Integrity in MozambiqueUn secret excessif a toujours compromis l’intégrité des élections au Mozambique. La Commission électorale nationale modifie secrètement les résultats, sans tenir de registres ni informer publiquement que des modifications ont été apportées. Les résultats officiels définitifs des élections de 2019 ont été modifiés à trois reprises par le Conseil constitutionnel sans commentaire et avec des numéros de documents identiques. Les partis politiques veulent une machine électorale politisée avec des candidats à tous les organes électoraux, et l’intégrité n’a cessé de décliner. En 2018-2019, les élections étaient dominées par le parti au pouvoir, le Frelimo, qui a pu modifier ouvertement le résultat des élections municipales et créer 329 430 électeurs fantômes aux élections nationales. Les observateurs de la société civile sont devenus un contrôle important des élections ; mais en 2019, l’observation indépendante a été bloquée dans plusieurs provinces et le chef de l’observation de la société civile dans une province a été assassiné par un commando de la police. Le pouvoir judiciaire, qui a ordonné un nouveau scrutin dans une ville lors des élections municipales de 2013, est devenu politisé et n'interviendra plus. Cet article est un compte rendu empirique de ces événements.Joseph HanlonVolume 20 Number 1, Jun 2021englishmozambique2021elections elections-commission fraud mozambique secrecy transparency
Biometric Technologies and the Prospect of Sustainable Democracy in Africa
Biometric Technologies and the Prospect of Sustainable Democracy in AfricaL'article s'interroge sur la perspective d'atteindre une démocratie durable en Afrique en utilisant la technologie biométrique (BT) pour les élections. La technologie est devenue pertinente dans pratiquement tous les aspects de l’activité humaine, y compris la gestion des élections et le développement démocratique. En Afrique, BT a également été déployé pour améliorer la qualité des élections et de la démocratie. Grâce à l'analyse des documents et à l'examen de la littérature pertinente, les résultats indiquent que, dans une large mesure, BT trace la voie d'une démocratie durable en Afrique. Cependant, le déploiement de BT pour les élections africaines reste confronté à de sérieux défis tels que son coût élevé, son incapacité à lutter contre certaines formes de fraude électorale et le manque de savoir-faire technique. Le document conclut que le développement de la volonté politique pour améliorer la qualité des élections est important afin de relever les défis actuels liés à l'utilisation du BT lors des élections africaines et d'augmenter les chances de parvenir à une démocratie durable.Harrison Adewale IdowuVolume 20 Number 1, Jun 2021englishafrica2021african-elections biometric-technology democracy sustainable-democracy sustainable-development
Succession Politics and State Administration in Africa: The Case of Zimbabwe
Succession Politics and State Administration in Africa: The Case of ZimbabweCet article constitue une enquête critique sur l’influence des politiques de succession sur l’administration de l’État en Afrique, avec une référence particulière au Zimbabwe, et dévoile les frontières interactives et les chevauchements conceptuels dans ce domaine. Cette étude était basée sur 18 entretiens qualitatifs approfondis menés avec des informateurs clés en utilisant la technique d'échantillonnage raisonné, complétés par un examen approfondi de la documentation. Les résultats de l'étude montrent que les politiques de succession en Afrique incluent la domination de l'exécutif, l'égocentrisme et une attitude excessive. pouvoirs de nomination. Ces problèmes sont aggravés par l’absence d’un cadre institutionnel de succession, qui à son tour compromet l’indépendance professionnelle de la bureaucratie et entrave la poursuite d’une gouvernance globale. Les résultats isolent également le Zimbabwe comme victime de facteurs politiques, sociétaux et historiques qui exacerbent le dilemme de succession. Dans ses recommandations, le document soutient que le défi de succession auquel est confronté le continent, en particulier Le Zimbabwe continuera de s'attaquer aux tendances en matière de succession et à une administration réactive à moins que de vastes réformes ne soient instituées pour démanteler l'héritage historique ancré dans les systèmes politiques.Arthur Fidelis Chikerema and Ogochukwu NzewiVolume 19 Number 2, Oct 2020zimbabwe2020constitutionalism regime-change state-administration succession-politics zimbabwe
Prisoners' Right to Vote in Uganda: Comment on Kalali Steven v Attorney General and the Electoral Commission
Prisoners’ Right to Vote in Uganda: Comment on Kalali Steven v Attorney General and the Electoral CommissionL'article 59 de la Constitution ougandaise (1995) garantit le droit à vote. Bien que la Constitution n'interdise pas aux prisonniers de voter, la Commission électorale ougandaise n'a jamais pris de dispositions pour que les prisonniers puissent voter. Le 17 juin 2020, dans l'affaire Kalali Steven contre Procureur général et Commission électorale, la Haute Cour ougandaise a jugé que les prisonniers et les Ougandais de la diaspora avaient le droit de voter et que la Commission électorale devrait mettre en place des dispositions pour qu'ils puissent voter. . L'Ouganda organisera des élections en 2021. Le but de cet article est de suggérer des moyens pratiques par lesquels la Commission électorale peut se conformer au jugement de la Haute Cour. On fait valoir, entre autres, qu'il n'est pas nécessaire d'adopter ou de modifier une législation pour donner effet à l'arrêt de la Haute Cour.Jamil Ddamulira MujuziVolume 19 Number 2, Oct 20202020uganda-prisoners-vote-kalali-steven-v-attorney-general-and-the-electoral-commission-diaspora-elections
The History of Elections in Ghana, Kenya and Uganda: What We Can Learn from These "National Exercises"
The History of Elections in Ghana, Kenya and Uganda: What We Can Learn from These “National Exercises”De nombreux ouvrages ont décrit les années qui ont suivi l’indépendance de la domination coloniale comme une période de « départicipation ». Les nouveaux dirigeants africains – qu’ils soient motivés par une vénalité personnelle ou un engagement sincère en faveur de l’édification de la nation – ont rapidement renoncé aux élections ou, au mieux, ont organisé des élections qui, en niant le choix, ont laissé la violence comme la dynamique centrale de la politique africaine. Cet article s’appuie sur les cas du Kenya, du Ghana et de l’Ouganda à la fin des années 1960 pour montrer que l’accent souvent mis sur la « rapidité et la facilité » de ce processus a été surestimé. Au lieu de cela, les politiciens et les fonctionnaires africains considéraient les élections comme un moyen d’éduquer et de discipliner le public, même s’ils craignaient leurs résultats possibles. En nous appuyant sur une littérature qui se concentre sur l’expérience individuelle des élections plutôt que sur la présence ou l’absence de partis, nous soutenons que la rhétorique de Les politiciens et les fonctionnaires montrent qu’ils considéraient les élections comme des exercices – un terme révélateur – qui permettraient de former et de tester leurs nouveaux citoyens. Mais ce n’est pas tout : les électeurs ont compris leur participation selon leurs propres termes et ont joué un rôle dans le déroulement des premières expériences électorales. Les fermetures politiques de ces années étaient réelles, mais leur évolution était imprévue et contingente, façonnée en partie par l’implication populaire. Ces points n’ont pas seulement une valeur historique, mais fournissent également des indications importantes sur l’ampleur de la quelles élections contemporaines sont des instruments du pouvoir des élites ou des moteurs de démocratisation.Justin Willis, Nic Cheeseman and Gabrielle LynchVolume 20 Number 2, Oct 2021ghana kenya uganda2021citizenship elections ghana independence kenya participation uganda voting
The Impact of Cross-Boundary Electoral Demarcation Disputes in South Africa after 1994: The Case Study of Moutse
The Impact of Cross-Boundary Electoral Demarcation Disputes in South Africa after 1994: The Case Study of MoutseL’impact des conflits transfrontaliers de démarcation électorale en Afrique du Sud après 1994 : l’étude de cas de Moutse L'article étudie l'impact des conflits transfrontaliers de démarcation électorale entre les provinces de Mpumalanga et de Limpopo après 1994. L'article examine en outre comment les conflits de démarcation électorale peuvent être résolus en négociant avec les communautés insatisfaites. Moutse est situé dans une communauté à cheval sur les provinces du nord-ouest du Mpumalanga et du sud du Limpopo en Afrique du Sud. En 2005, les membres de la communauté des quartiers 5 et 6 de Moutse étaient mécontents de la décision du gouvernement national sud-africain et des gouvernements provinciaux du Limpopo et du Mpumalanga de en les relocalisant sous une frontière administrative nouvellement délimitée sans entendre l'opinion de la communauté. L'article a utilisé les dialogues communautaires pour ses recherches. Cette approche s'explique principalement par des approches qualitatives et quantitatives visant à indiquer les processus de collecte de données, à expliquer la nature du problème et à explorer les résultats de la recherche communautaire. L'étude révèle que les perturbations violentes et les protestations des membres de la communauté peuvent être évitées si les voix de la communauté sont prises en compte. L'article recommande que les institutions étatiques qui soutiennent la démocratie constitutionnelle doivent faire preuve de la volonté administrative et politique de transformer les défis de démarcation électorale et de mettre en œuvre des mesures efficaces. principes démocratiques. En conclusion, une planification institutionnelle avancée et son application transparente doivent être soulignées.Beauty Vambe and Sipho MantulaVolume 19 Number 2, Oct 2020south-africa2020african-dispute-resolution-cross-boundary-disputes-electoral-demarcation-community-dialogues-constitutional-democracy-moutse-community
JAE Volume 19 Number 2, Oct 2020 [Entire Journal]
JAE Volume 19 Number 2, Oct 2020 [Entire Journal]2020
Covid-19, Fourth Industrial Revolution and the Future of Elections in Africa
Covid-19, Fourth Industrial Revolution and the Future of Elections in AfricaL’objectif initial de cette étude était d’explorer l’impact potentiel de la Quatrième Révolution Industrielle (4IR) sur les futures élections en Afrique. Le La quatrième révolution industrielle change fondamentalement notre façon de vivre, travailler et avoir des relations les uns avec les autres. Par son ampleur et sa complexité, le 4IR pourrait changer l’humanité et l’existence humaine telle que nous la connaissons actuellement. La soudaineté avec laquelle la pandémie du nouveau coronavirus a mis un terme à la vie dans le monde entier, y compris l’annulation et le report des élections prévues, a conduit à un réalignement des objectifs de recherche. L’étude inclut ainsi la manière dont le 4IR et les urgences mondiales imprévues telles que les pandémies peuvent avoir un impact sur les élections futures, avec une référence spécifique à l’Afrique.Joseph Olusegun Adebayo, Blessing Makwambeni and Colin ThakurVolume 19 Number 2, Oct 2020africa2020elections electoral-management fourth-industrial-revolution novel-coronavirus pandemic
Courts and the Mediation of Public Resource (Ab)use During Elections in Malawi
Courts and the Mediation of Public Resource (Ab)use During Elections in MalawiL’(abus)utilisation des ressources publiques lors des élections au Malawi est un phénomène récurrent. La médiation judiciaire en matière d’utilisation ou d’abus des ressources publiques n’a cependant pas été étendue. Dans les cas où les tribunaux sont intervenus, leurs décisions n’ont guère contribué à endiguer la pratique, notamment de la part des titulaires. Cet article interroge la réglementation judiciaire de l’utilisation (abusive) des ressources publiques lors des élections au Malawi. Entre autres choses, il établit que les médias d’État restent l’une des ressources les plus contestées lors des élections. Le document démontre que la compréhension judiciaire des ressources publiques est étroite et peut protéger les hommes politiques de la censure. En outre, les acteurs politiques du Malawi semblent intéressés à remettre en question l’utilisation (abusive) des ressources publiques uniquement dans la période précédant immédiatement le scrutin, sans inquiétude quant à tout (abus) usage pendant le reste du cycle électoral. ​Mwiza Jo NkhataVolume 19 Number 2, Oct 2020malawi2020civil-society courts elections electoral-cycle party-funding public-resources
Challenges to the Single-Party Dominance of the African National Congress: Lessons from Kwazakhele
Challenges to the Single-Party Dominance of the African National Congress: Lessons from KwazakheleCet article explore les défis auxquels est confronté le Congrès national africain (ANC) dans son fief traditionnel du township ouvrier de Port Elizabeth, Kwazakhele. Les auteurs soutiennent que cette région incarne la domination d’un parti unique depuis des décennies. À l’aide de sondages à la sortie des urnes et d’une enquête post-électorale, l’article détaille les défis auxquels l’ANC fait face à la fois en raison de la baisse de la participation électorale et du soutien croissant aux Combattants de la liberté économique (EFF). L'article conclut que la fin de la domination de l'ANC à Kwazakhele lors des prochaines élections est possible mais n'est pas gagnée d'avance.Janet Cherry and Gary PrevostVolume 19 Number 2, Oct 20202020elections single-party-dominance south-africa voter-turnout voting-behaviour
The Challenges and Opportunities of Web 2.0 Elections: The Case of Zimbabwe
The Challenges and Opportunities of Web 2.0 Elections: The Case of ZimbabweCette étude analyse différentes perspectives sur les défis et les opportunités liés à l’utilisation de la technologie Web 2.0 avec une référence spécifique aux élections générales de 2018 au Zimbabwe. Il aborde les outils et ressources numériques tels que les sites de réseaux sociaux (SNS) et l’enregistrement biométrique des électeurs (BVR) pour la gestion des listes électorales. L’étude comprend des entretiens approfondis avec plusieurs hommes politiques et responsables de la ZEC pour discuter des défis et des opportunités du Web 2.0 lors des élections au Zimbabwe. Informée par des concepts théoriques sur la technologie et la politique, l’étude établit que la technologie n’est pas une panacée mais peut être utilisée comme un appareil. Cette étude conclut que les institutions politiques du Zimbabwe devraient parvenir à un consensus sur le fait que le pays n'organisera pas d'autres élections tant que les réformes électorales ne seront pas mises en œuvre, car la technologie à elle seule ne peut pas surmonter les défis politiques. Ainsi, le l’organisme de surveillance des élections devrait être suffisamment crédible pour garantir des élections libres et équitables.Limukani MatheVolume 19 Number 2, Oct 2020zimbabwe2020biometric-voter-registration-bvr digital-technologies social-networking-sites-snss voters-roll
Campaign Communication in Nigeria's 2019 General Elections: Unfulfilled Party Pledges and Voter Engagement without a Social Contract
Campaign Communication in Nigeria’s 2019 General Elections: Unfulfilled Party Pledges and Voter Engagement without a Social ContractLes promesses de campagne non tenues remettent en question le caractère sacré du processus électoral au Nigeria. Six décennies après l’indépendance politique et six cycles électoraux au cours des deux dernières décennies de la Quatrième République, les cadres juridiques sont inadéquats et il manque de volonté politique pour changer le discours. Tenir les électeurs en embuscade avec des plans d’action à la veille de chaque élection reste un rituel constant pour légitimer les campagnes des partis dans les médias numériques et lors de rassemblements fortement mobilisés, souvent de portée limitée. L’objectif général de cette étude est double. Premièrement, fournir une analyse de la communication de campagne et dans quelle mesure elle influence la participation des citoyens au processus électoral. Deuxièmement, enquêter sur la compréhension qu’a l’électorat des questions politiques. inhérents aux programmes électoraux de 2019 des deux partis politiques dominants, All Progressive Congress (APC) et People’s Democratic Party (PDP), et comment d’autres éléments façonnent la perception et la confiance dans les représentants élus/le gouvernement. La conception de la recherche s'appuie sur des enquêtes par sondage et des entretiens approfondis et cherche à identifier, dans le contexte d'un cycle électoral, pourquoi les conversations entre les candidats à une fonction publique et les électeurs ne se traduisent pas par un contrat social concret ou ne génèrent pas de politiques inclusives limitées dans le temps.Mike OmilusiVolume 19 Number 2, Oct 2020nigeria2020 2019campaign-communication democracy elections social-contract
Zuma versus Ramaphosa: Factors Influencing Party Choice of South Africans in the Run-up to the 2019 Elections
Zuma versus Ramaphosa: Factors Influencing Party Choice of South Africans in the Run-up to the 2019 ElectionsLe résultat des élections locales de 2016 au cours desquelles l'ANC perdu un soutien substantiel, a alimenté les premières spéculations non seulement sur le résultat des élections générales de 2019, mais également sur les facteurs susceptibles de déterminer le soutien au parti. À cela s’ajoute la détérioration de la situation politique et socio-économique en Afrique du Sud. Dans ce contexte, deux enquêtes nationales ont été menées en octobre/novembre 2017 et en octobre/novembre 2018 pour établir les facteurs, à ces moments particuliers, susceptibles d'influencer le choix de vote des Sud-Africains. Les deux enquêtes ont révélé que les électeurs sud-africains fondent de plus en plus leur choix de parti sur considérations rationnelles. La confiance dans le président était un indicateur particulièrement important du choix des électeurs. Dans la première enquête, la perte de confiance dans le président (Zuma) a entraîné une perte de confiance dans l'ANC et dans le soutien au parti ; alors que dans la deuxième enquête, l’inverse était vrai : une augmentation de la confiance dans le président (Ramaphosa) reflétait une confiance et un soutien accrus envers le parti. D'autres prédicteurs du choix de vote dans les deux enquêtes incluent le désir de bien-être socio-économique et l'espoir d'un avenir meilleur ; la peur de perdre une allocation sociale ; âge; et les images de partis racialisés.Yolanda Sadie and Leila PatelVolume 19 Number 2, Oct 2020south-africa2020 2019ramaphosa surveys trust vote-choice zuma
Voting with the Shilling: The "Money Talks Factor" in Kenya's Public Policy and Electoral Democracy
Voting with the Shilling: The “Money Talks Factor” in Kenya’s Public Policy and Electoral DemocracyL’influence de l’argent dans les élections est devenue un élément important dans la détermination des résultats électoraux dans le monde entier. L’utilisation de l’argent dans des activités politiques a porté atteinte à la nature de la politique publique, à la gouvernance, à la concurrence, à l’État de droit, à la transparence, à l’équité et à la démocratie. Bien qu’il existe des lois, des politiques et des directives régissant l’utilisation de l’argent pendant les élections, il existe peu de volonté politique pour les mettre en œuvre. Cet article examine comment l’argent, ou son absence, détermine les résultats électoraux dans les démocraties multipartites, en mettant l’accent sur le Kenya, en utilisant à la fois la théorie hydraulique et le paradigme push-and-pull. L'étude a révélé que dans la plupart des cas, la victoire dans les élections suivent ceux qui ont de l'argent ; dans d’autres cas, c’est le potentiel de victoire qui attire l’argent de donateurs intéressés. L'étude appelle les organismes électoraux tels que la Commission électorale indépendante et de délimitation des frontières à honorer leur mandat et à exiger le respect des lois et réglementations en vigueur dans le but de consolider la gouvernance et de créer des conditions de concurrence équitables pour les candidats.Wilson Muna and Michael OtienoVolume 19 Number 1, Jun 2020kenya2020campaign-financing-campaign-spending-election-money-electoral-outcomes-kenya-public-policy
South Africa's Democracy: The Quality of Political Participation over 25 Years eisa
South Africa’s Democracy: The Quality of Political Participation over 25 Years eisaL'Afrique du Sud a réalisé des progrès considérables depuis 1994 dans l'institutionnalisation et la consolidation de la qualité de sa démocratie. Cependant, des problèmes graves et persistants de gouvernance et des problèmes socio-économiques ont provoqué la colère et la frustration de la population et motivé une augmentation des actions de protestation par le biais de canaux conventionnels et moins conventionnels. La possibilité pour les citoyens de participer au processus politique est essentielle pour une démocratie saine. Il est donc important que des procédures et des mécanismes appropriés soient en place. lieu pour faciliter cette participation. En utilisant la méthodologie de la qualité de la démocratie, le document aborde plusieurs questions importantes, à savoir : dans quelle mesure les opportunités de participation conventionnelle sont-elles développées en Afrique du Sud, et dans quelle mesure sont-elles exploitées ? et quelles formes non conventionnelles de participation existent et quelle est la réponse du gouvernement ? En abordant ces questions, cet article explore le lien entre citoyenneté active et participation politique. au cours des 25 dernières années en vue de vérifier la qualité de la participation politique de l’Afrique du Sud.Victoria GrahamVolume 19 Number 1, June 2020south-africa2020civil-society democracy elections political-participation protests south-africa
The Religious Factor in Nigeria's 2019 Presidential Election
The Religious Factor in Nigeria’s 2019 Presidential ElectionLe facteur religieux dans l’élection présidentielle de 2019 au Nigeria Cette étude analyse le lien entre la religion et le comportement politique lors de l’élection présidentielle nigériane de 2019 et son impact sur le comportement electoral et les tendances à travers le pays. L'ampleur des clivages religieux demeure considérable et n’a pas diminué au fil des années. Ces clivages suivent la fracture entre chrétiens et musulmans, outre les différences confessionnelles L'Europe et l'Amérique ou le pluralisme ethnique dans de nombreux États africains. Le L'impact des religions indigènes africaines est négligeable car il y en a trop pour examen. Cet article contribue donc à la récente resurgence d'intérêt pour la religion et la politique, avec la question de recherche fondamentale étant : la démocratie a-t-elle besoin de religion ? Le journal en déduit que le Nigeria naissant la démocratie doit promouvoir un État laïc, en particulier face à la profonde des différences ethniques et religieuses capables d'engendrer une démocratie le renversement vers l’autocratie et l’absolutisme s’il n’est pas bien géré.Emmanuel O. OjoVolume 19 Number 1, Jun 2020nigeria2020 2019cleavages democratisation politics-and-religion secularism
Political Finance and the 2019 General Elections in Nigeria
Political Finance and the 2019 General Elections in NigeriaL’argent et la politique sont naturellement indissociables car une grande partie de l’activité politique démocratique dépend des ressources financières. Cet article examine les effets de l’utilisation non réglementée de l’argent dans les activités politiques au Nigeria. Les données des sections conceptuelles et théoriques de l'article sont tirées de documents historiques et contemporains sur les personnes, l'économie et la politique. Ceci est complété par l'observation des événements par les auteurs, ainsi que par des analyses de contenu des rapports à partir de données primaires générées lors du suivi du financement politique lors des récentes élections générales au Nigeria, en particulier celles de 2019. Pour son cadre analytique, le document utilise une combinaison de théorie structurelle et approche institutionnelle.Dhikru Adewale Yagboyaju and Antonia Taiye SimbineVolume 19 Number 1, Jun 2020nigeria2020 2019administrative-inefficiency money nigeria political-finance-management politics-and-culture
Operational and Procedural Integrity of elections in the Democratic Republic of Congo
Operational and Procedural Integrity of elections in the Democratic Republic of CongoLes mauvaises pratiques ont affecté l'intégrité des élections en RDC au cours de ses trois récents cycles électoraux démocratiques : 2006, 2011 et 2018, en particulier le dernier cycle. Cependant, même si les médias nationaux et internationaux indiquent que le degré de menace à l'intégrité électorale est plus critique en RDC que dans le reste de l'Afrique, les problèmes en RDC sont similaires à ceux rencontrés dans le reste du continent. De plus, en termes d’intégrité électorale, la RDC pourrait être mieux notée que de nombreux autres pays africains. Cela est particulièrement vrai de l’Afrique francophone, ainsi que de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC)1 à laquelle appartient la RDC. De nombreuses leçons positives ont été tirées des récentes élections en RDC et pourraient inspirer les autorités électorales ailleurs en Afrique et contribuer ainsi à améliorer l’intégrité électorale sur le continent.Tadjoudine Ali-DiabactéVolume 19 Number 1, Jun 2020democratic-republic-of-congo2020biometric-voters-registration electoral-conflict-and-violence electoral-dispute-resolution electoral-integrity manipulation-of-voting-process parallel-vote-tabulation public-confidence publication-of-election-results
Ghana's 2016 Elections: An Overview of Selected Relevant Background Themes
Ghana’s 2016 Elections: An Overview of Selected Relevant Background ThemesSept élections successives ont eu lieu au Ghana depuis 1992, la dernière en 2016, lorsque le pays a fait une quatrième tentative d'adopter un régime constitutionnel. Une littérature en plein essor fournit des explications sur le résultat des élections de 2016, qui ont vu la défaite de l’ancien Congrès national démocratique et une victoire écrasante du Nouveau Parti patriotique. Pourtant, peu d’attention a été accordée aux divers courants sous-jacents, aux événements et aux dynamiques de fond significatives précédant les élections du 7 décembre. Cette recherche fournit donc une présentation partiellement analytique mais largement descriptive de certaines questions pertinentes qui ont contribué à la préparation des élections de 2016. L’étude situe le discours dans le contexte plus large de la démocratisation du Ghana, révélant comment des phénomènes sous-jacents peuvent constituer une menace et remettre en question les perspectives de consolidation démocratique. Cependant, la conclusion indique que le résultat des élections, qui ont été jugées libres et équitables, ne devrait pas être le seul domaine d'intérêt, car les processus qui conduisent aux élections sont d'une grande préoccupation pour une démocratie. Le travail identifie plusieurs domaines de préoccupation, en particulier la gestion électorale du Ghana, les conflits au sein des partis, les agressions non conventionnelles, les explosions de violence et les violences personnelles. les attaques, les élections internes au parti, les campagnes, la façon dont certains chefs ont violé une disposition constitutionnelle et affiché extérieurement la partisanerie, et de brèves questions concernant l'achat de voix.Isaac Owusu NsiahVolume 19 Number 1, Jun 20202020 2016democratic-consolidation elections electoral-politics ghana national-democratic-congress new-patriotic-party
Journal of African Elections Vol. 19 No 1, June 2020 [Entire Journal]
Journal of African Elections Vol. 19 No 1, June 2020 [Entire Journal]Volume 19 Number 1, Jun 20202020
Opinion: The World Robert Mugabe Left Behind
Opinion: The World Robert Mugabe Left BehindStephen ChanVolume 18 Number 2, Oct 20192019
Using On-line Platforms to Observe and Monitor Elections: A Netnography of Mozambique
Using On-line Platforms to Observe and Monitor Elections: A Netnography of MozambiqueCet article vise à comprendre l'impact politique des plateformes de réseaux sociaux sur les élections générales du 15 octobre 2014 au Mozambique. Il se concentre sur la manière dont l'observation et le suivi électoraux ont été effectués au Mozambique à l'aide d'outils en ligne, et s'appuie sur un projet de recherche en cours explorant les jeunes en politique au Mozambique grâce à Internet. Il utilise une approche qualitative d'entretiens et d'ethnographie numérique pour décrire le paysage de l'observation électorale en ligne au Mozambique. Les positions ici sont le résultat de l’abstraction et de la généralisation – les positions particulières d’individus ou de groupes ne feront que se rapprocher de ces positions généralisées, qui sont reconstruites à partir de la complexité de l’expérience quotidienne située. En conclusion préliminaire, nous avons noté qu'Internet permet l'émergence de nouvelles perspectives dans la participation politique au Mozambique, malgré son accès limité à Internet.Dércio TsandzanaVolume 18 Number 2, Oct 20192019electoral-observation mozambique political-participation social-networks
Political Parties and Electoral Offences in Nigeria: A Critical Analysis
Political Parties and Electoral Offences in Nigeria: A Critical AnalysisLe document examine la Constitution nigériane et la loi électorale de 2010 (telle que modifiée) sur le rôle et la complicité des partis politiques dans les infractions électorales au Nigeria. Il explore la mesure dans laquelle les activités ou l’inaction des partis politiques constituent ou contribuent à des infractions électorales. L’objectif est de déterminer si les partis politiques sont complices d’infractions électorales et si la loi électorale doit être réformée pour tenir compte de la culpabilité des partis politiques, réduire la complicité criminelle des partis politiques et améliorer la responsabilité des partis politiques. L’article adopte une méthode mixte d’analyse normative et critique. L'analyse normative découle de l'examen des données doctrinales qui comprennent les principes du droit, les dispositions de la loi électorale de 2010 et la Constitution de la République fédérale du Nigeria (CFRN) de 1999 et d'autres lois pertinentes concernant la jurisprudence en matière de démocratie et de constitutionnalisme, afin de déterminer leur cohérence et leur validité. L’analyse critique, quant à elle, est appliquée aux principes électoraux et démocratiques dans la littérature et les politiques existantes afin de justifier la nécessité de réformer les lois électorales. Le document constate que la loi électorale reste muette dans de nombreux cas de complicité potentielle d'un parti politique dans des infractions électorales. Toutefois, la loi pourrait être réformée pour améliorer la responsabilité des partis politiques et réduire l'incidence des infractions électorales au Nigeria. Il recommande certaines réformes politiques et amendements pour améliorer l’efficacité de la loi électorale de 2010.Bethel Uzoma Ihugba and Charles AlfredVolume 18 Number 2, Oct 2019nigeria2019constitutional-democracy electoral-act-2010 electoral-offences party-politics political-party-accountability
Manifesto Experiment and Internal Electioneering in the Botswana Democratic Party
Manifesto Experiment and Internal Electioneering in the Botswana Democratic PartyLe document examine la Constitution nigériane et la loi électorale de 2010 (telle que modifiée) sur le rôle et la complicité des partis politiques dans les infractions électorales au Nigeria. Il explore la mesure dans laquelle les activités ou l’inaction des partis politiques constituent ou contribuent à des infractions électorales. L’objectif est de déterminer si les partis politiques sont complices d’infractions électorales et si la loi électorale doit être réformée pour tenir compte de la culpabilité des partis politiques, réduire la complicité criminelle des partis politiques et améliorer la responsabilité des partis politiques. L’article adopte une méthode mixte d’analyse normative et critique. L'analyse normative découle de l'examen des données doctrinales qui comprennent les principes du droit, les dispositions de la loi électorale de 2010 et la Constitution de la République fédérale du Nigeria (CFRN) de 1999 et d'autres lois pertinentes concernant la jurisprudence en matière de démocratie et de constitutionnalisme, afin de déterminer leur cohérence et leur validité. L’analyse critique, quant à elle, est appliquée aux principes électoraux et démocratiques dans la littérature et les politiques existantes afin de justifier la nécessité de réformer les lois électorales. Le document constate que la loi électorale reste muette dans de nombreux cas de complicité potentielle d'un parti politique dans des infractions électorales. Toutefois, la loi pourrait être réformée pour améliorer la responsabilité des partis politiques et réduire l'incidence des infractions électorales au Nigeria. Il recommande certaines réformes politiques et amendements pour améliorer l’efficacité de la loi électorale de 2010.Christian John MakgalaVolume 18 Number 2, Oct 20192019corruption electioneering factions manifesto reform
Gambia's Billion Year President: The End of an Era and the Ensuing Political Impasse
Gambia’s Billion Year President: The End of an Era and the Ensuing Political ImpasseL’élection présidentielle gambienne de décembre 2016 a marqué la fin d’une époque pour Yahya Jammeh, l’homme qui avait juré de diriger le pays pendant « un milliard d’années si Allah le dit ». L’impasse politique qui a suivi le rejet par Jammeh des résultats « dans leur intégralité » et son refus de démissionner a plongé le pays dans l’incertitude politique. Cet article explore la fin des 22 ans de règne de Jammeh dans le plus petit pays continental d’Afrique, en se concentrant sur les élections de 2016 qu’il a perdues face à l’ancien agent immobilier Adama Barrow. L’élection offre des leçons pertinentes aux étudiants sur les transitions politiques et le discours électoral contemporain en Afrique et fournit une analyse de certains des facteurs qui expliquent sa défaite.Essa Njie and Abdoulaye SaineVolume 18 Number 2, Oct 20192019dictatorship gambias-2016-presidential-election opposition-coalition yahya-jammeh
Facebook Image-Making in Zimbabwe's 2018 Election Campaigns: Social Media and Emerging Trends in Political Marketing
Facebook Image-Making in Zimbabwe’s 2018 Election Campaigns: Social Media and Emerging Trends in Political MarketingCréation d'images sur Facebook lors des campagnes électorales de 2018 au Zimbabwe : médias sociaux et tendances émergentes en matière de marketing politique Cet article explore l'évolution des tendances en matière de communication politique et de marketing. au Zimbabwe, lorsque les candidats à la présidentielle ont utilisé Facebook pour communiquer, en grande partie aux jeunes et aux électeurs urbains, lors de la campagne électorale de 2018. Des études récentes ont identifié le pouvoir des médias sociaux en tant que plateforme sur quels politiciens présentent des images qui convainquent l'électorat de voter pour eux. Ces images peuvent être créées à travers des photographies, des séquences video et les textes que les hommes politiques publient sur leurs pages Facebook. L'étude a employé un approche qualitative pour établir le rôle joué par l’imagerie politique utilisée par partis et candidats en lice pendant la période de campagne précédant le scrutin de 2018 élections au Zimbabwe, en particulier les favoris et les plus grands partis politiques des soirées. Le candidat présidentiel du MDC-Alliance, Nelson Chamisa, et le candidat du ZanuPF, Emmerson Mnangagwa, étaient tous deux de sérieux prétendants à la présidentielle. présidence. L’analyse met en lumière les implications de la création d’images et les tendances politiques modernes au Zimbabwe et comment Facebook parvient à atteindre l’électorat ciblé.Wishes Tendayi Mututwa, Oluyinka Osunkunle and Brenda MututwaVolume 18 Number 2, Oct 20192019 2018image-making online-politicking political-marketing social-media zimbabwe
Electoral Governance and Democratisation in Southern African Post-Conflict States: Electoral Management Bodies in Angola, Mozambique and South Africa
Electoral Governance and Democratisation in Southern African Post-Conflict States: Electoral Management Bodies in Angola, Mozambique and South AfricaAlbano Agostinho TrocoVolume 18 Number 2, Oct 20192019image-making online-politicking political-marketing social-media zimbabwe
JAE Volume 18 Number 2, Oct 2019 [Entire Journal]
JAE Volume 18 Number 2, Oct 2019 [Entire Journal]Volume 18 Number 2, Oct 20192019
Book Review: Election 2019: Change and Stability in South Africa's Democracy (Jacana Media)
Book Review: Election 2019: Change and Stability in South Africa’s Democracy (Jacana Media)Ivor SarakinskyVolume 18 Number 2, Oct 20192019
Book Review: How to Rig an Election (Yale University Press)
Book Review: How to Rig an Election (Yale University Press)Tom LodgeVolume 18 Number 2, Oct 20192019
The South African Elections: Incumbency and Uncertainty
The South African Elections: Incumbency and UncertaintyLes élections sud-africaines de 2019 ont marqué la sixième vague d’élections libres dans le pays. et des élections équitables depuis sa démocratisation en 1994. Bien que le Le résultat donne au Congrès national africain (ANC) un délai supplémentaire de cinq ans mandat, le parti n’est pas resté sans contestation dans les urnes. Il a enregistré son la plus faible part de voix nationale depuis la transition, une préoccupation majeure pour le parti de libération. Le concours le plus récent démontre également la résilience du principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique (DA), et la poursuite trajectoire ascendante de son plus proche rival, les Economic Freedom Fighters (EFF). Dans cet article, nous analysons les données d’enquête disponibles sur les attitudes des Sud-Africains. et proposent quelques réponses empiriques pour expliquer les résultats des élections. Nous nous disputons cette race continue de figurer en bonne place dans la prise de décision électorale, maisil le fait d’une manière qui s’écarte légèrement de la sagesse conventionnelle. Plus loin, nous avons avancé une explication selon laquelle les dirigeants des partis ont joué un rôle central dans l’élaboration du comportement électoral des citoyens, en particulier parmi leurs propres partisans partisans.Robert Nyenhuis and Mattias KrönkeVolume 18 Number 2, Oct 20192019elections electoral-politics party-politics south-africa voting-behaviour
Limits of Peace Journalism: Media Reportage of kenya''s 2017 General Elections
Limits of Peace Journalism: Media Reportage of kenya”s 2017 General ElectionsEn 2008, le Kenya était au bord d’une guerre résultant des violences politiques qui ont suivi les élections générales. Dans des reportages semblables à ceux du tristement célèbre génocide rwandais de 1994, les médias kenyans ont dressé les différents groupes ethnoreligieux du pays les uns contre les autres. Le résultat a été une perte gratuite de vies humaines et de biens, ainsi qu’un climat sociopolitique très instable. En 2013, alors que le pays était sur le point d’organiser de nouvelles élections générales, l’appréhension était vive au sein de la population. Cependant, ce qui semble être un écart marqué par rapport à ce qui s’est passé en 2008, la couverture médiatique de l’élection a été plus sensible au conflit. Même s’il y a eu des poches d’irrégularités, les élections de 2013 ont enregistré moins de violence et les médias ont été cités comme étant l’une des principales raisons de cette situation. Lors des élections de 2017, les médias ont été une fois de plus au centre du discours public, accusés cette fois de sacrifier la démocratie au profit de la paix. Les observateurs publics ont accusé les médias d’avoir minimisé et/ou sous-estimé les irrégularités et les élections purement truquées, par crainte d’une éventuelle explosion de violence. L’argument avancé par de nombreux journalistes et professionnels des médias était que les médias pratiquaient un journalisme de paix. En analysant une sélection d’articles des grands médias du Kenya, cet article examine le journalisme de paix dans ses nombreuses complexités et dynamiques contextuelles, afin de clarifier la frontière ténue entre le journalisme de paix et le plaidoyer.Joseph Olusegun Adebayo and Blessing MakwambeniVolume 18 Number 2, Oct 2019kenya2019 2017election-reportage elections framing media media-framing peace-journalism
Free and Fair: Observation of Selected African Elections
Free and Fair: Observation of Selected African ElectionsLa première observation électorale à grande échelle a eu lieu au Zimbabwe en 1980. élections pour l'indépendance. Depuis lors, l'observation des élections est devenue une activité régulière dans le monde entier et de nombreuses équipes d'observation sur le terrain d'organisations internationales, d'agences officielles et d'organisations non gouvernementales. Ils utilisent tous des méthodologies similaires, largement dérivées du modèle original de 1980. Un tiers de siècle plus tard, il est peut-être temps de se demander si le recours à l’observation électorale a perdu son utilité – ou s’il est lui-même utilisé pour masquer des formes de tricherie électorale. Cet article examine cinq élections africaines du 21e siècle – au Kenya (2007), au Zimbabwe (2008, 2013 et 2018) et en Zambie (2016), à travers les réflexions d'un pionnier du prototype d'observation des années 1980.Stephen ChanVolume 18 Number 1, Jun 20192019algorithm election-observation free-and-fair peaceful-and-credible plausible
Electoral Violence and Young Party Cadres in Zambia
Electoral Violence and Young Party Cadres in ZambiaLes élections générales de 2016 en Zambie ont marqué un tournant dans l’histoire politique du pays, la violence électorale menaçant son tissu démocratique. Cet article analyse les comptes rendus de campagnes électorales d'un journal privé en ligne, le Lusaka Times, pour réfléchir à la relation entre la violence électorale et les jeunes cadres des partis. Les éléments de l’étude indiquent que les conditions socio-économiques négatives, la manipulation et les incitations des dirigeants ainsi que la perception d’une politique plurielle contribuent tous à la susceptibilité des les jeunes à la violence électorale. Les violences observées en 2016 comprenaient des agressions et des intimidations, la saisie de biens publics, des troubles à l'ordre public, des actes de vandalisme contre les biens du parti, l'anarchie et une rhétorique agressive. Le journal note également que les événements de 2016 ont fait contrepoids à la consolidation de la démocratie, dans la mesure où les activités des jeunes cadres du parti ont compromis la libre participation politique des autres parties prenantes.Kabale Ignatius MukuntoVolume 18 Number 1, Jun 2019zambia2019electoral-campaigns electoral-violence young-party-cadres zambia
Electoral Violence in Kenya 2007 - 2008: The Role of Vernacular Radio
Electoral Violence in Kenya 2007 – 2008: The Role of Vernacular RadioCet article examine comment les changements dans les récits radiophoniques vernaculaires ont influencé les relations intergroupes lors des violences électorales de 2007-2008 au Kenya. En utilisant les médias comme cadre analytique, ainsi que des données originales d'entretiens approfondis recueillies au cours de quatre mois de travail sur le terrain en 2010, l'article explore comment les auditeurs de radio vernaculaires à Kisumu, Eldoret et Nyeri ont interprété les violences électorales de 2007-08 avant, pendant, et après l'événement. Il soutient que la définition des enjeux électoraux et des violences qui en découlent par les radios vernaculaires se fait principalement entre des cadres différenciés et concertés, selon le stade auquel la violence se manifeste. Les cadres différenciés renforcent les attitudes de division et/ou de rébellion et sont susceptibles d’accroître la compétition entre les groupes et d’accroître la violence selon les clivages ethniques. Un cadrage concerté sous-tend les domaines d’intérêt commun perçus comme transcendant les allégeances de groupes disparates, ce qui ouvre la possibilité d’un dialogue intergroupes et d’attitudes collaboratives. Ces résultats mettent également en évidence le rôle central de la proximité ethnolinguistique et de la politique ethno-régionale en tant que moteurs potentiels des cadres radiophoniques vernaculaires, en particulier dans les situations de violence électorale. ​Philip OngunyVolume 18 Number 1, Jun 20192019 2008 2007ethnic-conflicts framing kenya media peacebuilding vernacular-radio
Electoral Politics and Political Transition in Post-War Angola: Progress, Problems and Prospects
Electoral Politics and Political Transition in Post-War Angola: Progress, Problems and ProspectsL’Angola, pays d’Afrique australe, a été inclus dans la troisième vague de démocratisation qui a commencé à déferler sur le continent africain à la fin des années 1980. Des réformes politiques et économiques structurelles, notamment des élections multipartites, ont été introduites en Angola dans le cadre d'un accord de paix destiné à mettre le pays sur la voie d'une démocratisation effective. Cependant, la reprise du conflit armé au lendemain des élections fondatrices du pays en 1992 a bloqué la transition de l’Angola vers la consolidation d’un système démocratique multipartite. La fin de la guerre civile en 2002 a ravivé l’espoir d’un développement démocratique normal grâce à un retour à la politique électorale. S’appuyant sur la conception des élections comme à la fois instruments de démocratie et outils de régime autoritaire, cet article examine les progrès, les problèmes et les perspectives de démocratisation apportés par la reprise de la politique électorale dans l’Angola d’après-guerre. L’analyse des preuves recueillies auprès de sources secondaires qualitatives suggère que, depuis la fin de la guerre en 2002, l’Angola a vu l’établissement d’une hégémonie électorale. Le MPLA domine non seulement le processus électoral – ses règles, leur mise en œuvre et leur décision – mais également les résultats électoraux, permettant au vainqueur de gouverner sans contestation. Cela a ensuite été utilisé pour engendrer d’autres types de domination politique, notamment l’hégémonie constitutionnelle et centrale du gouvernement, garantissant ainsi le renforcement du régime.Albano Agostinho TrocoVolume 18 Number 1, Jun 2019angol2019democratisation elections electoral-authoritarianism-in-africa electoral-politics post-war-angola
Journal of African Elections Vol 18 No 1, June 2019 [Entire Journal]
Journal of African Elections Vol 18 No 1, June 2019 [Entire Journal]Volume 18 Number 1, Jun 20192019
Crimes Involving Dishonesty or Moral Turpitude in Malawi's Elections
Crimes Involving Dishonesty or Moral Turpitude in Malawi’s ElectionsLa Constitution de la République du Malawi disqualifie toute personne à l'élection de président, de vice-président ou de député qui, au cours des sept dernières années, a été reconnue coupable par un tribunal compétent d'un crime impliquant la malhonnêteté ou la turpitude morale. La loi sur les élections locales interdit également à une telle personne d'être élue conseiller pour des motifs similaires. De plus, une fois élus, ces titulaires de charge peuvent perdre leur siège pour des motifs similaires. La question devient : que sont les crimes impliquant la malhonnêteté ou la turpitude morale ? Partout dans le monde, les tribunaux ont eu du mal à définir ce concept amorphe. Au Malawi, quelques affaires ont été entendues dans les deux la Haute Cour et la Cour suprême d'appel pour déterminer si les infractions en cause étaient des crimes impliquant la malhonnêteté ou la turpitude morale. Les tribunaux ont qualifié certaines infractions de malhonnêteté ou de turpitude morale, dans d'autres cas ont rejeté cette étiquette et dans d'autres encore ont évité d'exprimer une opinion d'une manière ou d'une autre. Ce qui est clair, c'est que ces mots restent vagues mais continueront à revenir devant les tribunaux pour trancher diverses infractions. Ce document est d'avis que cette disqualification constitue une limitation illégale de divers droits politiques garantis par l'article 40 de la Constitution. Tout en explorant différentes approches pour clarifier l’expression turpitude morale, il est finalement recommandé de simplement supprimer cette disqualification de la loi et de permettre à l’électorat de choisir librement qui il veut.Gift Dorothy MakanjeVolume 18 Number 1, Jun 20192019crimes dishonesty elections malawi moral-turpitude politics
Biometric Election Technology, Voter Experience and Turnout in Ghana
Biometric Election Technology, Voter Experience and Turnout in GhanaLa Constitution de la République du Malawi disqualifie toute personne à l'élection de président, de vice-président ou de député qui, au cours des sept dernières années, a été reconnue coupable par un tribunal compétent d'un crime impliquant la malhonnêteté ou la turpitude morale. La loi sur les élections locales interdit également à une telle personne d'être élue conseiller pour des motifs similaires. De plus, une fois élus, ces titulaires de charge peuvent perdre leur siège pour des motifs similaires. La question devient : que sont les crimes impliquant la malhonnêteté ou la turpitude morale ? Partout dans le monde, les tribunaux ont eu du mal à définir ce concept amorphe. Au Malawi, quelques affaires ont été entendues dans les deux Cette étude examine les expériences des électeurs avec les technologies électorales comme le système biométrique d'inscription et de vérification des électeurs (BVRV), ainsi que si ces technologies ont affecté à la fois la participation et la confiance dans Élections de 2012 et 2016 au Ghana. Le document explore également si le l’introduction des BVRV a augmenté ou diminué les niveaux de confiance des électeurs dans le Commission électorale (CE) et résultats des élections. En utilisant à la fois le primaire et le données secondaires, l'étude a révélé que l'introduction du BVRV lors des élections la gestion au Ghana a influencé la participation à la fois des personnes instruites et des plus sans instruction. Alors que la plupart des premiers avaient hâte de découvrir ce roman On ne peut pas en dire autant de ce dernier groupe, le moins instruit. L'étude a noté que les institutions étatiques ne prennent pas en compte la diversité de la population en considération lors de l’introduction d’interventions technologiques. Ils tenir pour acquis que les citoyens ont les mêmes capacités, ce qui entraîne la marginalisation et la négligence d'une grande partie de la population ; ce manque de la confiance a à son tour un effet négatif sur la participation électorale. L'étude recommande que de telles inégalités dans la société devraient être prises en considération lorsque mettre en œuvre des interventions telles que le BVRV dans la gestion des élections, en particulier au Ghana mais aussi dans d'autres pays africains ayant des caractéristiques socio-économiques et sociales similaires. conditions politiques.Samuel Adams and William AsanteVolume 18 Number 1, Jun 2019ghana2019
Public Participation, Electoral Dispute and Conflict Resolution Mechanisms: The Case of Moutse, South Africa, Wards 5 and 6, 2013-2016
Public Participation, Electoral Dispute and Conflict Resolution Mechanisms: The Case of Moutse, South Africa, Wards 5 and 6, 2013-2016Cette étude examine le concept de participation du public et le conflit mécanismes de résolution qui peuvent être utilisés pour résoudre les conflits électoraux et conflits au niveau du gouvernement local en Afrique du Sud. L’étude découle en grande partie issue de la recherche-action participative à base communautaire, également appelée comme des conversations de café. Ce projet de recherche a été mené à Moutse, Wards 5 et 6 de la municipalité locale d'Ephraim Mogale, une municipalité de catégorie B c'est la plus petite des quatre municipalités du district de Sekhukhune. C'est un district transfrontalier qui s'étend au nord-ouest de Mpumalanga et la partie sud du Limpopo. Sekhukhune est à 94 % rurale et à 5,3 % urbaine et environ 50 % de la population a moins de 18 ans. Moutse comprend quatre villages : Mamaneng-Matatadimeng, Ga-Matlala Ramoshebo, Mokgwaneng et Tshikannosi. Données de recherche collectées sous forme de dialogues communautaires sont utilisés dans cet article avec des articles de revues, des livres et des médias pertinents. reportages sur le même sujet. Le but de cet article est d’explorer l’importance de participation publique des membres de la communauté aux affaires de leur communauté. L'article soutient qu'une participation accrue du public peut faciliter les membres de la communauté à participer à la résolution des différends et des conflits dans leur communauté. Les résultats de la recherche montrent que la participation du public reste un élément important d'une démocratie, et que le public à tout moment veut participer à la prise de décisions qui affectent ses droits.Tshepo Aubrey Manthwa and Lefa Sebolaisi NtsoaneVolume 18 Number 2, Oct 2019south-africa2018 2016 2013community election-disputes ethnic-conflicts formal-and-traditional-mechanisms public-participation
The Judiciary and Democracy in Ghana's Fourth Republic
The Judiciary and Democracy in Ghana’s Fourth RepublicDepuis l'avènement des élections multipartites en 1992, le Ghana a réussi à a organisé six élections présidentielles et législatives libres et équitables, dont alternance pacifique du pouvoir à trois reprises. Malgré cet impressionnant des élections record, transparentes et pacifiques ne sont jamais un résultat garanti au Ghana. Les élections générales dans le pays sont très compétitives et serrées contesté par les deux principaux partis politiques, le Nouveau Parti Patriotique (NPP) et le Congrès national démocratique (NDC) et leurs bases de soutien. Le La saison des élections générales de 2016 a été une lutte acharnée marquée par des tentatives apparentes à la fraude et à la corruption de la part de la Commission électorale. Bien que les préparatifs du vote ont été tendus, les élections se sont déroulées sans incident, en grande partie à cause des actions de la Cour suprême. Ces arrêts de la Cour suprême sur la transparence et l'équité électorales lors des élections de 2016 poursuivent leur travail longue histoire d’intervention judiciaire dans les conflits électoraux. Près de trois décennies de l’activisme judiciaire a effectivement contraint les principaux partis politiques leurs tentatives continues d’utiliser la fraude et la corruption pour obtenir des gains lors des élections. Cette étude soutient ainsi les premiers travaux de Ruti Teitel sur l'élaboration des politiques judiciaires dans les États en transition en démontrant comment un militant du pouvoir suprême La Cour a efficacement préservé et fait progresser la démocratisation face à institutions politiques faibles.Isaac Owusu-Mensah and Joanna RiceVolume 17 Number 2, Oct 2018ghana2018democracy elections electoral-commission ghana judiciary supreme-court
Is Voting in Ghana Ethnically Based?
Is Voting in Ghana Ethnically Based?Les universitaires ghanéens affirment souvent que l’origine ethnique est le principal facteur déterminant les choix électoraux des électeurs au Ghana, et celui du vote au Ghana, comme ça de nombreux autres pays africains, est ethnique. Cet article cherche à tester le validité de ces perceptions. Les électeurs de trois circonscriptions clés ont été sélectionnés et interrogé sur les considérations qui ont façonné leurs préférences de vote dans Dernières élections au Ghana en 2016. Leurs réponses révèlent un mélange compliqué de motifs qui suggèrent que dans les domaines considérés comme ayant été politiquement façonnés par les identités ethniques, le choix des électeurs est instrumental et rationnel, influencé plus par soucis de subsistance que par loyauté ethnique.Ransford Edward Van Gyampo, Tom Lodge and Ricky AppahVolume 17 Number 2, Oct 2018ghana2018ethnicity ghana ideology party-identification rational-choice voting
Election Administration in Nigeria: A Researcher’s Account of the 2015 General Elections
Election Administration in Nigeria: A Researcher’s Account of the 2015 General ElectionsUtilisation de comptes empiriques de terrain sur les élections générales de 2015 à Ibadan Zone de gouvernement local du Sud-Est, cet article étudie les problèmes et les perspectives de l'administration électorale au Nigeria. Il fait valoir que même si le Commission électorale nationale indépendante (INEC), l’organisme électoral du Nigeria organe de direction, a fait des préparatifs minutieux pour la conduite de l'assemblée générale élections à travers le pays, la conduite des élections dans la zone de gouvernement local du sud-est d'Ibadan a été caractérisée par la logistique, la main-d'œuvre et défis de sécurité. La combinaison du caractère des électeurs et celle des responsables électoraux, ainsi que l'attitude des forces politiques dominantes partis au niveau local, ont façonné les résultats de ces élections.Olajide O. AkanjiVolume 17 Number 2, Oct 2018nigeria2018 2015election-administration election-outcomes electoral-malpractices independent-national-electoral-commission nigeria political-parties
Journal of African Elections Vol 17 No 2, Oct 2018 [Entire Journal]
Journal of African Elections Vol 17 No 2, Oct 2018 [Entire Journal]Volume 17 Number 2, Oct 20182018
A Critique of Proceduralism in the Adjudication of Electoral Disputes in Lesotho
A Critique of Proceduralism in the Adjudication of Electoral Disputes in LesothoL’un des traits caractéristiques de la démocratie électorale au Lesotho est le caractère contesté des élections. Depuis 1993, lorsque le pays est revenu à l'ordre constitutionnel la démocratie après une longue période de dictature et de régime monarcho-militaire, chaque élection a été soumise à une forme ou une autre de mécontentement. Le les parties lésées utilisent diverses manières pour exprimer leur mécontentement, et plus encore bien souvent, les litiges aboutissent devant les tribunaux. Les tribunaux sont alors appelé à déterminer la validité ou non des résultats des élections déclarés par l’organisme électoral. Les sept élections depuis 1993 ont été contestées devant les tribunaux. Malgré cette détermination de acteurs politiques du Lesotho pour résoudre les conflits électoraux par le biais des tribunaux En vertu de la loi, entre autres moyens, aucun tribunal au Lesotho n’a annulé le résultat d’une élection ou ordonné la réattribution des sièges depuis 1993. les requêtes sont presque invariablement rejetées pour des raisons de procédure ou pour fondée sur une mauvaise application de la théorie de l’effet substantiel. Cette approche de le règlement des différends au Lesotho a non seulement mis en péril la justice électorale dans le pays, mais a aussi sans doute perpétué la violence électorale qui a été l’un des traits caractéristiques du processus électoral politique au Lesotho. Le but de cet article est donc de critiquer cette approche. Méthodiquement, l’article utilise l’approche politico-juridique pour critiquer le modèle tel qu’il se manifeste à travers les nombreuses décisions de justice qui ont été prononcées sur les pétitions électorales depuis 1993.Hoolo ‘NyaneVolume 17 Number 2, Oct 20182018adjudication-of-election-petitions constitution electoral-law electoral-system lesotho substantial-effect-doctrine
The Concept of Agency Theory in Electoral Democracy
The Concept of Agency Theory in Electoral DemocracyCet essai analyse la doctrine du droit du mandat dans le contexte de démocratie électorale dans l'évaluation des droits et des responsabilités de l'élite politique et le public votant. Le modèle principal-agent a été utilisé pour expatrier défis dans la relation entre la performance de l’agent et la façon dont le Le mandant peut récompenser ou punir l'agent par le biais d'élections compétitives. Dans ce faisant, les autorités politiques élues sont considérées comme des agents de l’État gouvernance alors que les électeurs, et par extension la population, sont considérés comme dirigeants de l’État. La relation mandant-agent génère le processus électoral responsabilité des représentants envers les électeurs en vérifiant et en contrôlant le comportement de l’élite politique pour garantir que les programmes et politiques nationaux et les lois sont appliquées dans l’intérêt du grand public. L'étude conclut que les électeurs, en tant qu'électeurs, attendent des agents politiques qu'ils fournissent des biens publics et services à leur bénéfice et que leur échec entraîne un vote de censure. Ce signifie que des élections compétitives créent une relation de responsabilité formelle entre les dirigeants politiques et les électeurs. Cette responsabilité minimise la capacité des dirigeants politiques à tirer parti de l’asymétrie de l’information.Joseph Kwaku AsamoahVolume 17 Number 2, Oct 20182018adverse-selection agency-cost electoral-agency-theory moral-hazard principal-agent-theory public-accountability
When a Compratriot Becomes a Foe: Political Parties and Violent Elections in Kenya and South Africa
When a Compratriot Becomes a Foe: Political Parties and Violent Elections in Kenya and South AfricaCet article examine les opérations des partis politiques au Kenya et dans le Sud Afrique et fournit une analyse de la manière dont ces opérations sont devenues des moteurs de violences électorales. L'article soutient qu'en raison de la structure de partis politiques et comment ils fonctionnent, ils ont contribué à la violence c’est devenu une caractéristique endémique des processus électoraux dans les deux pays. Au Kenya, la plupart des violences électorales ont eu lieu entre partisans de différents partis. partis politiques qui contestent les résultats des élections. En Afrique du Sud, même si il y a eu de nombreux incidents de violence entre partis dans les années 1990, les tendances récentes indiquent des réductions de la même chose mais avec une augmentation de la violence au sein du parti, notamment en ce qui concerne les listes de partis contestées.John Rabuogi AhereVolume 17 Number 2, Oct 2018kenya south-africa2018election-violence kenya political-parties south-africa
Voting Rights of Internally Displaced Persons in Nigeria's 2015 General Eections
Voting Rights of Internally Displaced Persons in Nigeria’s 2015 General EectionsL’étude examine dans quelle mesure le corps électoral du Nigeria s’est conformé avec les cadres juridiques existants sur les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (PDI) voter lors des élections générales de 2015. Les cadres juridiques existants dans La question se compose de deux cadres internationaux que le Nigéria a adoptés, et deux cadres nationaux. Les principes directeurs des Nations Unies sur les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays et la Convention de l’Union africaine pour la protection et l'assistance aux personnes déplacées internes en Afrique, autrement connue sous le nom de Convention de Kampala, sont les deux conventions internationales cadres. Les cadres juridiques nationaux comprennent la Constitution de 1999 (telle que modifiée) et la loi électorale de 2010 (telle que modifiée). Les données de l'étude étaient générés par des entretiens avec des responsables du corps électoral du Nigeria. Ceci a été complété par des preuves documentaires basées sur des données secondaires. sources, y compris les rapports électoraux du Nigeria, la loi électorale de 2010, la loi de 1999 Constitution de la République fédérale du Nigeria et autres documents pertinents. Les données ont été analysées à l’aide d’une analyse de contenu ancrée dans la déduction logique. Le Le résultat de l'analyse des données montre que la gestion des droits de vote des Les personnes déplacées lors des élections générales de 2015 au Nigéria ont été violées par le corps électoral. tous les cadres juridiques existants qui guident le vote des personnes déplacées. L’étude donc recommande qu'un système de vote électronique soit introduit au Nigeria permettre à tous les Nigérians éligibles, y compris les personnes déplacées, de voter dans n'importe quelle partie du pays. le pays dans lequel ils résident au moment de l’élection.Emeka C. Iloh, Michael E. Nwokedi, Cornelius C. Mba and Kingsley O. IloVolume 17 Number 1, Jun 2018nigeria2018 2015adamawa-state electoral-act-2010 independent-national-electoral-commission inec internally-displaced-people permanent-voters-cards
The Rise and Fall of the Government of National Unity in Zanzibar: A Critical Analysis of the 2015 elections
The Rise and Fall of the Government of National Unity in Zanzibar: A Critical Analysis of the 2015 electionsCet article analyse les écueils qui ont caractérisé l’émergence et disparition éventuelle du Gouvernement d’unité nationale (GNU) en Tanzanie région semi-autonome de Zanzibar. Tiré d'une politique continue et observations électorales à Zanzibar, l'article analyse comment les élections générales de 2015 les élections ont contribué à la dissolution éventuelle du GNU. Le GNU dans Zanzibar était un règlement politique négocié entre deux parties – la le président sortant Chama cha Mapinduzi (CCM) et le Front civique uni (CUF). Cet article examine en particulier comment le début de la révision constitutionnelle Le processus en Tanzanie a contribué au dépérissement du GNU. Malgré son programme indéniablement noble, le processus de révision constitutionnelle a ressuscité de vieux inimitiés entre le CCM et le CUF. Les positions divergentes des deux partis sur la structure de l'Union a ravivé les divisions qui caractérisaient leurs relation avant le GNU. Nous analysons la rhétorique du cycle électoral à la suite la période précédant les élections et comment cela a élargi les fissures du GNU menant jusqu'à sa disparition éventuelle après la réélection en mars 2016. Après les élections de 2015 les élections furent annulées, le CUF, qui avait revendiqué la victoire, boycotta le réélection. En conséquence, le CCM a remporté une écrasante victoire électorale.Nicodemus Minde, Sterling Roop and Kjetil TronvollVolume 17 Number 1, Jun 2018tanzania zanzibar2018 2015elections government-of-national-unity political-settlement reconciliation tanzania zanzibar
Local Media Observation of Mozambique's Elections
Local Media Observation of Mozambique’s ElectionsLes journalistes locaux travaillant ensemble au Mozambique ont surmonté de nombreuses difficultés des limites de l’observation électorale internationale et nationale. Dans un système développé lors de trois paires d'élections municipales et nationales (2003-4, 2008-9, 2013-4), journalistes de radios communautaires et autres les médias ont fait état d'un bulletin d'information quotidien national sur l'inscription, la campagne, voter et compter tout en continuant à travailler pour leurs propres organisations. Les rapports faisant état de violences et d'inconduites locales ont été publiés à l'échelle nationale, généralement apporter des réponses rapides. Les témoignages de journalistes locaux, ainsi que La pression médiatique continue a forcé la tenue d’élections à nouveau. Cela a conduit à des changements dans la loi électorale qui a réduit les fautes professionnelles. Deux aspects se sont révélés centraux : précision et connaissance locale. Rien n'a été publié dans la coopérative newsletter à moins qu'elle n'ait été vérifiée ou obtenue, fournissant ainsi un à l’encontre des informations exagérées ou fausses sur les réseaux sociaux. Journalistes locaux connus et dignes de confiance dans leurs propres communautés ont reçu des plaintes concernant malversations électorales et disposait de contacts appropriés pour vérifier ou réfuter ces réclamations. Parce que le contrôle éditorial central de leurs rapports exige des détails et authentification, ces rapports sont à la fois précis et fiables. De plus, quotidiennement la publication signifiait également que leurs rapports avaient plus d'immédiateté que ceux de d'autres observateurs électoraux. En conséquence, cette collaboration des journalistes locaux garanti la responsabilité des partis politiques et du système électoral.Adriano Nuvunga and Joseph HanlonVolume 17 Number 1, June 20182018election fraud media monitoring mozambique newsletter observation
International Election Observers in Kenya's 2017 Elections: Impartial or Partisan
International Election Observers in Kenya’s 2017 Elections: Impartial or PartisanRécemment, des questions ont émergé concernant le professionnalisme et l'impartialité des observateurs électoraux. Au Kenya, des inquiétudes sont apparues après les élections d'août 2017, lorsque la Cour suprême du Kenya a annulé la victoire d’Uhuru Kenyatta, malgré les observateurs suggérant que les élections étaient crédibles. Partant de cette fondation, ce Le document examine la conduite des observateurs électoraux lors des élections et l'affirmation selon laquelle leur comportement équivalait à être impartial. Les données qui ont éclairé l’étude ont été recueillies au moyen d’entretiens et d’analyses de recherches antérieures. Les résultats de cette recherche démontrent que l’observation des élections ne peut être détachée de la le contexte social, politique et sécuritaire dans lequel il se déroule et les méthodologies utilisés par les observateurs influencent également leurs conclusions. Il est important de noter que la technologie l’expertise des missions d’observation devient de plus en plus importante à mesure que les États à une technologie électorale plus sophistiquée. De plus, l'étude révèle que les élections sont devenues un facteur de polarisation au Kenya en raison de la montée des politiques ethniques et la prévalence d’institutions dysfonctionnelles. Les âpres luttes de pouvoir qui se déroulent lors des élections ont eu tendance à impliquer les observateurs internationaux, car chaque politique Le candidat s’attend à ce que les observateurs soutiennent sa position. Nous concluons que les allégations d'impartialité portée à l'encontre des observateurs sont destinés à servir le politique objectifs de ceux qui les élèvent. Nos résultats suggèrent trois circonstances dans quels observateurs peuvent être accusés de partialité. La première est lorsque les politiciens estiment que Les chances sont minces pour leurs chances de remporter la victoire aux élections. Deuxièmement, des accusations de partialité peuvent être avancées comme outil de campagne pour susciter la sympathie du public ou consolider le soutien. Troisièmement, des allégations de partialité peuvent être invoquées par l'opposition justifier les manifestations post-électorales destinées à forcer la tenue d'un nouveau scrutin ou à obtenir un résultat politique accord pour répondre à ses intérêts.Moses Nderitu NginyaVolume 17 Number 1, June 2018kenya2018 2017election-observation ethnicity impartiality kiems supreme-court-of-kenya
Gerontocracy in African Politics: Youth and the Quest for Political Participation
Gerontocracy in African Politics: Youth and the Quest for Political ParticipationRécemment, des questions ont émergé concernant le professionnalisme et l'impartialité des observateurs électoraux. Au Kenya, des inquiétudes sont apparues après les élections d'août 2017, lorsque la Cour suprême du Kenya a annulé la victoire d’Uhuru Kenyatta, malgré les observateurs suggérant que les élections étaient crédibles. Partant de cette fondation, ce Le document examine la conduite des observateurs électoraux lors des élections et l'affirmation selon laquelle leur comportement équivalait à être impartial. Les données qui ont éclairé l’étude ont été recueillies au moyen d’entretiens et d’analyses de recherches antérieures. Les résultats de cette recherche démontrent que l’observation des élections ne peut être détachée de la le contexte social, politique et sécuritaire dans lequel il se déroule et les méthodologies utilisés par les observateurs influencent également leurs conclusions. Il est important de noter que la technologie l’expertise des missions d’observation devient de plus en plus importante à mesure que les États à une technologie électorale plus sophistiquée. De plus, l'étude révèle que les élections sont devenues un facteur de polarisation au Kenya en raison de la montée des politiques ethniques et la prévalence d’institutions dysfonctionnelles. Les âpres luttes de pouvoir qui se déroulent lors des élections ont eu tendance à impliquer les observateurs internationaux, car chaque politique Le candidat s’attend à ce que les observateurs soutiennent sa position. Nous concluons que les allégations d'impartialité portée à l'encontre des observateurs sont destinés à servir le politique objectifs de ceux qui les élèvent. Nos résultats suggèrent trois circonstances dans quels observateurs peuvent être accusés de partialité. La première est lorsque les politiciens estiment que Les chances sont minces pour leurs chances de remporter la victoire aux élections. Deuxièmement, des accusations de partialité peuvent être avancées comme outil de campagne pour susciter la sympathie du public ou consolider le soutien. Troisièmement, des allégations de partialité peuvent être invoquées par l'opposition justifier les manifestations post-électorales destinées à forcer la tenue d'un nouveau scrutin ou à obtenir un résultat politique accord pour répondre à ses intérêts.Joseph Olusegun AdebayoVolume 17 Number 1, June 20182018africa elections electoral-violence nationalism nationhood youth
Ethnicity and Election Outcomes in Nigeria: Interrogating the 2015 Presidential election
Ethnicity and Election Outcomes in Nigeria: Interrogating the 2015 Presidential electionL’objectif de cet article est d’étudier les effets de l’appartenance ethnique sur la Résultat de l'élection présidentielle de 2015 au Nigeria. Afin d'obtenir ceci, l'analyse descriptive et statistique des résultats officiels des élections publié par l’Organe de gestion des élections du pays (INEC) ainsi qu’un une analyse historique des élections présidentielles passées au Nigeria a été adoptée. Les résultats ont révélé que les principaux candidats ont reçu des votes de bloc leurs différents États et zones géopolitiques. Cela indique que les candidats fait appel aux sentiments ethniques pour recueillir des voix. L'implication politique de ce scénario inclut le fait que le vote par blocs ethniques détruit les relations interethniques. accommodements et efforts d’édification de la nation. Il est cependant recommandé que les efforts devraient être intensifiés pour fournir une législation contraignante ensemble de principes pour l’édification de la nation et l’intégration nationale qui garantir à son tour la coexistence pacifique des personnes de diverses ethnies arrière-plans.Atanda Abdulwaheed Isiaq, Oluwashina Moruf Adebiyi and Adebola Rafiu BakareVolume 17 Number 1, June 2018nigeria2018 2015elections ethnic-bloc-voting ethnicity rational-choice voting-behaviour
JAE Volume 17 Number 1 Jun 2018 [Entire Journal]
JAE Volume 17 Number 1 Jun 2018 [Entire Journal]Volume 17 Number 1, June 20182018
Angola's 2017 Elections and the Start of a Post-Dos Santos Era
Angola’s 2017 Elections and the Start of a Post-Dos Santos EraPour la première fois dans l'histoire de sa démocratie multipartite, l'Angola a tenu élections en août 2017 sans le président José Eduardo dos Santos bulletin de vote. En 2016, dos Santos a décidé de ne pas se présenter à nouveau à la présidence. mais il est resté président du parti. Au lieu de cela, João Manuel Gonçalves Lourenço a été nommé pour remplacer dos Santos comme candidat du MPLA. Le départ de dos Santos a suscité l’espoir d’un changement politique dans le pays. Toutefois, cela ne s'est pas produit car le MPLA a obtenu une majorité qualifiée l'Assemblée nationale malgré leur soutien en baisse par rapport aux résultats des élections générales de 2012. Même si les élections de 2017 ont été considérées comme été bien préparé et exécuté, le résultat a été contesté par l'opposition en raison d'irrégularités dans l'inscription des électeurs, l'accréditation des partis agents et des problèmes pour compter et annoncer les résultats. Le changement du leader a soulevé un certain nombre de questions concernant les implications d'un double centre du pouvoir au sein du MPLA et de la présidence. Comment João Lourenço va gérer la question des factions créées par son accession au pouvoir est préoccupante, ainsi que sa capacité à mettre fin à l'hégémonie et au pouvoir économique de dos Santos et de ses alliés. Il devra également faire face à la crise économique actuelle crise et stimuler la confiance déclinante du public dans le MPLA. En abordant certains de ces questions, cet article apporte une contribution importante à la compréhension les processus électoraux en Angola.Zefanias Matsimbe and Nelson DomingosVolume 17 Number 1, June 2018english2018 2017angola elections joao-lourenco jose-eduardo-dos-santos mpla unita
Youth, Protests and the 2014 National Elections: The Case of Zamdela, Sasolburg
Youth, Protests and the 2014 National Elections: The Case of Zamdela, SasolburgIl existe une perception générale selon laquelle les jeunes sont apathiques à l'égard de la politique locale et élections nationales. Dans le même temps, les jeunes sont souvent en première ligne manifestation. La politique électorale et la protestation sont toutes deux des formes de participation politique ; cependant, la relation entre les deux est sous-explorée. À Zamdela, Les jeunes ont été politisés par deux événements : la manifestation de janvier 2013 et la formation des Combattants de la liberté économique (EFF) à la mi-2014. En outre, de nombreux jeunes sont simplement en conflit avec le manque de prestation de services par le pouvoir parti et le manque d’alternatives viables lors des élections. En utilisant des données qualitatives, cet article retrace et analyse thématiquement les attitudes politiques des jeunes à Zamdela entre la manifestation de démarcation de janvier 2013 et les manifestations de mai Élections nationales de 2014. Quantitativement, l'article fournit des données pratiques décrivant la manière dont les jeunes se sont engagés dans l'élection nationale de 2014 élections, compte tenu des perspectives fluctuantes tout au long de 2013 et 2014. Dans ce contexte, l’article analyse la notion d’apathie des jeunes vers la politique et les élections, ainsi que le « scrutin et le vote » de Booysen (2007). Brick’ analyse de l’engagement politique, de la protestation et des élections. L'article démontre qu'une forte proportion de jeunes sont politiquement conscients, participé à la manifestation, voté aux élections et manifesté une augmentation probabilité de voter pour des partis autres que l’ANC.Mahlatse RampediVolume 16 Number 2, Oct 2017south-africa2017 2014elections political-alternatives political-apathy political-participation protest youth
Voters' Roll Crises and the need for Electoral Reforms in South Africa
Voters’ Roll Crises and the need for Electoral Reforms in South AfricaCet article examine les implications de la décision de la Cour constitutionnelle selon laquelle a déclaré inconstitutionnelles les élections partielles de Tlokwe de 2013. Cette décision a été parce que les listes électorales ne contenaient pas les adresses des électeurs comme l’exigeait la loi. législation électorale et cela a jeté une ombre sur la crédibilité des élections en Afrique du sud. La Cour Constitutionnelle a donné à la Commission Electorale jusqu'à fin juin 2018 pour corriger ce problème qui touche plus de 10 millions d'électeurs. La question abordée dans cet article est de savoir si le système électoral La Commission trouvera une solution à cette énigme devant le Parlement général national élections prévues pour 2019. Ceci est particulièrement urgent car la Commission électorale a déjà indiqué son incapacité à accomplir cette mission tâche face à des ressources insuffisantes. Le document examine également la nature du problème concernant les listes électorales et la circonscription électorale au sein dont il est fondé. Pour tenter de trouver une solution à ce problème, le l'auteur a entrepris une petite enquête pour déterminer si les partis politiques utilisaient les adresses des électeurs pour mener leur travail de campagne. Le document conclut en proposant des réformes électorales susceptibles de résoudre le problème de la participation des électeurs rouler et améliorer la gestion globale des élections en Afrique du Sud.Raynauld D RussonVolume 16 Number 2, Oct 2017south-africa2017credibility-integrity-voters-roll-voting-district-electoral-reform-electoral-commission-constitutional-court
Social Media, Elections and Political Engagement: The 2014 General Election in Mauritius
Social Media, Elections and Political Engagement: The 2014 General Election in MauritiusMaurice a préféré le scrutin aux balles, gagnant ainsi son statut de démocratie à suivre en Afrique. Les élections sont une caractéristique régulière du paysage politique mauricien et depuis son indépendance en 1968, la petite île a déjà organisé dix élections jugées libres et équitables. Un autre Une caractéristique notable est le taux de participation électorale relativement élevé, qui oscille entre 70 % et 85 % lors des dix dernières élections générales. Avec un tableau d’affichage aussi impressionnant, tout devrait bien se passer, mais malheureusement ce n’est pas le cas. Au cours des dernières années, un certain nombre de déficits démocratiques tenaces ont été constatés. ont été notés, en particulier l'avènement de la politique dynastique, la montée de l'ethnopolitique et la présence de gros capitaux en politique. Les élections ont vu l'alternance du pouvoir mais malheureusement cela s'est fait avec les mêmes partis et les mêmes dirigeants. En fait, partout dans le monde, la politique établie est en crise et Maurice n’échappe pas à cet état de fait. L’objectif de cet article est d’explorer la possibilité de faire de la politique différemment grâce à l’utilisation des nouvelles technologies et des médias sociaux. Le document examinera si Maurice a suivi la tendance de ce que l'on appelle désormais la démocratie directe, et la possibilité d'un nouveau type d'engagement politique et, ce faisant, de la construction d'un nouveau discours politique.Roukaya Kasenally and Dooshweena AwatarVolume 16 Number 2, Oct 2017mauritius2017 2014democratic-consolidation elections political-engagement-and-political-renewal social-media
Parties in a Plurality System: Candidate Nomination in Ghana's Minor Parties
Parties in a Plurality System: Candidate Nomination in Ghana’s Minor PartiesEn théorie, les systèmes électoraux majoritaires ne favorisent pas le développement de petits partis. L’analyse scientifique des partis politiques mineurs s’est concentrée sur leurs performances électorales lors des élections nationales, et on sait très peu de choses sur leur comportement en matière de nomination des candidats au niveau local. La raison pour laquelle les partis mineurs devraient concourir aux élections nationales au sein d’un système majoritaire est une énigme expliquée dans cet article par un examen de la nomination des candidats par les partis mineurs dans le système majoritaire du Ghana. Les petits partis du Ghana rivalisent dans des circonscriptions qu’ils savent qu’ils ne peuvent pas gagner. S'appuyant sur des données de sondages, le document affirme que ces partis mineurs utilisent le processus de nomination des candidats non pas pour remporter des sièges parlementaires mais comme une stratégie visant à rendre leurs programmes politiques visibles dans le paysage politique. Il arrive à trois conclusions sur la nomination des candidats : elle est utilisée par des partis mineurs pour faire sentir leur présence dans le pays ; qu'il permet aux partis de donner l'impression d'être forts ; et que c'est une stratégie pour dynamiser la campagne des candidats à la présidentielle.Ernest Plange Kwofie and George M Bob-MilliarVolume 16 Number 2, Oct 2017  ghana2017ghana-minor-parties-plurality-system-candidate-nomination-twoparty-system
Mozambiques's 2014 Elections: A Repeat of Misconduct, Political Tension and Frelimo Dominance
Mozambiques’s 2014 Elections: A Repeat of Misconduct, Political Tension and Frelimo DominanceLe cessez-le-feu qui a mis fin aux hostilités militaires entre le gouvernement et La Renamo a ouvert la voie aux cinquièmes élections générales du Mozambique le 14 Octobre 2014. Le Frelimo consolide sa position dominante lors d'une élection étayée par des fraudes et des comportements répréhensibles dans les bureaux de vote. Il y avait un déséquilibre des pouvoirs, le Frelimo bénéficiant d'une meilleure organisation et d'un meilleur patronage réseaux, contrôle de la police et des médias, et secret au sein de l'administration nationale. Commission électorale (CNE), y compris la modification des résultats. Ce déséquilibre est façonné en partie par le système de domination des partis mais aussi par la faiblesse des partis d’opposition qui n’ont pas réussi à utiliser les systèmes existants. Le différend de la Renamo des résultats électoraux et ses efforts pour engager un dialogue avec le gouvernement comme remède à la fraude présumée reflète l’insuffisance des Les élections au Mozambique comme mécanisme de règlement politique. Ce fixe l'ordre du jour du prochain cycle électoral qui, en termes de procédure, refléter les élections précédentes.Adriano NuvungaVolume 16 No 2, October 2017mozambique2017 2014elections frelimo mdm politics renamo
Journal of African Elections Volume 16 Number 2 Oct 2017 [Entire Journal]
Journal of African Elections Volume 16 Number 2 Oct 2017 [Entire Journal]Batlang Seabo and Kesaobaka MolebatsiVolume 16 Number 2, October 20172017
Botswana's Dominant Party System: Determinants in the Decision to Vote for the Ruling Party
Botswana’s Dominant Party System: Determinants in the Decision to Vote for the Ruling PartyLe Parti démocratique du Botswana (BDP) a dominé d'autres partis à chaque élection depuis l’indépendance en 1966. Débats sur les facteurs qui expliquent la domination du BDP indiquent généralement la faiblesse du les partis d'opposition, le manque de financement des partis, le système électoral et les avantages de mandat dont jouit le parti au pouvoir. Utilisation basée sur les performances théorie, cet article contribue au débat en examinant empiriquement si Le vote des citoyens pour le BDP repose sur certaines variables sélectionnées. Il vise à savoir si les intentions de vote du Botswana sont déterminées par une évaluation de l'économie, de la démocratie, de la perception de la corruption et de la confiance institutionnelle, entre autres. L'étude utilise les données de l'Afrobaromètre 2014 et des modèles de régression logistique ont été utilisés pour analyser les données. Donc le principal La contribution de cet article est l’utilisation de données empiriques pour expliquer voter pour le parti au pouvoir. Les théories du comportement électoral suggèrent que le président sortant les gouvernements sont susceptibles d'être réélus au pouvoir lorsqu'ils sont perçus comme performants dans l’économie, sont dignes de confiance et non corrompus. Cela supplie la question de savoir pourquoi certains gouvernements en place sont reconduits au pouvoir malgré les mauvaises performances de l’économie, la baisse de la confiance institutionnelle et une corruption croissante. L’article estime que la domination du BDP est imputable à sa bonne performance en matière de gouvernance et de gestion économique. Les données révèle que les Botswanais sont des électeurs rationnels, dont les intentions de vote sont basées sur une évaluation minutieuse de la performance économique du gouvernement BDP, attitudes à l’égard du niveau de corruption et de la confiance dans les institutions. Le document montre également que même si le Botswana bénéficie de bons résultats internationaux en matière de gouvernance et de corruption, les citoyens perçoivent une augmentation du nombre de dirigeants et d'organisations impliqués dans la corruption. L'étude a également constaté que la confiance est élevée mais décroissante envers le parti au pouvoir, et faible mais en augmentation pour les partis d’opposition.Batlang Seabo and Kesaobaka MolebatsiVolume 16 Number 2, October 2017botswana2017botswana institutional-performance-theory party-system political-parties voting-behaviour voting-intentions
Africa's West Meets it's South: A Comparison of Democracy in Nigeria and South Africa, 1993-2016
Africa’s West Meets it’s South: A Comparison of Democracy in Nigeria and South Africa, 1993-2016Les élections démocratiques en Afrique suscitent un grand intérêt international en raison de leur tendance à générer des conflits et de la violence. Malheureusement, il est peu probable que cela change dans un avenir proche, surtout avec la prévalence de domination d'un parti unique, mauvaises pratiques électorales, leadership patrimonial et élection violence dans plusieurs pays africains. Dans ce contexte, le document réalise une analyse comparative des élections présidentielles au Nigeria et dans le Sud Afrique entre 1993 et 2016. Il se concentre spécifiquement sur leurs expériences avec violence électorale, domination d'un parti unique, dynamique des électeurs et comment les deux pays taux par rapport aux principaux indicateurs démocratiques mondiaux. Ce faisant, le sous-jacent La question de recherche cherche à comprendre en quoi les deux pays diffèrent des autres variables et quels facteurs contribuent à ces différences. Utiliser le secondaire données et réponses aux indicateurs du National Democratic Institute (NDI), le Le document soutient que même si les deux pays sont des acteurs clés au sein de leurs régions, divers facteurs expliquent pourquoi leurs expériences diffèrent avec les élections en particulier et le processus démocratique en général. En portant après une revue empirique approfondie de la littérature pertinente, cet article est un point de départ point de comparaison de l’état de la démocratie dans deux des économies les plus fortes du monde. le continent africain. Le document tente également de comprendre les plus récentes et les expériences urgentes et les défis de la démocratie dans ces deux contextes. Enfin, il présente les objectifs et les défis pour le présent et l'avenir.Dorcas Ettang and Oladapo Kayode OpasinaVolume 16 Number 2, October 2017nigeria south-africa2017 2016democracy elections nigeria political-party south-africa violence
Transnationalisation Potential of Electoral Violence in Burundi
Transnationalisation Potential of Electoral Violence in BurundiLes chercheurs ont documenté une corrélation entre différents facteurs transnationaux et des acteurs, et une dynamique changeante de la guerre civile conduisant à des retombées conflit d'un pays à l'autre. Les effets de la diffusion et de l’escalade sont les principales causes de la transnationalisation de la guerre. Cet article considère si la violence électorale est également sujette à ces effets et donc à la phénomène de transnationalisation. La violence électorale comporte certaines caractéristiques qui la distinguer de la violence politique générale. Il concerne spécifiquement les élections événements, les motifs et le moment étant les facteurs déterminants. Tout d'abord, l'article démontre que la violence électorale a prévalu sur la violence politique au premier phases du conflit interne de 2015 au Burundi. Deuxièmement, cela montre qu'il existe une potentielle transnationalisation de la violence électorale dans la région des Grands Lacs. Cela est dû aux caractéristiques régionales et aux objectifs similaires des opérateurs historiques, nature similaire des institutions étatiques et liens régionaux entre les mêmes idées groupes politiques.Lenka HomolkovaVolume 16 Number 1, June 20172017burundi electoral-violence great-lakes-region transnationalisation
La Question du Troisieme Mandat Presidentiel au Burundi: Quelles leçons pour la République Démocratique du Congo?
La Question du Troisieme Mandat Presidentiel au Burundi: Quelles leçons pour la République Démocratique du Congo?Sadiki Koko et Théophile Yuma KaluluVolume 16 Number 1, June 20172017burundi joseph-kabila pierre-nkurunziza republique-democratique-du-congo troisieme-mandat-presidentiel
Presidential Election Disputes in Uganda: A Critical Analysis of the Supreme Court Decisions
Presidential Election Disputes in Uganda: A Critical Analysis of the Supreme Court DecisionsCet article analyse le cadre constitutionnel et juridique national sous lequel le président de l’Ouganda est élu depuis 1995. L’accent est mis sur les trois décisions de la Cour suprême dans le jugement des élections présidentielles conflits en 2001, 2006 et en 2016. Il soutient que les élections présidentielles les lois n’ont pas la capacité de faciliter une contestation politique équitable. Cela est dû au fait qu’ils n’ont pas été construits de manière adéquate pour répondre aux besoins électoraux. mauvaises pratiques liées à l’Ouganda, et elles ont été interprétées comme favorisant le titulaire.Fred SekindiVolume 16 Number 1, June 20172017constitution-of-republic-of-uganda-1995 electoral-offences presidential-elections presidential-electoral-laws presidential-electoral-petition supreme-court
Ghana's 2016 General Election: Accounting for the Monumental Defeat of the National Democratic Congress (NDC)
Ghana’s 2016 General Election: Accounting for the Monumental Defeat of the National Democratic Congress (NDC)Le Ghana est désormais considéré comme une démocratie africaine florissante après avoir traversé sept élections présidentielles et législatives, aboutissant à trois renversements du pouvoir politique en 2001, 2009 et 2017. Les élections de 2016 ont été une autre carrefour pour la démocratie mature du Ghana. Lors de cette élection, le sortant Le Congrès national démocratique (NDC) perd face à l'opposition New Patriotic Parti (NPP). La marge de défaite subie par le NDC au pouvoir était déroutante et sans précédent. En utilisant le comportement des électeurs comme taxonomie théorique, Le journal tente d'expliquer la défaite monumentale du NDC lors des élections de 2016. élection générale. Elle pose la question : quels facteurs ont conduit à cette défaite et pourquoi y a-t-il eu une différence aussi monumentale de plus d’un million de voix ? Le Cet article soutient que premièrement, la défaite était due à la lassitude du régime ancrée dans la un cycle de changement de régime à deux mandats et un vote basé sur l’identification à un parti. Deuxièmement, la défaite a été monumentale en raison de mauvaises performances économiques ; corruption de la part de certains ministres du gouvernement et tentatives de protection eux; décisions impopulaires de dernière minute ; la grossière démonstration d’arrogance de la part de certains les ministres d'État et les responsables du parti ; un message de campagne plus attrayant d'espoir de la part du principal parti d'opposition ; mauvaise image de marque et communication des promesses et des idées de la campagne NDC ; abus de pouvoir; l’apathie des électeurs des partisans du parti au pouvoir et l’appel général au changement à travers le monde. L'étude se termine en proposant quelques recommandations utiles.Ransford Edward Van Gyampo, Emmanuel Graham and Eric YoboVolume 16 Number 1, June 20172017 2016defeat democracy democratic-consolidation elections ghana national-democratic-congress-ndc new-patriotic-party-npp
The Evolution of the Swazi Electoral Process: Ideological Contradictions, 1978-2015
The Evolution of the Swazi Electoral Process: Ideological Contradictions, 1978-2015Le sujet du processus électoral a été analysé par différents chercheurs dans différentes périodes historiques. Sur le continent africain, ce sujet a gagné importance après la Seconde Guerre mondiale, lorsque la plupart des pays africains ont gagné l'indépendance vis-à-vis des puissances coloniales. Cet intérêt est dû à l'hypothèse que les processus électoraux et les élections sont des indicateurs d'une transition vers démocratie et de sa consolidation. Les faits indiquent que les processus électoraux dans différents pays ont évolué au fil du temps, soit comme le reflet d'une évolution positive transition vers la démocratie, ou parce que les dirigeants manipulent le processus afin poursuivre leurs propres programmes politiques. Cet article analyse l’évolution de le processus électoral swazi de l’époque de la domination coloniale britannique. L'article fait valoir que le processus électoral swazi a évolué au cours des cinquante dernières années grâce à la manipulation du roi Sobhuza II et plus tard de son fils le roi Mswati III afin de conserver leur contrôle et leur domination sur la population swazie. Il montre qu'à la suite d'une telle manipulation, le processus électoral swazi a a compromis la transition vers la démocratie dans le pays.Hamilton Sipho SimelaneVolume 16 Number 1, June 20172017 2015autocratic-rule constitution democracy electoral-process evolution indigenisation monarchy reform traditionalists
Electoral violence and it's Instrumental Logic: Mapping Press Discourse on Electoral Violence during Parliamentary and Presidential Elections in Zimbabwe
Electoral violence and it’s Instrumental Logic: Mapping Press Discourse on Electoral Violence during Parliamentary and Presidential Elections in ZimbabweLes élections constituent l’un des principaux critères d’évaluation de la situation internationale. perception des références démocratiques d’une nation. Cependant, la crédibilité de les élections sont de plus en plus liées à la question de savoir si elles sont ou non se déroule dans une atmosphère apaisée. Là où la violence existe dans le cadre du menu de manipulation, la presse devient un outil crucial pour façonner le public perceptions concernant la légitimité électorale ou son absence. Cette étude a employé une approche discursive foucaldienne de l’analyse de la violence électorale dans deux les journaux publics, à savoir The Herald et The Sunday Mail, et trois journaux privés, à savoir The Zimbabwe Independent, The Financial Gazette et Daily News. Des données empiriques ont été tirées de un corpus d'actualités publiées lors des législatives de 2000 et de la Élections présidentielles de 2002. L'article soutient que la construction par la presse de la violence électorale a été marquée par des discours concurrents reflétant des et bifurcation idéologique, ce qui a donné lieu à des discours anti-démocratiques. des stratégies qui pourraient engendrer l’intolérance politique parmi les citoyens.Tendai Joseph ChariVolume 16 Number 1, June 20172017mdc zanu-pf zimbabwe
Election Observation and the Question of State Sovereignty in Africa
Election Observation and the Question of State Sovereignty in AfricaLa question fondamentale de savoir si l’observation internationale des élections renforce ou affaiblit la souveraineté des États dans les États africains est examiné dans cet article, en utilisant une hypothèse à trois branches. Premièrement, que la présence des observateurs internationaux des élections dans l’État hôte ne viole pas l’État la souveraineté. Deuxièmement, l’observation internationale des élections renforce légitimité démocratique dans l'État concerné. Troisièmement, avec le avènement du droit d'ingérence dans le droit international, élections internationales l’observation est un outil utilisé pour renforcer la souveraineté légitime du État. De nombreux chercheurs affirment que l’observation internationale des élections a ont été utilisées pour porter atteinte à la souveraineté des États, en particulier dans les États sortant d’un conflit. Cet article présente un point de vue différent en proposant une analyse générale de la continent africain, démontrant que l’observation internationale des élections apporte une contribution inestimable à la restauration et au renforcement des souveraineté de l'État.Guy Cyrille TapokoVolume 16 Number 1, June 20172017election-observation legitimacy sovereignty
Election Deposit and Democracy in Developing Countries: A Comparative Overview in Selected Southern African Development Community Countries
Election Deposit and Democracy in Developing Countries: A Comparative Overview in Selected Southern African Development Community CountriesAprès leur indépendance, la plupart des pays africains ont adopté des constitutions qui consacrer la démocratie et le droit de voter et d’éligibilité à des fonctions publiques. Ces les droits politiques sont des outils importants pour garantir la démocratie car ils permettent aux citoyens participer à la fois à la constitution et à la participation au sein de leur propre gouvernement. Bien que ces droits soient inscrits dans leur constitution, de nombreux pays africains est allé plus loin et a adopté des lois exigeant que les citoyens souhaitant participer à élections à payer des frais de dépôt électoral. Étant donné que la plupart des pays en développement Les pays d’Afrique connaissent une pauvreté assez répandue, de nombreux pays potentiels les candidats pourraient ne pas être en mesure de payer les frais de dépôt électoral. En conséquence, le les frais de dépôt électoral pourraient bien entraver la cause de la démocratie en excluant les citoyens d'exercer leurs droits politiques. Cet article discute de l'effet d'une élection taxe de dépôt sur la démocratie dans les pays en développement d’Afrique. La discussion est limité à certains pays de la Communauté de développement de l’Afrique australe.Mbuzeni Johnson MathenjwaVolume 16 Number 1, June 20172017constitutionalism democracy deposit election vote
Journal of African Elections Vol. 16 No 1, June 2017 [Entire Journal]
Journal of African Elections Vol. 16 No 1, June 2017 [Entire Journal]2017
Youth Networks on Facebook and Twitter During the 2015 General Elections in Nigeria
Youth Networks on Facebook and Twitter During the 2015 General Elections in NigeriaDans cette étude, j'ai utilisé des sources de données secondaires pour examiner comment la jeunesse nigériane formé des réseaux sociopolitiques sur les plateformes de médias sociaux Facebook et Twitter, et comment ces médias ont influencé les élections générales de 2015. J'ai volontairement sélectionné quatre comptes Facebook et quatre comptes Twitter d'hommes politiques et de partis politiques et agences de presse. Les comptes Facebook étaient ceux de Goodluck Jonathan, Muhammadu Buhari, chaînes de télévision et Sahara Reporters. Le Twitter les poignées étaient celles de Femi Fani-Kayode, Doyin Okupe, Rueben Abati et Nasir El-Rufaï. Les comptes Facebook et les identifiants Twitter ont été sélectionnés en fonction de leur nombre de followers et de likes. J'ai effectué une étude archivistique des messages et tweets entre le 1er janvier 2015, date du début de la campagne électorale, et le 30 Avril 2015, lorsque tous les résultats des élections ont été proclamés par la CENI. J'ai aussi volontairement sélectionné cinq publications et tweets chacun à partir des comptes Facebook et Twitter poignées, parmi une myriade de messages et de tweets, selon lesquels ont eu le plus haut nombre de réponses sur des questions politiques à partir du 1er janvier 2015. Toutes les données obtenues ont été analysés à l’aide d’analyses descriptives. Les résultats ont montré que tous les adeptes des partis politiques et des hommes politiques sur Facebook et Twitter sont leurs partisans. De plus, les plateformes ont sensibilisé la jeunesse nigériane au cours de la élections de 2015 dans le domaine des arguments constructifs et destructeurs directement avec les politiciens, ce qui a donné naissance à de nouveaux mouvements sociopolitiques de partisans et antagonistes. Les résultats ont également montré que les réseaux de jeunes ont contribué à façonner les élections de 2015 en termes de révélation et de prévention de l’insécurité et de la fraude. je a conclu que les médias sociaux jouent un rôle puissant dans la galvanisation de la jeunesse nigériane discours politique, conscientisation et éducation, qui à leur tour peuvent faciliter transformation efficace des processus électoraux au Nigeria.Ayodeji Anthony AdulojuVolume 15 No 2, October 2016nigeria2016 2015democracy electoral-violence political-propaganda social-media youth-restiveness
Smart card reader 2015 General Elections in Nigeria
Smart card reader 2015 General Elections in NigeriaUne question centrale lors des élections générales de 2015 au Nigeria était l’utilisation du système intelligent. lecteur de carte, qui était un élément essentiel de l'élection. Il a été utilisé pour le première fois dans le processus électoral du Nigeria et cela reste l'un des plus grands innovations technologiques des élections générales de 2015. Le lecteur de carte à puce est un dispositif technologique mis en place pour authentifier et vérifier, le jour du scrutin, un carte d'électeur permanente délivrée par la Commission électorale nationale indépendante. La base fondamentale du déploiement du dispositif technologique était de garantir des élections crédibles, transparentes, libres et équitables et ainsi approfondir la position du Nigeria. démocratie. Cependant, l'utilisation du lecteur de carte a suscité un débat parmi les élus parties prenantes avant, pendant et après les élections générales de 2015. Un tel débat était la légalité de l’utilisation de l’appareil. Dans cet article, j'examine le débat et les rôle du lecteur de carte dans les élections. Je considère également les défis et l'impact de le lecteur de carte sur l'élection. Compte tenu de la fraude électorale massive constatée lors des élections générales depuis l’indépendance du Nigeria, j’en conclus que la carte à puce lecteur devrait être utilisé pour les élections futures. Les élections générales au Nigéria devraient continuent d’être gérés technologiquement.Emmanuel Adeniran AlebiosuVolume 15 No 2, October 2016nigeria2016 2015democracy election-technology electoral-fraud permanent-voter-card
Politics and the Pulpit: The Rise and Decline of Religion in Nigeria's 2015 Presidential Elections
Politics and the Pulpit: The Rise and Decline of Religion in Nigeria’s 2015 Presidential ElectionsDe nombreux rapports montrent que le Nigeria est l'un des pays les plus religieux dans le monde. Il n’est donc pas surprenant que la religion occupe une place importante dans les élections du pays. Les élections générales de 2015 marquent un autre indicateur dans l'interconnexion entre la religion et les élections au Nigeria, bien que avec un motif différent. À partir d'une analyse des élections présidentielles de 2015, cet article soutient que, bien que la religion semble jouer un rôle central dans pendant la période préélectorale, cela a été moins important dans la décision de vote proprement dite de l'électorat le jour du scrutin. Au contraire, d’autres facteurs, notamment ceux des candidats profils et records de performance, ont pris le pas sur les religions et les ethnies. considérations. Cet essai conclut que le modèle de vote révèle peut-être un électorat de plus en plus sophistiqué et une démocratie en train de se consolider Nigeria.Hakeem OnapajoVolume 15 Number 2, Oct 2016nigeria2016 20152015-presidential-elections christians muslims nigeria religion
Political Advert Campaigns and Voting Behaviour: Akinwunmi Ambode’s 2015 Election Campaign in Lagos State
Political Advert Campaigns and Voting Behaviour: Akinwunmi Ambode’s 2015 Election Campaign in Lagos StateCes derniers temps, le recours aux campagnes publicitaires politiques est devenu de plus en plus populaire, comme l’ont montré les élections au poste de gouverneur de l’État de Lagos en 2015. Les campagnes publicitaires de plusieurs candidats ont rempli les médias, ce qui semble être une nette différence avec les campagnes électorales du passé, dans lesquelles l'accent était principalement mis sur les rassemblements et les discours politiques. Cela m'a amené à chercher à comprendre l'efficacité des campagnes publicitaires politiques pour façonner le comportement électoral des électeurs nigérians. Plus précisément, j'ai examiné les campagnes publicitaires politiques du candidat au poste de gouverneur du All Progressive Congress dans l'État de Lagos, Akinwunmi Ambode. Une enquête sur le terrain auprès des électeurs éligibles dans l'État de Lagos a été réalisée pour vérifier davantage l'efficacité des campagnes publicitaires politiques sur l'électorat. À partir de l'enquête sur le terrain, les résultats ont été rassemblés, analysés et résumés à l'aide de tableaux de fréquence. Les résultats de l’étude ont montré que les campagnes publicitaires politiques n’ont pas d’effet important sur le comportement électoral de l’électorat, mais jouent néanmoins un rôle dans le processus électoral. J’en ai conclu que les candidats et les partis politiques devraient se concentrer sur d’autres stratégies de campagne électorale. Je recommande également que d'autres études soient menées pour mieux comprendre d'autres facteurs qui influencent le comportement électoral.Grace Izeghe OjekweVolume 15 Number 2, Oct 20162016 2015campaign-strategies electorate political-theme-songs
Nigeria's 2015 Elections: Permanent Voter's Cards, Smart Card Readers and Security Challenges
Nigeria’s 2015 Elections: Permanent Voter’s Cards, Smart Card Readers and Security ChallengesL’heure du vote dans toute démocratie implique toujours une politique politique rigoureuse. Le les exercices de campagne électorale dans les démocraties développées ont tendance à être moins tendus dans le système politique que dans de nombreuses démocraties en développement qui connaissent certains des problèmes, principalement en matière de procédure et de sécurité. Cependant, ces problèmes diminuer à chaque élection ultérieure. Les élections générales de 2015 au Nigeria ont été aucune exception à de telles améliorations car il y a eu des innovations dans l'Anti Procédures de fraude électorale (AEFP). La recherche dans ce travail questionne la dans quelle mesure l’AEFP a empêché les mauvaises pratiques électorales lors du scrutin de 2015 au Nigeria Élections générales. Il évalue également si, compte tenu des tensions sécuritaires dans le pays, le rapport entre la participation électorale réelle et les électeurs inscrits parle de paix dans le processus électoral. La méthodologie de recherche adoptée est une approche empirique analyse des données de l’enquête Afrobaromètre Round 6 évaluant la situation des Nigérians perceptions de leur environnement électoral et du niveau de préparation des la Commission électorale indépendante (CENI). La CENI est officiellement publiée le résultat de l’élection présidentielle est également remis en question de manière critique. Le relatif la théorie de la privation est utilisée pour analyser les causes des problèmes de sécurité. Le la conclusion repose sur le fait qu’il y a eu des améliorations générales lors des élections générales de 2015 et des recommandations ont été soumises au Organisme de gestion des élections (EMB), le gouvernement et les masses en général.Aremu Fatai Ayinde and Aluko Opeyemi IdowuVolume 15 Number 2, Oct 2016nigeria2016 2015card-reader democracy election inec permanent-voters-card-pvc urban-violence
Ethnicity and Political Transition Programmes in Nigeria, 1960-1999
Ethnicity and Political Transition Programmes in Nigeria, 1960-1999En Afrique, l’appartenance ethnique est devenue un outil polyvalent souvent utilisé par les élites et les organisations ethniques pour concrétiser les objectifs qu’elles se sont fixés. Le phénomène ethnique est également au cœur de l’analyse de la politique nigériane, compte tenu de sa nature plurielle. Depuis le début de la transition du colonialisme à l’indépendance et depuis les transitions guidées du régime militaire au régime démocratique en 1999, l’identité ethnique et la mobilisation ont été des caractéristiques marquantes de l’arrangement politique, avec de graves conséquences pour la stabilité politique. L’article examine donc certains des impacts de l’appartenance ethnique sur la politique. transition au Nigeria en particulier de 1960 à 1999. La méthodologie est à la fois descriptif et analytique avec des données largement tirées de sources documentées et soumises à une analyse critique.Chris Ojukwu and Oni Ebenezer OluwoleVolume 15 Number 2, Oct 2016nigeria2016democracy ethnicity political-acrimony political-transition
Election Rigging and the use of Technology: Smart Card Reader as the Joker in Nigeria's 2015 Presidential Election
Election Rigging and the use of Technology: Smart Card Reader as the Joker in Nigeria’s 2015 Presidential ElectionLes élections constituent la plate-forme pour la succession politique au Nigeria, comme autre part. Ils offraient une opportunité aux individus frauduleux et des groupes pour perpétrer des actes de fraude contre d'autres concurrents et l'électorat. Sans que ce soit la faute de leurs propres parties prenantes ou de l’électorat sont mis à l'écart à cause d'un trucage débridé, perdant ainsi les élections ou ayant leurs votes volés ou annulés. Telle était la situation jusqu'à l'arrivée de les cartes d’électeur permanent et le lecteur de carte à puce. Cette technologie l’espace électoral nigérian a rendu extrêmement difficile l’obtention des résultats. être manipulé, soit par des individus anonymes, soit de manière arbitraire et manipulation frauduleuse des chiffres. L'application transparente de cet appareil électronique et ses fonctions de sécurité intégrées le rendent extrêmement difficile à cloner ou à compromettre. Cet article entend donc explorer les circonstances qui ont justifié l'utilisation du lecteur de carte à puce, les polémiques entourant son utilisation, ses performances lors des élections présidentielles de 2015, ainsi que son potentiel pour les élections futures.Osita AgbuVolume 15 Number 2, Oct 2016nigeria2016 2015independent-electoral-commission-inec permanent-voters-card-pvc smart-card-reader-scr
Journal of African Elections Volume 15 Number 2 Oct 2016 [Entire Journal]
Journal of African Elections Volume 15 Number 2 Oct 2016 [Entire Journal]Volume 15 Number 2, Oct 20162016
Democracy Deferred: The Effects of Electoral on Nigeria's Path to Democratic Consolidation
Democracy Deferred: The Effects of Electoral on Nigeria’s Path to Democratic ConsolidationLa conduite d’élections libres et équitables constitue un critère permettant de mesurer qualité de la démocratie dans un pays. Des élections crédibles sont la plateforme sur auquel la population participe à la démocratie en élisant des représentants de son choix en tant que titulaires d’une charge publique. Ce processus renforce la confiance des électeurs dans la démocratisation et ravive la perspective de consolider la démocratie institutions, en particulier dans les États en voie de démocratisation. Le déroulement des élections au Nigeria depuis 1999 a été inondé d'une spirale de mauvaises pratiques dans le processus de campagne électorale. La tendance s'est aggravée à chaque tour des élections, comme en témoignent les scrutins de 1999, 2003 et 2007. Durant ces trois élections, trucages, violences et intimidations ont fleuri. Comment faire Les mauvaises pratiques affectent-elles la qualité de la démocratie nigériane ? Comment se déroulent les élections Les mauvaises pratiques affectent-elles le résultat des élections au Nigeria ? La démocratie peut-elle être consolidé au Nigeria face à des élections qui ne reflètent pas la volonté du les électeurs ? Comment le Nigeria peut-il tracer une voie crédible vers la stabilisation du la démocratie du pays ? Cet article présente des données qualitatives et une analyse des questions ci-dessus. Je soutiens que ce n'est pas la régularité des élections qui peut renforcer l’héritage démocratique au Nigeria, mais quelle est la transparence le processus électoral du pays l’est.Moses T. AluaigbaVolume 15 Number 2, Oct 2016nigeria2016electoral-offences pseudo-democracy transparency vote-rigging
Two Decades of Election Observation by the African Union: A Review
Two Decades of Election Observation by the African Union: A ReviewEntre 1989 et 2013, l'Union africaine (UA) a observé 423 élections en Afrique. Cependant, ces missions d'observation des élections étaient incohérentes au mieux en termes d'approche, de méthodologie, de cadre et de statut. La première, qui se trouvait en Namibie en 1989, a été déployé dans le cadre du Statut des Nations Unies (ONU) aux termes duquel l'ONU a invité l'UA. Les missions d'observation électorale ultérieures ont été déployées à ce jour soit sous forme de missions diplomatiques ou de médiation, soit d'une combinaison de missions diplomatiques et des missions techniques indépendantes. Cet article montre que l'élection Le voyage d’observation de l’UA est passé par plusieurs étapes et régimes. Tout en reconnaissant les défis, nous pointons également vers des améliorations, et identifier les chaînons manquants que l’UA doit compléter pour devenir une véritable acteur indépendant dans ses missions d’observation des élections.Chika Charles Aniekwe and Samuel Mondays AtuobiVolume 15 Number 1, Jun 20162016
Paradigm Shift: Youth Engagement in the Conduct of the 2015 Elections in Nigeria
Paradigm Shift: Youth Engagement in the Conduct of the 2015 Elections in NigeriaCet article examine l'engagement des jeunes dans la conduite de l'édition 2015 élections générales au Nigeria, sur fond d'expériences historiques. Ignorer la théorie catastrophique de l’explosion démographique de la jeunesse, de la jeunesse en crise ou du lumpen culture des jeunes, l’article illustre un changement de paradigme dans l’engagement des jeunes dans le déroulement des élections. L'engagement des jeunes lors des élections de 2015 était plus constructif que lors des élections précédentes. Dans un contexte de double motivation théorie, l’engagement destructeur des jeunes lors des élections précédentes était motivés par la nécessité de changer le résultat, alors que leur caractère constructif la conduite des élections de 2015 était motivée par le devoir de participer aux activités publiques. affaires au Nigeria. Ce changement d'attitude politique s'explique par une conscience du potentiel des jeunes à agir en tant qu’agents de changement. Cette prise de conscience naît grâce aux médias sociaux, couplée à la récente réussite du Printemps arabe impulsé par la jeunesse, l'inflammable répercussions des élections précédentes et enjeux élevés des élections générales de 2015 élections organisées pour la gouvernance nigériane.Oarhe OsumahVolume 15 Number 1, Jun 2016nigeria2016 2015election motivation participation youth
Electoral Predictions in Africa: Predicting Winners in Relatively Stable Two-Party Systems, using Early and Incomplete Results
Electoral Predictions in Africa: Predicting Winners in Relatively Stable Two-Party Systems, using Early and Incomplete ResultsLors des élections africaines, la période entre le scrutin et l'annonce peut être prolongée et tendue. Dans le meilleur des cas, cet entracte est marqué par l'espoir les candidats ont exhorté leurs partisans tendus à rester calmes. Dans le pire des cas, tel les périodes sont utilisées par les politiciens pour lancer des accusations de fraude attiser la partisanerie et dévaloriser les institutions électorales. Les jours entre une élection et ses résultats sont stressants car des informations incomplètes sur cette circonscription ou celle qui en découle, mais les partisans ont peu de moyens systématiques façons de comparer ces données avec les résultats passés ou les sondages à la sortie des urnes, et s'inquiéter que les données manquantes ont été falsifiées d'une manière ou d'une autre. Ce document montre comment la régression OLS utilisant les résultats passés pour remplir des résultats partiels peut non seulement réduire l'incertitude à court terme, mais peut également indiquer si Les résultats non retenus semblent plausibles. Ce qui a commencé comme un simple réseau social L'expérience est présentée ici comme une formule élégante qui prédit avec précision résultats dans la Quatrième République du Ghana et lors de l’élection présidentielle de 2015 au Nigeria. élection. Cette précision a été obtenue avec seulement 10 % des résultats dans, et des échantillons extrêmement biaisés.Kevin S FridyVolume 15 Number 1, Jun 2016ghana2016election-forecasting ghana nigeria regression-models
Journal of African Elections Volume 15 Number 1, June 2016 [Entire Journal]
Journal of African Elections Volume 15 Number 1, June 2016 [Entire Journal]Volume 15 Number 1, Jun 20162016
Côte d’Ivoire's 2015 Presidential Election: Sign of Democratic Progress?
Côte d’Ivoire’s 2015 Presidential Election: Sign of Democratic Progress?L’élection présidentielle de 2015 en Côte d’Ivoire a été la première depuis l’introduction des élections multipartites en 1990, au cours de laquelle tous les principaux partis ont pu s’affronter sans déclencher de guerre civile. Nous examinons l’ampleur des progrès démocratiques enregistrés par cette élection marquante, en nous concentrant sur trois qualités démocratiques des élections : la concurrence, la participation et la légitimité. Alors que les mesures de compétitivité et de participation ont toutes deux diminué par rapport aux élections de 2010, les élections de 2015 ont été contestées par tous les principaux partis et leurs résultats ont été acceptés pacifiquement, enregistrant une avancée spectaculaire dans la légitimité du processus et des résultats électoraux. Nous étayons cette conclusion par une analyse historique ; et en comparant les résultats finaux de 2015 avec le totalisation parallèle des votes pour l'élection de 2015, les données de l'enquête Afrobaromètre de 2014 et une analyse infranationale de la participation électorale en 2015 par rapport à 2010.Tyson Roberts, Joseph Koné, Stéphane Koffi and Kim Yi DionneVolume 15 Number 1, Jun 2016cote-divoire2016 2015competition democratisation legitimacy participation post-conflict
A Comparative Case Study of the Voting Behaviour of Poor People in three Selected South African Communities
A Comparative Case Study of the Voting Behaviour of Poor People in three Selected South African CommunitiesMalgré les spéculations croissantes sur le pouvoir électoral des électeurs pauvres, peu On sait ce qui les incite à voter comme ils le font et pourquoi. Pauvre les communautés sont souvent considérées comme un groupe homogène, peu apprécié pour leur capacité à faire des choix électoraux. Dans cet article, des données comparatives sont partagé à partir d’une étude quantitative entreprise dans deux communautés pauvres sélectionnées en 2013 à Johannesburg (Riverlea et Doornkop) et dans une communauté rurale dans la province du Limpopo en 2014. Deux facteurs clés ont été explorés qui pourraient expliquer les préférences des électeurs, à savoir l'identification et la fidélité d'une part, et d’autre part le clientélisme, les aides sociales et l’achat de voix. Premièrement, on a trouvé que la loyauté à long terme et la performance du parti sont les principaux indicateurs des préférences des électeurs, quelle que soit leur situation géographique. Deuxièmement, dans les trois Dans certaines régions, il est peu probable que la majorité des électeurs pauvres soient persuadés de voter pour un parti particulier sur la base de la réception de colis alimentaires avant les élections. Enfin, l'étude a montré qu'un électeur sur six envisagerait de voter pour un parti qui accorde une subvention sociale, cette tendance étant plus répandue dans le Communautés africaines de Doornkop et du Limpopo. On pourrait donc affirmer que les subventions sociales peuvent être utilisées comme stratégie de campagne pour gagner (ou conserver) soutien des boursiers et pourrait influencer le vote flottant.Yolanda Sadie, Leila Patel and Kim BaldryVolume 15 Number 1, Jun 20162016elections food-parcels party-identification social-grants
'Bunker' Democracy and the Challenges of Sustaining Democratic Values in Nigeria: An Appraisal of the 2011 General Elections
‘Bunker’ Democracy and the Challenges of Sustaining Democratic Values in Nigeria: An Appraisal of the 2011 General ElectionsCet article comporte deux points focaux. Il entreprend un examen critique de la situation du Nigeria. élections générales de 2011 face aux manifestations de violence dans tous les pays les régions et zones du pays. Il tente également une analyse approfondie et un aperçu impartial du lien entre démocratie et violence. Le journal en déduit que le Nigeria mène actuellement une « politique basée sur l’insécurité ». démocratie », que l’on peut littéralement qualifier de « démocratie de bunker », allégoriquement. décrivant le Nigeria comme un pays où les politiciens et l'électorat sont en une peur et une appréhension constantes pour leur vie lorsqu'une élection est imminente. je soutiennent que cette situation malsaine devrait être corrigée afin que le Nigeria ne souffre pas de régression démocratique ni de rechute injustifiée vers l’autocratie militaire et l'absolutisme.Emmanuel O OjoVolume 15 Number 1, Jun 2016nigeria2016 2011absolutism insecure-democracy peace violence
Accountability Contract Officers and the Integrity of the 2012 Election outcome in Ghana eisa
Accountability Contract Officers and the Integrity of the 2012 Election outcome in Ghana eisaLa Commission électorale du Ghana (CE) a géré avec succès cinq des les six élections depuis l’adoption de la Constitution républicaine du Ghana de 1992, qui a donné un statut juridique au processus de démocratisation du pays malgré quelques défaillances administratives au fil des années. L'élection présidentielle de 2012, cependant, cela a servi de test de crédibilité pour les CE. Dans cet article, mon principal L’objectif est d’analyser de manière critique la pétition électorale de 2012 au Ghana en tant que expression de méfiance et d’insatisfaction à l’égard de la performance de la CE. je soutiennent que, au moins dans le cas du Ghana, le succès d'un processus électoral est en grande partie fonction du facteur humain, pas nécessairement des cadres juridiques et réglementations en vigueur. En utilisant la théorie de la responsabilité, j'analyse rôle des fonctionnaires électoraux temporaires dans l’érosion de la confiance du public dans les élections processus. J’attire également l’attention sur certaines implications de la décision suprême du Ghana. Jugement du tribunal sur l’administration électorale à l’avenir. Mes recommandations inclure des sanctions pour les agents dont la négligence entraîne des conséquences politiques évitables tensions, pour démontrer la détermination de l’État à exiger des comptes des fonctionnaires électoraux au nom des citoyens. Pour appuyer cet argument, mon L’étude utilise une analyse thématique du contenu de l’affidavit du tribunal des requérants, du le jugement du tribunal et les avis juridiques diffusés par les médias.Ishaq Akmey AlhassanVolume 15 Number 1, Jun 20162016 2012conflict election-administration professionalism public-confidence
Production, Economic Growth and Conflict in Risky Elections
Production, Economic Growth and Conflict in Risky ElectionsCet article analyse des situations typiques qui existent avant et après une élection. Premièrement, le titulaire et son challenger font des choix qui affectent le Résultats des élections. Deuxièmement, l’élection elle-même détermine qui gagne. Troisièmement, le le perdant peut ou non accepter la défaite. Si la défaite n'est pas acceptée, soit un bras de fer ou une coalition entre le président sortant et son challenger s’ensuit. Nous supposons que le titulaire du poste consacre ses ressources aux activités suivantes : qui affectent les chances de gagner une élection : la production, la lutte contre le challenger et la fourniture de biens publics. De même, le challenger ordonne ses ressources dans la production et dans la lutte avec l'opérateur historique. Nous examiner six résultats d'élections possibles en fonction de la victoire du président sortant, le challenger gagne, et si une impasse ou une coalition surgit après l'un ou l'autre l'un des joueurs gagne. Nous tirons des conclusions sur l'effet des différents choix que font le titulaire et le challenger. Notre analyse est cartographiée et testés par rapport aux données empiriques de 51 élections africaines tenues entre 2006 et 2011 (dont une en Érythrée en 1993), qui sont classées dans les six résultats. Une variété de résultats de régression sont déterminés. Pour Par exemple, les données empiriques actuelles montrent que le résultat des élections dépend essentiellement des combats entre le président sortant et son challenger, et moins sur la fourniture de biens publics à la population.Kjell Hausken and Mthuli NcubeVolume 14 Number 2, Oct 20152015conflict election fighting game production risk
Nigeria's fourth Republic (1999-2015) and Electoral Outcomes: How long can Patronage or 'Politics of the Belly' Last
Nigeria’s fourth Republic (1999-2015) and Electoral Outcomes: How long can Patronage or ‘Politics of the Belly’ LastLa relation entre les élections et la vitalité d’une société démocratique est clair. Les élections se sont révélées être le meilleur moyen de renforcer la mandat d’une administration performante ou la révocation d’une administration non performante un. Cet article soutient cependant que les résultats de plusieurs élections en La Quatrième République du Nigéria s’est révélée contraire à la tendance commune systèmes démocratiques les plus avancés, dans lesquels les résultats électoraux sont basés sur les performances. Alors que dans certains cas, notamment lors des primaires des partis politiques, des candidats avec peu ou pas de références démocratiques ont émergé au cours élections générales, dans d'autres cas des administrations avec des les records de développement des infrastructures ont été rejetés. Cette étude retrace les causes les plus probables de ce paradoxe avec la politique monétaire du Nigeria et une possible interprétation erronée de la notion de développement. Il s'agit essentiellement d'un étude basée sur la littérature, descriptive mais aussi analytique. Le document conclut que le pays devra faire face à la politique du sous-développement aussi longtemps que des avantages immédiats et pécuniaires constituent l'attente de la généralité des adeptes.Dhikru Adewale YagboyajuVolume 14 Number 2, Oct 2015nigeria2015development electoral-outcomes nigeria patronage-politics stomach-infrastructure
Nigeria's 2015 Presidential Election: The Votes, the Fears and the Regime Change
Nigeria’s 2015 Presidential Election: The Votes, the Fears and the Regime ChangeLa relation entre les élections et la vitalité d’une société démocratique est clair. Les élections se sont révélées être le meilleur moyen de renforcer la mandat d’une administration performante ou la révocation d’une administration non performante un. Cet article soutient cependant que les résultats de plusieurs élections en La Quatrième République du Nigéria s’est révélée contraire à la tendance commune systèmes démocratiques les plus avancés, dans lesquels les résultats électoraux sont basés sur les performances. Alors que dans certains cas, notamment lors des primaires des partis politiques, des candidats avec peu ou pas de références démocratiques ont émergé au cours élections générales, dans d'autres cas des administrations avec des les records de développement des infrastructures ont été rejetés. Cette étude retrace les causes les plus probables de ce paradoxe avec la politique monétaire du Nigeria et une possible interprétation erronée de la notion de développement. Il s'agit essentiellement d'un étude basée sur la littérature, descriptive mais aussi analytique. Le document conclut que le pays devra faire face à la politique du sous-développement aussi longtemps que des avantages immédiats et pécuniaires constituent l'attente de la généralité des adeptes.Mojeed Adekunle AnimashaunVolume 14 Number 2, Oct 2015nigeria2015alternation-of-power election electoral-violence nigeria political-parties presidential-election
Lesotho's February 2015 Snap Elections: A Prescription that never cured the Sickness
Lesotho’s February 2015 Snap Elections: A Prescription that never cured the SicknessDeux ans seulement après son existence, le premier gouvernement de coalition du Lesotho connu de graves conflits internes. Ces conflits étaient principalement le résultat de l’incapacité des dirigeants de la coalition à équilibrer les accords de coalition avec les la Constitution du pays. Les conflits ont paralysé le gouvernement et le Assemblée nationale et institutions de sécurité polarisées. Ces politiques les développements ont nécessité la médiation de la Southern African Development Communauté (SADC), ce qui a conduit à la tenue d’« élections anticipées » Février 2015. Cet article traite des élections anticipées. Bien que le Les élections ont contribué à former et à légitimer un nouveau gouvernement de coalition, mais elles l’ont fait. pas résolu les défis structurels qui avaient paralysé la première coalition gouvernement. En appelant à des élections anticipées, la médiation de la SADC n'a pas réussi à donner la priorité à une solution à la crise sécuritaire au Lesotho. Agences de sécurité restent polarisés, et certains hommes politiques se sont alignés sur ceux-ci. agences pour renforcer leur influence sur la politique nationale. Le document conclut que les élections anticipées n’apportaient qu’une solution à court terme aux problèmes du Lesotho problèmes politiques et sécuritaires. Le nouveau gouvernement de coalition est probable connaître le même sort que son prédécesseur. En outre, l’État de droit est susceptible d'être compromis par le nouveau gouvernement de coalition dans l'intérêt de stabilité interne.Tlohang W LetsieVolume 14 Number 2, Oct 2015lesotho20152015-snap-election coalition-government conflict security-crisis
Language Policies and Voter Turnout: Evidence from South Africa
Language Policies and Voter Turnout: Evidence from South AfricaMême si de nombreuses études ont examiné la relation entre la diversité ethnique et la participation électorale, rares sont ceux qui ont examiné comment la participation électorale pourrait être influencé par les politiques de l’État qui accordent aux groupes ethniques différents niveaux de pouvoir officiel reconnaissance. Cette étude s’appuie sur des théories à l’intersection des politiques science et sociolinguistique, pour développer et tester un argument sur l'effet que les pratiques de reconnaissance des langues dans les sociétés démocratiques multilingues ont sur la participation électorale. En utilisant des données d'Afrique du Sud, l'étude trouve des preuves que la reconnaissance inclusive des langues est liée à des taux de participation plus élevés groupes ciblés. L'étude utilise des données globales collectées au niveau des quartiers, mais évalue les résultats de manière préliminaire avec des données au niveau individuel d’Afrobaromètre.Eric S McLaughlinVolume 14 Number 2, Oct 2015south-africa2015africa elections language language-policy political-participation turnout voting
Free Elections and Political Instability in Lesotho
Free Elections and Political Instability in LesothoDepuis 1993, le Lesotho a organisé six élections libres. Cinq ont été suivis par épisodes de diplomatie régionale coercitive ou d’intervention militaire pour maintenir ordonner ou soutenir le gouvernement élu. Deux de ces interventions ont s’est produit alors que le système électoral du Lesotho était en train de passer d’un système de parti majoritaire uninominal majoritaire à un tour à un système proportionnel mixte. tendance, et une troisième intervention est actuellement en cours. Cet essai soutient que les efforts visant à remédier au manque d’inclusivité du Parlement ont a accentué les tendances scissipares au sein de la culture politique du Lesotho. Après les élections de 2012 et 2015, une plus grande fragmentation parmi les partis politiques ont conduit à des parlements sans majorité et à des gouvernements de coalition avec majorités parlementaires minimales. Cet essai se demande si Staffan Le modèle conceptuel de Lindberg concernant le lien entre la consolidation de la démocratie et l'expérience d'élections successives libres et équitables peuvent expliquer adéquatement la trajectoire du Lesotho. Il est remarquable que les transferts de pouvoir par Pakalitha Mosisili à Motsoahae Thomas Thabane en 2012, et par Thabane à Mosisili en 2015, ont été les premiers échanges de ce type entre un gouvernement en place et un parti d’opposition en Afrique australe pendant la période post-libération. Si cette évolution positive pourrait être se traduit par une gouvernance plus efficace et un respect des normes démocratiques sera explorée.Richard F WeisfelderVolume 14 Number 2, Oct 2015lesotho2015coalition-governments electoral-systems lesotho proportional-representation sadc
Facebook: Revolutionising Electoral Campaign in Botswana?
Facebook: Revolutionising Electoral Campaign in Botswana?Les candidats et les partis politiques ont exploité Facebook comme un outil politique mobilisation et communication lors des élections de 2014 au Botswana. Cet article explore l'utilisation de Facebook comme outil de campagne en 2014. Élections générales au Botswana. Il fait valoir que l'utilisation intensive de Facebook dans la campagne politique a ajouté une nouvelle dimension aux campagnes électorales au Botswana, en offrant aux partis politiques un moyen de représentation relativement bon marché transmettre des informations. De plus, Facebook a démocratisé l'accès aux médias et a permis les personnes qui étaient auparavant marginalisées par les médias traditionnels constituent un plateforme de mobilisation politique. En conséquence, Facebook a élargi le espace démocratique et réduit les disparités dans l’arène électorale. La plupart et surtout, cela a suscité l’intérêt des jeunes pour la politique. L'intersection entre Facebook et les médias traditionnels et autres réseaux sociaux les médias ont augmenté leur efficacité en amplifiant leur portée. Cependant, Facebook ne remplace pas les approches de campagne traditionnelles mais sert plutôt pour les augmenter.Bontle Masilo and Batlang SeaboVolume 14 Number 2, Oct 2015botswana2015botswana democracy electoral-campaigns political-parties social-media
Journal of African Elections Volume 14 Number 2 Oct 2015 [Entire Journal]
Journal of African Elections Volume 14 Number 2 Oct 2015 [Entire Journal]Volume 14 Number 2, Oct 20152015
American Democratic Support to Ghana's Fourth Republic: Assistance or Encumbrance?
American Democratic Support to Ghana’s Fourth Republic: Assistance or Encumbrance?La fin de la guerre froide a fait entrer le monde dans une nouvelle ère de démocratie. gouvernance. Les citoyens des pays en développement ont commencé à contribuer activement à le processus démocratique, en exigeant la probité et la responsabilité dans les structures de gouvernance. La communauté internationale des donateurs a ajouté à cela efforts en répondant au défi de la nouvelle vague de démocratisation en la fin des années 1980, en faisant de « l’aide à la démocratie » une priorité essentielle. Dans En janvier 1993, le Ghana inaugurait sa Quatrième République. C'était une transition semée d’embûches – qui continuent de freiner le développement d’un culture démocratique. En réponse, le gouvernement américain est intervenu avec un soutien financier et technique dans l’espoir d’aider le Ghana à éviter un blocage dans le développement démocratique du comté. Cette aide à la démocratie le développement a reçu de nombreuses critiques concernant des questions telles que conditionnalités imposées par l’Amérique. La présente étude a utilisé une zone adaptée comparaison pour examiner les effets des programmes d’aide. Les résultats montrent que les programmes ECSELL et GAIT lancés par l'USAID ont augmenté démocratisation au niveau local au Ghana en renforçant les capacités et capacités de la société civile.Isaac Owusu-MensahVolume 14 Number 2, Oct 2015ghana2015america civil-society democracy democratic-support ghana
Reproducing Toxic Election Campaigns: Negative Campaigning and Race-Based Politics in the Western Cape
Reproducing Toxic Election Campaigns: Negative Campaigning and Race-Based Politics in the Western CapeLes élections de 2014 au Cap-Occidental présentaient une fois de plus des enjeux élevés, affaire âprement contestée. Les partis politiques considéraient le Cap-Occidental comme une « race » et la province est devenue le centre d’efforts de campagne vigoureux en la période précédant les élections. Le Congrès national africain (ANC), qui avait perdu le contrôle de la province parce que sa part des voix était passée de 45 % en 2004 à 32 % en 2009, espérait renverser l'Alliance démocratique (DA), qui l'avait emporté en 2009 avec une très faible marge (51%). L'ANC a estimé qu'il en avait fait assez pour reprendre le contrôle de la province, surtout en à la lumière d’une désillusion profondément ancrée dans de nombreuses communautés et des violences manifestations qui ont eu lieu avant les élections. Tandis que l’ANC maintenait son base de soutien, remportant les votes de 33% de l'électorat provincial, le type de la campagne identitaire qu'elle a menée, combinée à d'autres facteurs pour fonctionner à l’avantage du procureur. Malgré le fait que le DA s'est également engagé dans une campagne fondée sur la race, il a remporté 59 % des voix provinciales. Ceci a été obtenu au détriment des petits partis, qui ont reçu un soutien négligeable lors des élections de 2014. élection. Seuls les combattants de la liberté économique et les chrétiens africains Le Parti démocrate a remporté suffisamment de voix pour obtenir chacun un siège aux élections provinciales corps législatif. Cet article examine la dynamique électorale au Cap-Occidental, qui a vu la consolidation du soutien du DA dans la province. Il se concentre sur le Campagne électorale de 2014 et mesure dans laquelle le cycle de campagne négatif évidente lors des élections précédentes s’est poursuivie lors de la campagne électorale de 2014.Cherrel AfricaVolume 14 Number 1, Jun 20152015anc da democratic-liberalism nnp truth-and-reconciliation-commission western-cape
Public Servant or Censor? The South African Broadcasting Corporation in the Era of Political Television Advertising
Public Servant or Censor? The South African Broadcasting Corporation in the Era of Political Television AdvertisingLa publicité politique à la télévision devient un élément important du système démocratique. élections et essentielles aux stratégies de campagne électorale. Dans cet article, nous prenons un examen attentif du rôle joué par la South African Broadcasting Corporation (SABC) jouer dans la nouvelle ère de la publicité télévisée politique inaugurée en 2009. Nous concentrons notre analyse sur l’interdiction par la SABC des publicités électorales par deux grands partis politiques d’opposition avant les élections de 2014. Le le régulateur du pays, l’Autorité indépendante des communications du Sud Africa (Icasa) a confirmé la décision de la SABC lorsque les deux parties ont déposé plaintes. L’interdiction des publicités et la décision d’Icasa sont évalué sur deux principes importants pour la radiodiffusion publique – éditorial l’indépendance et la responsabilité publique. Nous soutenons dans cet article que le l’action du radiodiffuseur public porte atteinte à la liberté d’expression et la crédibilité de la SABC et de l’Icasa, surtout lorsqu’elle est contextualisée dans le cadre d'autres décisions éditoriales controversées prises par le diffuseur les années. En outre, nous soutenons que les lois régissant la publicité politique dans L'Afrique du Sud est constitutionnellement problématique et contient des contradictions dans la manière dont ils devraient être appliqués et mis en œuvre par les radiodiffuseurs et Icasa. Nous concluons en plaidant pour une révision de ces lois.Sarah Chiumbu and Antonio CiagliaVolume 14 Number 1, Jun 2015south-africa2015anc cosatu da dstv eff sabc sacp south-african-broadcasting-corporation south-african-communist-party top-tv tripartite-alliance
The Impending Collapse of the House of Mamphela Ramphele: Agang SA
The Impending Collapse of the House of Mamphela Ramphele: Agang SAAux élections générales de 2014, Agang SA a remporté 52 350 voix (0,28 % des voix). 18 654 (771 suffrages exprimés) et seulement deux sièges à l'Assemblée nationale. Le La performance électorale du parti nouvellement formé a été lamentable, en particulier en comparaison avec celle de ses collègues débutants, les Economic Freedom Fighters (EFF). Cet article explore les raisons de la mauvaise performance d’Agang SA et conclut qu'ils peuvent inclure à la fois le fait que son message politique n'a pas trouvé un écho auprès de la population dans son ensemble et le fait que sa campagne la stratégie était inefficace. Cependant, il semblerait que la principale raison car l’échec du parti était qu’il s’était formé autour du personnage et succès personnels d’un individu – sa fondatrice, le Dr Mamphela Ramphele. La réputation de Ramphele, volontairement ou involontairement, a façonné le personnage et l'orientation d'Agang SA, et ses indiscrétions politiques ont compromis son potentiel électoral. L'avenir d'Agang SA est sombre et son effondrement est proche inévitable.Mashupye H Maserumule, Ricky Munyaradzi Mukonza, Nyawo Gumede and Livhuwani L NdouVolume 14 Number 1, Jun 2015south-africa2015agang-sa anc da ramphele
The IEC and the 2014 Elections: A Mark of Institutional Maturity?
The IEC and the 2014 Elections: A Mark of Institutional Maturity?L’organisme de gestion des élections en Afrique du Sud, la Commission électorale de L'Afrique du Sud (IEC), a été confrontée à une situation sans précédent à l'approche du cinquièmes élections du pays. Sa présidente, Pansy Tlakula, s'est avérée avoir s'est comporté d'une manière indigne d'un commissaire électoral. Sa mauvaise conduite a exprimé des inquiétudes quant à savoir si la CEI gérerait ou non les élections impartialement. Ces préoccupations, ainsi que la censure prescrite pour une conduite indigne d'un commissaire, a conduit à une clameur pour sa destitution. La proximité des élections a toutefois joué contre la résolution du la saga, ce qui a conduit Tlakula à rester pour superviser les élections. Cet article examine si l'imbroglio a eu un impact sur la réputation de la CEI. Pour parvenir à cette conclusion, l'article s'appuie sur les résultats d'une enquête sur la Administration des élections par la CEI. Une partie de l'attention est portée sur la façon dont les institutions responsables, en particulier le Parlement et les tribunaux, se sont occupées le problème. L’article utilise un cadre théorique institutionnaliste pour expliquer ses conclusions.Mcebisi NdletyanaVolume 14 Number 1, Jun 2015south-africa2015 20142014-general-elections anc da electoral-court independent-electoral-commission-iec
Election 2014 and the ANC's duet of Dominance and Decline
Election 2014 and the ANC’s duet of Dominance and DeclineLe Congrès national africain (ANC) aboutit à la victoire nationale de l’Afrique du Sud. et les élections provinciales de 2014 chante à deux voix – « extraordinaire victoire répétée » et « monolithe en déclin progressif ». Le fait que le parti a continué de dominer, avec 62 % des voix nationales, ce qui constitue un avantage réussite dans cette cinquième série d'élections nationales-provinciales dans un contexte démocratique Afrique du Sud. Lors d’aucune de ces élections, l’ANC n’a obtenu un score inférieur à 60 %. Encore, quel que soit l’angle sous lequel ses résultats sont analysés, le déclin et la décadence sont évidents. La tendance des résultats nationaux est à la baisse en série au cours des trois dernières élections. La contestation de l'opposition est venue à la fois de gauche et de droite et l'ANC a pris le dessus. pertes sur les deux flancs ; le taux de participation était en baisse, car nombre de ses partisans ont choisi abstention sur les changements de vote ; l'ANC est devenu plus dépendant des zones rurales les votes dans une Afrique du Sud en voie d’urbanisation et les résultats dans les métropoles suggèrent une nouvelle dégénérescence, à moins que le parti n’invente des revirements. Un renversement de tendance reste possible, mais serait extrêmement difficile compte tenu de la situation extraordinaire campagne qui était nécessaire pour ramener les 62% en 2014.Susan BooysenVolume 14 Number 1, Jun 2015south-africa2015 20142014-general-elections cope iec jacob-zuma kwazulu-natal two-thirds-majority
JAE Volume 14 Number 1 Jun 2023 [Entire Journal, Special Issue: South Africa’s 2014 Elections]
JAE Volume 14 Number 1 Jun 2023 [Entire Journal, Special Issue: South Africa’s 2014 Elections]Volume 14 Number 1, Jun 20152015
The Economic Freedom Fighters: South Africa's turn Towards Populism
The Economic Freedom Fighters: South Africa’s turn Towards PopulismLe parti Economic Freedom Fighters (EFF) a eu un impact sur le Sud politique africaine depuis son lancement en 2013. Après les élections générales en 2014, l'EFF est devenu le troisième parti à l'Assemblée nationale et l'opposition officielle dans les provinces du Nord-Ouest et du Limpopo. Quelques les commentateurs ont exprimé leurs inquiétudes quant au fait que le succès du FEP représente un tournant vers un populisme dangereux dans la politique sud-africaine. Cet article cherche analyser l’EFF comme un parti populiste en arguant qu’il s’inscrit dans un contexte mondial modèle de populisme dans la politique électorale. Il utilise la catégorie des « politiques ». style », tel que développé par Benjamin Moffitt et Simon Tormey (2014), pour discuter de la marque de populisme adoptée par l’EFF. L'article soutient que les éléments performatifs de la politique de l’EFF – son uniforme et sa rhétorique, ainsi que ainsi que son engagement auprès des législatures nationales et provinciales – ont eu l’effet de susciter un débat sur la pertinence de la politique politique du pays. institutions après 20 ans de régime démocratique.Sithembile MbeteVolume 14 Number 1, Jun 20152015anc-youth-league andile-mngxitama economic-freedom-fighters-eff jacob-zuma julius-malema september-national-imbizo
The Democratic Alliance and the role of Opposition Parties in South Africa
The Democratic Alliance and the role of Opposition Parties in South AfricaLors des élections de 2014, l'Alliance démocratique (DA) a renforcé sa position électorale. soutien au niveau national ainsi que dans la province du Cap-Occidental, où il gouverne. Il a recueilli plus d'un mi